X

Campus

Dans le dojo, Pavel et Anna Haddad font la fierté de leur université et du Liban

TAEKWONDO

Les deux étudiants à l’Université Notre-Dame de Louaizé (NDU) représentent le Liban aux championnats internationaux et collectionnent les prix.

17/08/2019

Le duo Pavel et Anna Haddad, tous deux étudiants à l’Université Notre-Dame de Louaizé (NDU), multiplie sa participation aux compétitions nationales et internationales et collectionne les trophées. « Jusqu’à présent, j’ai été champion du Liban en taekwondo pendant quatre années consécutives, y compris cette année. Par ailleurs, j’ai décroché la médaille d’argent au championnat arabe, ainsi que deux médailles de bronze, une médaille d’argent et une médaille d’or dans diverses compétitions internationales, et j’ai été quart-de-finaliste au championnat asiatique », raconte Pavel, 21 ans, qui, parallèlement à sa vie sportive, poursuit des études en relations internationales et diplomatie à la NDU. Sa sœur, Anna, ne manque pas non plus de réussites locales et mondiales : championne du Liban depuis 2010, elle a participé à quatre championnats du monde, deux championnats asiatiques, ainsi qu’aux Jeux asiatiques (Asian Games) où elle a été classée en 6e position. « Mon meilleur accomplissement international à ce jour », précise-t-elle.

Pavel et Anna Haddad ont débuté leurs parcours athlétiques à un très jeune âge. « J’avais l’habitude d’assister à tous les entraînements et compétitions de taekwondo de mon frère Pavel qui est de deux ans mon aîné. Dès l’âge de 3 ans, j’ai suivi ses pas et me suis inscrite au taekwondo », confie Anna, qui aujourd’hui, à 19 ans, partage son temps entre le sport et des études de finance à la NDU. Plongés dans le monde des arts martiaux depuis leur très jeune âge, Pavel et Anna sont encouragés par leurs parents et leurs entraîneurs qui ont vu en eux, à juste titre, un grand potentiel et une capacité à remporter médailles et coupes.

Slalom continu entre vie sportive, académique et sociale

Leur qualification au Summer Universiade 2019 représente une fierté pour le frère et la sœur. « Nous étions très enthousiastes à l’idée d’être sélectionnés, vu que cette compétition représente les Jeux olympiques au niveau universitaire », explique Pavel. Aux jeux qui se sont déroulés au mois de juillet passé en Italie, Pavel remporte son premier match contre le Népal, mais perd son second combat contre la Chine. Anna, elle, n’a pas pu concourir à cause d’une malheureuse entorse à la cheville.

Être champions nationaux et internationaux n’est pas une affaire facile. En effet, Pavel et Anna Haddad ont une discipline d’entraînement bien stricte afin de conserver leur statut d’athlètes champions. « Nous nous entraînons tous les jours, entre une et deux heures quotidiennement », indique Pavel. Un entraînement complet qui inclut des exercices variés de technique, de fitness, de musculation et de combat.

En ce qui concerne leurs études, les jeunes athlètes confient bien gérer leur temps entre le sport et l’université. « J’ai appris à bien m’organiser depuis un très jeune âge ; en effet, j’ai obtenu ma ceinture noire à l’âge de dix ans, et depuis, je m’entraîne tous les jours. J’ai donc grandi en apprenant comment gérer mon temps et jumeler d’une manière équilibrée mes entraînements et mes études », explique Pavel. Il en est de même pour Anna, qui admet que jongler entre ses études et ses entraînements intensifs est fatigant.

En revanche, mener une vie sociale active s’avère plus difficile pour les jeunes athlètes. En effet, à part ses entraînements quotidiens et ses études universitaires, Pavel donne des cours de taekwondo à temps partiel, ce qui grignote tout son temps libre. « Les sorties qu’organisent mes amis tombent pile au moment de mon entraînement, ce qui m’empêche de me joindre à eux la plupart du temps. Mais j’essaie de me rattraper et de les voir de temps en temps. Sinon, mes sorties se font avec mes collègues de taekwondo après nos entraînements », admet Pavel. Pour Anna, « trouver un équilibre entre l’université et le taekwondo, ça va encore. Consacrer du temps pour une vie sociale devient plus difficile ». « Mais ma passion en vaut la peine », conclut la jeune athlète.

Page

Campus

En partenariat avec



À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants