Rechercher
Rechercher

À La Une - empire ottoman

Centenaire du Grand Liban : Ankara accuse Aoun de "révisionnisme politique"

La diplomatie libanaise a "refusé et condamné le style" dans lequel le ministère turc s'est adressé au président libanais, appelant Ankara à "corriger son erreur".

Le président libanais, Michel Aoun (à droite), recevant le chef de la diplomatie turque, Mevlut Cavusoglu, le 23 août 2019. Photo Dalati et Nohra

La diplomatie turque a critiqué dimanche soir le discours prononcé la veille par le chef de l’État libanais, Michel Aoun, à l'occasion du lancement de la commémoration du centenaire de l’État du Grand Liban proclamé le 1er septembre 1920, estimant que certaines déclarations du président Aoun "comportent des messages malveillants à l'encontre de l'Empire ottoman". 

Dans son discours, Michel Aoun était revenu sur l'histoire de la fondation du Grand Liban, affirmant notamment que "toutes les tentatives de libération du joug ottoman devaient faire face à de la violence, des combats et des dissensions confessionnelles". "Le terrorisme d’État des Ottomans envers les Libanais, surtout lors de la Première Guerre mondiale, a fait des centaines de milliers de victimes, tuées soit par la famine, la servitude ou la conscription", avait-il ajouté. 

"Le discours du président Aoun, prononcé une semaine après la visite à Beyrouth du ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, ne représente pas les relations cordiales entre les deux pays. Il s'agit d'un discours extrêmement regrettable et irresponsable", a écrit le ministère turc des AE dans un communiqué. Les déclarations de M. Aoun contiennent "des messages malveillants à l'encontre de l'Empire ottoman que nous condamnons très fermement et refusons catégoriquement", selon le communiqué. 



(Lire aussi : Centenaire du Grand Liban : "Nul n’a le droit de violer le territoire libanais comme bon lui semble!", prévient Aoun)



"Fière héritière de l'empire ottoman"
La diplomatie turque a accusé dans ce contexte le président libanais de "révisionnisme politique", lui reprochant d'avoir "ignoré tous les événements qui ont eu lieu depuis la colonisation" occidentale de la région et "essaie de faire porter à l'administration ottomane la responsabilité des catastrophes d'aujourd'hui".

Le texte a ajouté que "la République turque est fière d'être l'héritière de l'Empire ottoman, un Empire qui n'a jamais fait preuve de terrorisme d’État. Bien au contraire, il s'agissait d'un régime qui a assuré pendant longtemps la stabilité au Proche-Orient". "Le règne ottoman a permis d'établir le vivre-ensemble entre différentes sociétés et communautés linguistiques et religieuses et était caractérisé par la tolérance", a ajouté la diplomatie turque. "Après la fin de la Première Guerre mondiale et les accords de Sykes-Picot, la région a été divisée en différentes zones d'influence et n'a plus jamais connu la paix", a estimé Ankara.

Lundi, le ministre libanais des Affaires étrangères a dénoncé le communiqué de la diplomatie turque. "Les déclarations du président Aoun contenaient un compte-rendu des événements historiques qu'a connus le Liban sous le règne de l'Empire ottoman", a souligné la diplomatie libanaise dans un communiqué, estimant que "ce qui fédère le Liban et la Turquie est bien plus important que ce qui les sépare". La diplomatie libanaise a dans ce cadre "refusé et condamné le style" dans lequel le ministère turc s'est adressé au président Aoun, appelant Ankara à "corriger son erreur". "Les relations turco-libanaises sont plus importantes et profondes qu'une réaction de la sorte, qui est exagérée et déplacée", a ajouté le Palais Boustros.  Quelques heures plus tard, le directeur pour les affaires politiques du ministère des Affaires étrangères, Ghadi Khoury, a convoqué pour mardi l'ambassadeur de Turquie à Beyrouth, Hakan Çakıl.

Entre 1516 et 1918, le Mont-Liban a vécu sous occupation ottomane. L'État du Grand Liban a été proclamé le 1er septembre 1920 par le général Henri Gouraud, représentant l'autorité française mandataire sur la Syrie, du haut des marches de la résidence des Pins à Beyrouth. Ce n'est que le 22 novembre 1943 que le Liban sera déclaré indépendant, après avoir été sous mandat français suite à la chute de l'Empire ottoman avec la fin de la Première Guerre mondiale en 1918.






La diplomatie turque a critiqué dimanche soir le discours prononcé la veille par le chef de l’État libanais, Michel Aoun, à l'occasion du lancement de la commémoration du centenaire de l’État du Grand Liban proclamé le 1er septembre 1920, estimant que certaines déclarations du président Aoun "comportent des messages malveillants à l'encontre de l'Empire ottoman". Dans son...

commentaires (20)

De toutes les colonies qui ont régné à l’époque, les pays colonisateurs ont laissé des vestiges des écoles des universités et des hôpitaux avant de lever le camp, sauf l’empire ottoman. Il n’a laissé que des pays en ruine endeuillés et affamés. La nostalgie d’Erdogan pour cette époque présage le pire et il a commencé par sa propre population. Alors qu’il ne vienne pas nous parler des exploits positifs de leurs colonisations qui n’a laissé que des traces de l’oisiveté de leurs pachas qui sont symbolisées par le narguilé et le café Turc et maintenant les séries télévisées qui pullulent un peu partout dont raffolent les libanais pour relater les récits de leurs bâchis- bouzouks sanguinaires. Lorsque des pères et des frères tuent des filles de leurs propres familles pour laver leur honneur, et qu’un président répriment son propre peuple par les armes et la force et enferme des milliers de jeunes en prison sans avoir la possibilité de se défendre on ne peut pas prétendre à une quelconque civilité. Nous sommes au XXI siècle mais pas lui.

Sissi zayyat

10 h 48, le 31 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • De toutes les colonies qui ont régné à l’époque, les pays colonisateurs ont laissé des vestiges des écoles des universités et des hôpitaux avant de lever le camp, sauf l’empire ottoman. Il n’a laissé que des pays en ruine endeuillés et affamés. La nostalgie d’Erdogan pour cette époque présage le pire et il a commencé par sa propre population. Alors qu’il ne vienne pas nous parler des exploits positifs de leurs colonisations qui n’a laissé que des traces de l’oisiveté de leurs pachas qui sont symbolisées par le narguilé et le café Turc et maintenant les séries télévisées qui pullulent un peu partout dont raffolent les libanais pour relater les récits de leurs bâchis- bouzouks sanguinaires. Lorsque des pères et des frères tuent des filles de leurs propres familles pour laver leur honneur, et qu’un président répriment son propre peuple par les armes et la force et enferme des milliers de jeunes en prison sans avoir la possibilité de se défendre on ne peut pas prétendre à une quelconque civilité. Nous sommes au XXI siècle mais pas lui.

    Sissi zayyat

    10 h 48, le 31 août 2020

  • Ottomans commettant genocides au debut du 20 e siecle,Perses en faisant de meme en Syrie un siecle plus tard.

    HABIBI FRANCAIS

    12 h 28, le 05 septembre 2019

  • Il ne nous manquait plus que le Mamamouchi dans notre bordel local!

    Je partage mon avis

    07 h 36, le 04 septembre 2019

  • la famine , certes....mais qui a pendu sur la place des Martyrs les jeunes libanais qui avaient cru au réveil des arabes...Jamal Pacha , le 6 mai 1916, n'a pas hésité à pendre une dizaine de libanais parmi eux Abdelwahab elinglisi dont une rue d'Achrafieh porte son nom..... Aucun de vos commentateurs ne le signalent.... c'est dire combien l'histoire du Liban moderne est méconnue.

    HIJAZI ABDULRAHIM

    22 h 10, le 03 septembre 2019

  • Zut, il va nous retirer sa Khanum, lol.

    Je partage mon avis

    22 h 41, le 02 septembre 2019

  • Tout a fait d'accord sur l'Empire Ottoman mais etait-il necessaire de dire ces choses la en ce jour d'anniversaire pour essuyer les foudres d'un Erdogan alors que son ministre des affaires etrangeres etait venu au Liban quelque jours avant et surtout que la Turquie reste aujourdh'ui un des rares pays a ne pas demander un visa pour les Libanais qui veulent y aller Memes nos frere arabes demandent un visa et encore plus nos allies europeens LA VERITE EST D'ARGENT MAIS LE SILENCE EST D'OR MR LE PRESIDENT

    LA VERITE

    13 h 18, le 02 septembre 2019

  • Au lieu de défendre l'indéfendable, Ankara a plutôt intérêt de prendre ses distances avec l'Empire Ottoman, d'autant plus que le pays a changé de nom, puisque le père fondateur de la Turquie moderne était conscient du niveau de la criminalité exceptionnelle et hors normes de l'Empire écrasé par les alliés. Le KO continue à sévir dans tous les pays qui ont été occupé par les ottomans.

    Shou fi

    12 h 13, le 02 septembre 2019

  • La Grande famine de 1915 imposée par le sinistre Jamal Pacha dit al-Jazzar, avait provoqué ma grand-mère paternelle à quitter Sarba (Kesrouan) avec trois de ses enfants pour Porto-Rico, laissant à son époux ses cinq autres. Ils ne se sont plus jamais revus...

    Honneur et Patrie

    12 h 11, le 02 septembre 2019

  • J’invite L’Orient Le Jour à faire une enquête auprès des immigrés qui auront beaucoup de choses à raconter sur leur parents et grand parents ou comment ils trafiquaient leur date de naissance pour ne pas être envoyés en chair à canon par les turques . Après c’était la fuite de leur pays en ne sachant même pas où ils allaient.Un genocide c est beaucoup de monde en peu de temps Alors comment appelle t on cela quand c est encore plus de monde mais en beaucoup plus de temps?

    PHENICIA

    12 h 10, le 02 septembre 2019

  • Je ne connais pas de colonisation meilleure qu'une autre. Les japonais sont encore détestés par les coréens et les chinois , les français par les africains de l'Ouest autant que les anglais , si vous allez à Zanzibar , les africains , pourtant à 100% musulmans ont vis à vis des omanais une haine farouche . Les turcs ottomans ont été de véritables peaux de vache avec leurs colonies , mais comme tout colonisateurs de tous les pays du monde , une frange de la population sera toujours privilégiée par rapport à l'autre , c'est celle là qui regrettera toujours le " temps béni des colonies " .

    FRIK-A-FRAK

    11 h 56, le 02 septembre 2019

  • Le régime turc actuel est aussi dictatorial et sanguinaire que l’étaient ses prédécesseurs de l’empire ottoman. Que ce soit disant ministre déclare ce qu’il veut les ottomans ont commis de nombreux genocides envers tous les peuples chrétiens de la région. Toutes les démocraties occidentales l’ont reconnu pendant que le Erdogan tapait en pleurnichant à la porte de l’europe pour y adhérer

    Liberté de Penser

    10 h 07, le 02 septembre 2019

  • …un empire qui n'a jamais fait preuve de terrorisme d’État? Du foutage de gueule! Du déni de l'Histoire! Comment qualifier alors le blocus terrestre imposé au Libanais par Jamal Pacha, qui a occasionné une famine qui a causé 200000 morts, concomitant au génocide arménien qui a fait 1200000 morts? De l'amitié entre les peuples ? Et l'arrogant président actuel ne terrorise-t-il pas sa propre population avec ses purges massives? Allons monsieur Mevlut Cavusoglu, arrêtez de prendre les gens pour des c...!

    Paul-René Safa

    08 h 43, le 02 septembre 2019

  • Ah ces relents de colonisateurs ! Cela démontre noir sur blanc que la Turquie actuelle rêve encore de récupèrer les anciennes colonies de l'Empire !

    Chucri Abboud

    08 h 35, le 02 septembre 2019

  • Et la famine au mont Liban en 1915-18. Ce n'est pas un genocide?

    Massabki Alice

    07 h 49, le 02 septembre 2019

  • Les pays occupés par l’Empire ottoman devraient avoir une reconnaissance éternelle pour les Sultans, Grands Vizirs , vizirs et gouverneurs ottomans pour leur extrême bienveillance envers les pays conquis par l’Empire. Cette reconnaissance doit être étendue à la République turque, fière héritière de l’Empire ottoman. Merci et reconnaissance éternelle pour l’Empire et la République qui lui a succédé. Merci pour les humiliations, exactions, exécutions, massacres innombrables. Merci pour avoir affamé les libanais dont le tiers au moins sont morts de faim. Merci pour les « safar barlek ». Au nom des Arméniens, Assyriens et Syriaques, au nom des Grecs, merci pour les génocides si savamment organisés. Au nom des ressortissants de la fière République Turque, merci pour les innombrables personnes qui y croupissent en prison.

    Moussalli Georges

    02 h 26, le 02 septembre 2019

  • L’empire Ottoman était tolérant et ouvert avant la dictature des Jeunes Turcs, qui le poussa dans la direction ultranationaliste génocidaire.

    Michel N Fayad

    02 h 21, le 02 septembre 2019

  • Du Blabla habituel de l'état criminel turc, héritier de l'empire genocidaire ottoman. Le président Aoun dit ce que l'histoire nous a enseigné. Le monde libre et civilisé connaît parfaitement la nature fasciste arriéré barbare de ce régime turc et ce qu'il a commis durant son histoire qu'il soit au Mont Liban ou ailleurs Les crimes ottomans collent à la peau de ce pays héritier. Les arguments bêtes, mensongers et ridicules qui prêtend un empire ottoman humaniste ne fait rire même pas les turcs. Les ottomans humanistes égale à Jack l'éventreur sauveur de l'humanité.

    Sarkis Serge Tateossian

    01 h 35, le 02 septembre 2019

  • ILS vivent dans le passé !

    Elie H

    00 h 41, le 02 septembre 2019

  • Et voilà ! A nous mettre la turquie sur le dos encore !

    Elie H

    00 h 40, le 02 septembre 2019

  • UN EMPIRE QUI A EXECUTE LES PLUS GRANDS ET PREMIERS GENOCIDES DE L,HISTOIRE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    00 h 10, le 02 septembre 2019

Retour en haut