Rechercher
Rechercher

Sécurité

L’armée sous le feu des clans à Baalbeck

L’armée, déployée hier dans la Békaa. Photo Ani

Des affrontements à l’arme automatique ont opposé durant la nuit d’hier des prévenus, membres présumés du clan Jaafar, à l’armée libanaise dans la région de Hay el-Charawné, à Baalbeck. Deux postes de l’armée ont été attaqués dans la ville par des miliciens, provoquant une riposte immédiate. Un militaire et deux civils ont été légèrement blessés par balles. Les affrontements ont fait des dégâts dans les bâtiments et les véhicules situés aux alentours. Après avoir appelé des renforts, l’armée a circonscrit la zone des combats et procédé à des perquisitions pour arrêter les agresseurs. Ces incidents se sont produits à la suite d’une descente menée par l’armée dans la journée à Kneyssé, dans la Békaa, au cours de laquelle plusieurs fugitifs ont été blessés. Dans un communiqué, l’armée indique avoir été la cible de tirs alors qu’elle perquisitionnait des maisons de fugitifs faisant l’objet de plusieurs mandats d’arrêt pour trafic de drogue, tirs et vol de voitures. La patrouille a alors riposté aux tirs, blessant certains fugitifs et arrêtant d’autres. Des armes, des munitions, des voitures volées et une importante quantité de drogue ont également été saisies. Deux Libanais du clan Zeaïter auraient été tués lors de la perquisition et un Syrien blessé, ce qui a déclenché des manifestations d’hostilité d’habitants à l’égard de la troupe en soirée, à l’entrée nord de Baalbeck.

Des affrontements à l’arme automatique ont opposé durant la nuit d’hier des prévenus, membres présumés du clan Jaafar, à l’armée libanaise dans la région de Hay el-Charawné, à Baalbeck. Deux postes de l’armée ont été attaqués dans la ville par des miliciens, provoquant une riposte immédiate. Un militaire et deux civils ont été légèrement blessés par balles. Les...

commentaires (3)

Il est du devoir des journalistes de décrire et de désigner les choses par des mots exacts en s'approchant au plus près de la vérité. Ici Il ne s'agit pas de clans, il s'agit plutôt de bandes de voyous, des criminels, des hors la loi, des "zo3rahne", des voleurs, des arnaqueurs, des groupes de personnes immoraux, dépourvus d'amour-propre et d'honneur, etc. qui devraient être tout simplement emprisonnés et leur biens confisqués. Jusqu'à quand les forces de l'ordre vont devoir payer de leurs vies gratuitement sans en venir à bout correctement et à tout jamais de cette situation quasi ancestrale. En les nommant des clans vous les mettez en valeur sans le savoir, dommage! Même le terme milicien ne s'applique pas dans ce cas, parce qu'un milicien est censé avoir une vie ordinaire et un travail normal, il ne porte les armes que de temps en temps selon des circonstances précises, or ces personnes ne vivent que de leurs basses œuvres.

MGMTR

13 h 16, le 11 juin 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Il est du devoir des journalistes de décrire et de désigner les choses par des mots exacts en s'approchant au plus près de la vérité. Ici Il ne s'agit pas de clans, il s'agit plutôt de bandes de voyous, des criminels, des hors la loi, des "zo3rahne", des voleurs, des arnaqueurs, des groupes de personnes immoraux, dépourvus d'amour-propre et d'honneur, etc. qui devraient être tout simplement emprisonnés et leur biens confisqués. Jusqu'à quand les forces de l'ordre vont devoir payer de leurs vies gratuitement sans en venir à bout correctement et à tout jamais de cette situation quasi ancestrale. En les nommant des clans vous les mettez en valeur sans le savoir, dommage! Même le terme milicien ne s'applique pas dans ce cas, parce qu'un milicien est censé avoir une vie ordinaire et un travail normal, il ne porte les armes que de temps en temps selon des circonstances précises, or ces personnes ne vivent que de leurs basses œuvres.

    MGMTR

    13 h 16, le 11 juin 2019

  • N'ayez pas peur d'aller à Baalbek. Faites comme le général de Gaulle qui visita la ville le 8/9/1942 où il fut accueilli par une foule de paysans, de cavaliers, de citadins, de bédouins et des nomades juchés sur des chameaux... y compris Hay el-Charawné. Pourquoi pas vous ?

    Honneur et Patrie

    12 h 40, le 11 juin 2019

  • Non messieurs/dames les touristes! Ne vous en faites pas, il ne se passe rien à Baalbek! Le calme règne partout...mais il faut éviter Hayy Al-Charawné, c'est tout!

    Georges MELKI

    11 h 13, le 11 juin 2019