X

À La Une

Fermes de Chebaa : les propos de Joumblatt continuent de faire polémique

Liban

"La libanité des fermes de Chebaa et des collines de Kfar Chouba est inscrite dans la déclaration ministérielle et toute personne qui pense autrement est invitée à débattre de cette question en Conseil des ministres", affirme le ministre de la Défense.

OLJ
30/04/2019

Le ministre de la Défense Elias Bou Saab a affirmé mardi, lors d'une tournée dans la Békaa, que les fermes de Chebaa étaient bel et bien libanaises, réagissant ainsi aux propos du leader druze Walid Joumblatt, qui avait déclaré que ces territoires, occupés par Israël, appartenaient en fait à la Syrie, provoquant une véritable polémique.

"La libanité des fermes de Chebaa et des collines de Kfar Chouba est inscrite dans la déclaration ministérielle et toute personne qui pense autrement est invitée à débattre de cette question en Conseil des ministres", a affirmé le ministre Bou Saab dans un discours prononcé à Ersal, près de la frontière syrienne.

Dans une interview jeudi dernier à Russia Today, Walid Joumblatt avait affirmé qu’après la libération du Liban-Sud, en l’an 2000, "des officiers libanais ont entrepris, en collaboration avec la Syrie, de modifier les cartes géographiques pour faire en sorte que les fermes de Chebaa et Wadi el-Assal (à la frontière avec le Golan) soient intégrés au territoire libanais, afin de garder le prétexte d’une terre occupée qu’il fallait libérer à tout prix". "Les fermes de Chebaa ne sont pas libanaises. En théorie, c’est nous qui les occupons", avait-il dit.

L'ancien ministre Nicolas Fattouche a, lui, estimé que les propos de M. Joumblatt violent la Constitution libanaise et constituent "une haute trahison", appelant à ce qu'il soit déchu de ses droits civils. Lors d'une conférence de presse, il a pris à partie le chef de l'Etat, Michel Aoun, le président de la Chambre, Nabih Berry, et le Premier ministre, Saad Hariri, leur demandant "comment ils peuvent accepter les propos de l'ancien député Walid Joumblatt". Il a accusé le leader druze d'être à la tête "d'une cellule dormante de trahison". 

Le chef du Parti démocratique libanais, l'émir druze Talal Arslane, a de son côté estimé qu'il n'est "pas nécessaire que la libanité des fermes de Chebaa et des collines de Kfar Chouba se retrouve au centre d'une polémique", soulignant que cette libanité fait partie des "acquis nationaux et souverains" de l'Etat libanais et de son identité. "Il faut arrêter de jouer avec les choses sacrées", a-t-il écrit sur son compte Twitter. 


Lire aussi
Joumblatt plus que jamais dans le collimateur de la « Moumanaa »

Fermes de Chebaa : Joumblatt persiste et signe et accuse ses détracteurs de légitimer son meurtre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

IMB a SPO

Vous pouvez dire tout ce que vous voulez. Sans des preuves cartographiques (que vous n'avez pas, puisque la Syrie ne les a pas non plus), la position de Walid Joumblat est correcte. Donc, ca suffit tout ce carnaval!

TrucMuche

La liberté d'expression est un droit inaliénable.
Qui sont ces ministres qui invectives de cette
façon un citoyen sur des propos ou d'autres
qui vont à l'encontre d'idées contraires à leur
croyance, pour peu qu'ils en aient ?

Agenor

Walid Joumblatt est une figure énigmatique de la scène politique libanaise. Fidèle à lui-même, l’identité libanaise et arabe de M. Joumblatt et de son père, feu Kamal Joumblatt, ainsi que leur défense du peuple palestinien et de sa cause, ne font aucun doute.

D’autres protagonistes libanais peuvent-ils se vanter d’avoir été fidèles à eux-mêmes?

Il ne faut pas lire au premier degré la déclaration du leader druze. Il faut chercher ailleurs la raison de cette déclaration étonnante quant à la l’appartenance libanaise des fermes de Chebaa.

Quel message veut donc faire passer M. Joumblatt dans cette déclaration tonitruante?

M. Joumblatt est l’un des rares hommes politiques à protéger l’environnement et ce qui reste de la nature libanaise. On n’a qu’à se promener dans le Chouf pour s’en convaincre.

Certes, l’urbanisation sauvage est présente partout au Liban mais dans un degré beaucoup moindre au Chouf. Il y a chez M. Joumblatt une volonté réelle, clairement exprimée, de protection de l'environnement. Cela n’est pas rien dans un pays qui compte des milliers de carrières.

Quels sont les hommes politiques qui défendent l’environnement?

Le bras de fer qui se joue à Ain Dara aura pour perdant tout le Liban, la population libanaise et toutes les générations à venir.

La déclaration sur les fermes de Chebaa exprimerait-elle un ras-le-bol du chef druze concernant Ain Dara et la catastrophe environnementale en cours?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL NE DIT QUE LA VERITE !

ON DIT QUOI ?

Pour qui roule joumgirouette ?

C'est bien la seule chose quil dit répète et persiste, c'est pas dans ses habitudes de tenir mordicus à ce qu'il prétend.

Si " nous, libanais "occupons" les fermes libanaises de Shebaa" , que joumgirouette nous dise alors que fait usrahel dans ce territoire ?

Quel est donc son rôle ?

Va jusqu'au bout de ta pensée walidou.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants