Liban

La loi-testament anticorruption de Robert Ghanem à l’ordre du jour

Avant de se transformer en collège électoral et d’élire, ou de commencer à élire, les cinq membres du Conseil constitutionnel, le Parlement tient aujourd’hui une séance législative dont l’ordre du jour comprend deux grands points : un projet de loi repoussant du 30 juin au 31 juillet la date d’expiration de la règle du douzième provisoire en matière de dépenses publiques, et une proposition de loi remontant à 2009 et emblématique de la lutte contre la corruption d’un vétéran de la Chambre, Robert Ghanem, disparu en février dernier.

Modelée par le parlementaire disparu, en étroite collaboration avec l'ancien député Ghassan Moukheiber, cette loi-testament – à laquelle se sont associés de nombreux parlementaires, en commissions – prévoit des mesures préventives pour assurer un meilleur contrôle des comptes publics et lutter contre la corruption.

Selon des sources parlementaires, le projet de loi, déposé en 2009 et achevé d’examiner en 2017, est le fruit de non moins de 35 séances de travail en commissions et sous-commissions. Son heure serait-elle enfin venue ?

Inspection surprise

En tout cas, c’est bien à cette lutte que se consacre le directeur de l’Inspection centrale, le juge Georges Attiyé, qui entend maintenir de près la surveillance du rendement des fonctionnaires publics et de leur manière de traiter avec les citoyens, dans le cadre de la lutte contre la corruption.

C’est ainsi qu’il a effectué hier une visite d’inspection surprise, escorté par un groupe d’inspecteurs administratifs, financiers et techniques, dans le service du registre foncier du caza du Metn. La tournée a inclus le secrétariat du registre et le cadastre. Le juge a examiné quelques dossiers officiels, pour vérifier le respect des règles de forme et de procédure, en portant une attention particulière au respect des délais relatifs aux formalités et au suivi des plaintes des citoyens déposées auprès du registre.

En contrepartie, le directeur de l’Inspection centrale n’a pas manqué de se réunir avec les directeurs de départements pour s’informer des défis de cette fonction et recueillir des idées de solution.


Avant de se transformer en collège électoral et d’élire, ou de commencer à élire, les cinq membres du Conseil constitutionnel, le Parlement tient aujourd’hui une séance législative dont l’ordre du jour comprend deux grands points : un projet de loi repoussant du 30 juin au 31 juillet la date d’expiration de la règle du douzième provisoire en matière de dépenses...

commentaires (0)

Commentaires (0)