X

Liban

Bassil défend le triptyque armée-peuple-résistance

Tournée à Qaa et Ras Baalbeck
OLJ
24/06/2019

Le chef du Courant patriotique libre (CPL), le ministre Gebran Bassil, a effectué samedi une tournée à Baalbeck-Hermel (Békaa-Nord), entamée à Qaa et poursuivie à Ras Baalbeck, les deux grands villages chrétiens de la Békaa-Est frontaliers du Qalamoun syrien. Il était accompagné par le mohafez de Baalbeck-Hermel, Bachir Khodr, qui l’a préalablement accueilli au siège du mohafazat à Baalbeck.

C’est sous le signe de l’appui à l’armée que M. Bassil a choisi de placer sa visite, mais en maintenant cet appui dans les limites du triptyque armée-peuple-résistance (du Hezbollah).

« Nous savons que l’armée, la résistance et les habitants ont combattu et annihilé le terrorisme grâce à leur foi », a-t-il souligné lors de l’inauguration d’un bureau du CPL au village de Ras Baalbeck, dont une partie des 5 000 résidents sont affiliés aux Brigades de la résistance (branche pluricommunautaire du Hezbollah).

Le chef de la diplomatie a fait coïncider sa visite avec la 6e commémoration du décès du sous-lieutenant Georges Abou Saab, originaire de Ras Baalbeck, tué lors des affrontements de Abra (Saïda) entre l’armée et le groupe du cheikh salafiste Ahmad el-Assir.


(Lire aussi : L’armée sous le feu des clans à Baalbeck)


Depuis que l’ambassadeur du Liban à Washington s’était abstenu de tout accueil et de toute initiative à l’égard du commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, lorsqu’il était en visite de près de dix jours à Washington il y a un mois, le chef de la diplomatie est soupçonné de voir dans le chef de l’armée son rival à la présidentielle.

Le ministre a paru tenter de rectifier le tir. « Personne n’aime plus l’armée » que le parti aouniste, qui est « solidaire du commandement de l’armée dans les réformes en cours », a-t-il déclaré. Dans le cadre de l’examen du projet de budget 2019, certaines mesures d’austérité visent l’armée, notamment les pensions des militaires retraités, rappelle-t-on.

Sur un autre plan, M. Bassil a déclaré qu’ « aujourd’hui, la résistance économique aidera les habitants à triompher, et ils pourront garder leurs terres grâce à l’agriculture et au secteur de la production ».

Après la fin des combats et le départ des jihadistes des arrière-pays de Ersal, Qaa et Ras Baalbeck, les aides et compensations promises par l’État aux habitants ont tardé à être distribuées, ce qui a exacerbé le marasme économique dans ces régions. « Notre présence sur cette terre a permis de la protéger grâce à notre ouverture d’esprit, a encore déclaré M. Bassil, regrettant que son parti n’ait pas de député dans cette circonscription.

Rebondissant enfin sur l’exclusion le mois dernier d’un grand nombre de membres du parti originaires de Baalbeck-Hermel, il a réaffirmé que ces exclusions étaient le résultat « d’un problème d’engagement », sans aucun motif communautaire.


Pour mémoire
Le cri de colère des habitants de Qaa et Ras-Baalbeck : « L’État nous abandonne à notre triste sort »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

C.K

Quelle loque, ce type!

Bustros Mitri

Ce qu' il faudrait surtout c' est de la resistance à la corruption !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

RIEN QUE DES BULLES DE GAS EMPESTANT.

paznavour

Qui Finance les tournees electorales de M. Bassil? Son tourisme hebdomadaire est il en sa qualite de chef de parti ou ministre? Le contribuable ne doit pas payer les frais de convois et de bouches de ses sorties dominicales.

Honneur et Patrie

Le destin des collaborateurs et des traîtres. Le village Al-Kaa est à cinq kilomètres de la frontière syrienne, il fut le théâtre de plusieurs massacres de la part du régime syrien et d'autres bandes terroristes : Le massacre des prêtres aveugles au début de la guerre de 1975, quinze hommes fusillés par le régime syrien le 28/6/1978, cinq tués par les bandes d'outre-frontières en 2016...
C'est dans cet Oradour du Liban, que Gébran Bassil a exprimé hier son appui au triptyque milicien du Hezbollah pro-iranien.
C'est le destin des collaborateurs et des traîtres.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants