X

Liban

Le PSP ouvre une nouvelle page – tactique – avec le Hezbollah et le CPL

Partis

Geagea annule une tournée dans le Chouf et interpelle le parti de Walid Joumblatt.

09/09/2019

Après une période de fortes turbulences politiques qui a fait craindre le pire ces derniers mois au Liban, le Parti socialiste progressiste et le Hezbollah, d’une part, mais aussi le PSP et le Courant patriotique libre d’autre part ont tourné la page de leurs différends politiques à la faveur de deux réunions durant le week-end : la première, samedi à Aïn el-Tiné, sous la houlette du président de la Chambre, Nabih Berry, entre le PSP et le parti de Hassan Nasrallah ; et la deuxième, vendredi, à Laqlouq, entre le chef du CPL, Gebran Bassil, et le député Taymour Joumblatt.

Dans les trois camps, on parle depuis samedi de retrouvailles, de réconciliation et de page tournée. Des rapprochements qui se sont imposés à partir du moment où les indicateurs économiques et financiers ont commencé à frôler le rouge, alors que le Liban, pris depuis plus de cinq mois dans les sables mouvants des conflits politico-sécuritaires, s’y enfonçait progressivement avec une classe politique incapable de s’entendre sur les priorités et un Conseil des ministres qui n’arrivait pas à se réunir pour lancer le programme de réformes sur lequel Beyrouth s’était engagé lors de la conférence de Paris d’avril 2018 (CEDRE).

Les retrouvailles de Aïn el-Tiné et de Laqlouq doivent normalement paver la voie à d’autres rencontres de nature à conforter le climat politique qui est à l’apaisement depuis la réconciliation interdruze, scellée solennellement le 9 août sous l’égide du président Michel Aoun, entre le PSP et le Parti démocratique libanais de Talal Arslane, après les affrontements meurtriers de Qabr Chmoun, le 30 juin dernier. Ces incidents avaient opposé des partisans de M. Joumblatt à d’autres proches de M. Arslane, à la faveur d’une tournée dans le Chouf – contestée par les partisans du PSP – de Gebran Bassil. Ils s’étaient soldés par deux morts parmi les gardes du corps du ministre d’État pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib, et avaient généré un bras de fer politique qui avait fait ressurgir les anciens clivages entre les deux camps du 8 et du 14 Mars. Des clivages d’autant plus soutenus qu’il semblait évident, à l’époque des faits, que l’affaire de Qabr Chmoun devait servir de levier pour affaiblir Walid Joumblatt et l’isoler politiquement.

Sauf que le cours des événements a montré que ce dernier reste incontournable, voire indélogeable sur l’échiquier politique local et les réunions de samedi n’ont fait que confirmer cette réalité. « Elles ont surtout montré que nul ne peut supprimer l’autre », relève à ce propos Ramy Rayyes, responsable de l’information au sein du PSP. Contraintes de cohabiter ensemble au sein d’un gouvernement qui a pris à charge de gérer le mécanisme par lequel il devrait permettre au Liban de se remettre sur pied, les différentes parties politiques se trouvent ainsi dans l’obligation de composer avec leurs clivages.

Les retrouvailles de samedi restent donc tactiques, car sur les questions stratégiques de fond, on demeure loin, très loin, d’un rapprochement. C’est ce qui explique le soin pris aussi bien par le PSP que par le Hezbollah de souligner que le dialogue de Aïn el-Tiné doit notamment leur permettre de s’employer à « gérer leurs différences » de nouveau. Parallèlement, les assises de Laqlouq devaient permettre à Gebran Bassil et Taymour Joumblatt de mettre les points sur les i et de discuter des rapports futurs entre le CPL et le PSP.



(Lire aussi : Kouyoumjian : La relation entre FL et PSP, une « alliance souverainiste »)



Un retour à la normale
La réunion de Aïn el-Tiné s’est déroulée en présence du ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, de Hussein Khalil, adjoint politique du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, Wafic Safa, chef de l’unité de liaison et de coordination de la formation chiite, du ministre de l’Industrie, Waël Bou Faour, et de l’ancien député Ghazi Aridi, représentant le PSP.

« Les deux commandements du Hezbollah et du PSP ont chargé le président Nabih Berry de jeter les bases d’une solution à tous les problèmes survenus dans le passé. Nous nous sommes entendus pour opérer un retour à la normale sur les questions qui ne posent pas de problèmes entre nous. Pour ce qui est des autres, nous avons décidé de gérer les divergences de manière à préserver la stabilité et l’intérêt du pays sur le double plan économique et de la sécurité », a annoncé Hussein Khalil à la presse, en faisant état d’une « réunion de franche explication et de réconciliation » avec le PSP.

On apprend ainsi que les deux dossiers de la mégacimenterie de Aïn Dara et du litige frontalier avec Israël au niveau des hameaux de Chebaa ont été, entre autres, passés en revue. Les relations entre le Hezb et le PSP s’étaient détériorés en avril dernier lorsque le ministre de l’Industrie avait retiré le permis qui avait été délivré par son prédécesseur à une mégacimenterie que l’homme d’affaires Pierre Fattouche envisageait de construire à Aïn Dara au grand dam des habitants du village. Le projet, auquel Walid Joumblatt est farouchement hostile, est soutenu par le Hezbollah qui avait critiqué le retrait du permis et pris fait et cause pour les Fattouche, faisant réagir violemment M. Joumblatt, qui avait repris à l’époque ses critiques contre les armes de la formation chiite.

Selon les explications de Ghazi Aridi à la presse, dorénavant, les questions litigieuses « devraient être réglées par le dialogue pour ne pas compromettre les réalisations enregistrées » et c’est le président de la Chambre qui doit jouer les chefs d’orchestre à ce niveau.



(Lire aussi : Entre le CPL et les FL, rien ne va plus...)



Et les Forces libanaises ?
À Laqlouq, c’est aussi une réunion de franche explication qui s’est tenue entre MM. Joumblatt et Bassil, à l’initiative de ce dernier, « ce qui ne veut pas pour autant dire que les différends qui avaient marqué les rapports entre les deux formations durant la période passée ont été supprimés », a tenu à préciser Waël Bou Faour, lors d’un meeting samedi à Rachaya. En d’autres termes, le PSP, qui est prêt à ouvrir une nouvelle page avec le CPL, fondée sur le dialogue, maintient ses réserves quant à certains dossiers gérés par le parti de Gebran Bassil, dont, récemment, celui des nominations. « Taymour Joumblatt est catégorique sur le point selon lequel cette rencontre et d’autres qui suivraient ne se feront pas au détriment des constantes du parti ou de la justice, notamment dans l’affaire de Qabr Chmoun », a encore dit Waël Bou Faour.

Cette mise au point peut être également interprétée comme un message aux alliés du parti, principalement les Forces libanaises dont le chef, Samir Geagea, a annulé de façon impromptue une tournée qu’il prévoyait samedi dans le Chouf, aussitôt ébruitée la nouvelle de la rencontre Joumblatt-Bassil, à travers un tweet du député César Abi Khalil. La tournée était supposée être clôturée par un dîner à Moukhtara.

Pour le PSP, l’alliance avec les FL, avec qui il a mené côte à côte plusieurs batailles dans le cadre du Conseil des ministres, est indéfectible, ce que Samir Geagea assure à son tour. Il n’en demeure pas moins que le chef de la formation chrétienne rivale au CPL n’a pas voulu donner d’explications à l’annulation de sa tournée dans le Chouf. Celle-ci pourrait donc être interprétée comme une réaction à la nouvelle dynamique politique engagée entre les trois partis, mais dont les motivations précises restent à déterminer.

Dans une interview accordée en soirée à la MTV, Samir Geagea a maintenu le flou autour de sa décision, tout en démentant les explications qui ont pu lui être données durant le week-end : « Ce qui s’est passé n’a rien à voir avec la politique, la sécurité ou la santé. » « De petites choses sont sans importance, mais elles peuvent bloquer », a-t-il dit, sans plus de détails, assurant toutefois que l’annulation de la tournée n’est pas liée aux retrouvailles de Laqlouq. Il s’en est d’ailleurs félicité avant de formuler deux observations, exprimées comme des messages indirects, voire des reproches, à Walid Joumblatt. « J’aurais souhaité que cette rencontre se soit produite avant les incidents de Qabr Chmoun. Nous aurions pu éviter de la sorte la mort de deux personnes dans la Montagne et un blocage du gouvernement, un mois et demi durant », a-t-il dit, avant de souligner qu’il aurait également « voulu savoir s’il y avait effectivement eu une tentative d’attentat contre Gebran Bassil », comme l’avait laissé entendre le président de la République. « Si la réponse est affirmative, comment la rencontre a-t-elle pu se tenir, sinon, comment expliquer tout ce qui s’est passé ? » s’est encore interrogé le chef des FL qui, en réponse à une question, a confirmé l’absence de tout contact avec Gebran Bassil « qui assume une part de responsabilité importante dans l’état actuel du pays ».



Pour mémoire

Joumblatt à « L’OLJ » : « Le dialogue ? Oui. La capitulation ? Jamais ! »

Nouvelle tentative syrienne d’assiéger Joumblatt ?

Entre le PSP et le Hezbollah, c’est à nouveau la paix froide


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Tactique vous dites!?
Tak tak hajalna, jawabou hassounekom!...
Syéssé á la libanaise... Dehek aala al mentons...

Chucri Abboud

À LA BONNE HEURE , FINISSONS EN AVEC CES DISPUTES DE POULAILLER !

Irene Said

"...une nouvelle page -tactique- avec le Hezbollah et le CPL..." etc. etc....dans un Liban nouveau...

NOUVEAU EN QUOI ???

Irène Saïd

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

donc demain un druze dependanr de Joumblatt sera nomme quelque part

ainsi va la vie politique M Arslan

ne pleurez pas demain vous aurez votre sucette

Tina Chamoun

Tic tac tic tac tic tac...

Fan Phare Rond

Donc une nouvelle page - tactique- entre le hezb libanais de la résistance, le CPL et joumgirouette ? ????

Fallait pas ajouter tactique, le propre d'une girouette est tjrs tactique, s'orienter selon la direction du vent, mais ce qui a changé c'est pas la girouette , c'est le VENT LUI MÊME.

Geagix devrait l'avoir compris et tant qu'il s'entête à ne pas vouloir comprendre il regardera le train passer.

Ou alors quil démissionne du gouvernement, on peut pas être au four et au moulin, surtout que le four et le moulin sont occupés par des hommes qui ne ressemblent plus à celui de l'ancien Liban. Mais du NOUVEAU .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COMME QUOI LE CAMELEONISME CHANGE DE COULEUR TOUS LES INSTANTS DE TOUS LES JOURS.

Bery tus

« voulu savoir s’il y avait effectivement eu une tentative d’attentat contre Gebran Bassil », comme l’avait laissé entendre le président de la République. « Si la réponse est affirmative, comment la rencontre a-t-elle pu se tenir, sinon, comment expliquer tout ce qui s’est passé ? »

Tu es terrible ya Hakim lol

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants