Liban

Frangié et Gemayel scellent leur réconciliation et veulent coopérer malgré leurs divergences politiques

Les deux leader maronites ont eu une rencontre historique mercredi au siège central du parti Kataëb.

Poignée de main entre le député Elias Hankache (Kataëb, à gauche) et le chef des Marada, Sleiman Frangié, sous l'oeil du chef des Kataëb, Samy Gemayel, le 24 avril 2019 au siège du parti à Saïfi. Photo Yara Abi Akl

Le chef des Marada, Sleiman Frangié, s'est rendu aujourd'hui au siège du parti Kataëb à Saïfi, une première, afin de sceller la réconciliation entre sa formation et celle dirigée par Samy Gemayel, les deux leaders maronites annonçant à cette occasion vouloir poursuivre leur coopération à l'avenir, malgré leurs divergences politiques.

"Le dialogue avec les Kataëb était riche et a englobé tous les sujets", a affirmé lors d'une conférence de presse conjointe le leader maronite de Zghorta, au Liban-Nord, qui était accompagné d'une délégation ministérielle et parlementaire issue de sa formation politique. "La coordination se poursuit actuellement avec les Kataëb et se fera également à l'avenir pour tous les dossiers, afin de sortir de la situation économique et sociale dans laquelle nous sommes en ce moment", a-t-il ajouté.

"Nous nous sommes focalisés sur l'économie, car en politique, cheikh Samy sait que nous nous trouvons dans deux camps opposés, mais le plus important pour les chrétiens et les Libanais, c'est que ces divergences restent démocratiques", a expliqué le chef des Marada. "De nombreuses questions nous rassemblent, notamment les intérêts des gens. Nous remercions le député Samy Gemayel de nous avoir reçu à Saïfi, où nous nous sentons comme chez nous", a conclu Sleiman Frangié. Interrogé sur sa relation avec les Forces libanaises de Samir Geagea, avec qui les Marada ont scellé leur réconciliation il y a quelques mois au siège patriarcal maronite de Bkerké, Sleiman Frangié a affirmé qu'"il n'y aura pas de retour en arrière avec les FL. Nous allons sûrement nous rencontrer à nouveau". "Le lieu de la rencontre importe peu", a dit M. Frangié aux journalistes qui voulaient savoir s'il comptait se rendre à Meerab, lieu de résidence de M. Geagea.


"L'honnêteté et la morale"

Pour sa part, Samy Gemayel, a souligné que "des valeurs communes nous unissent à Sleiman Bey et aux Marada, notamment l'honnêteté et la morale, toutes deux devenues rares dans la vie politique. Nous nous disons la vérité, malgré nos divergences de vues, c'est cela qui fait que nous sommes honnêtes". "Nous allons maintenir le dialogue au sujet des questions sur lesquelles nous avons des divergences. Il y a des divergences de vues politiques, mais en matière d'économie, nous sommes prêts à coopérer avec les Marada et tous ceux qui veulent se joindre à nous afin d'empêcher qu'on s'en prenne aux Libanais", a fait savoir Samy Gemayel.

M. Gemayel a ensuite affirmé, sur un ton léger, qu'il voulait rapprocher M. Frangié du camp de l'opposition politique, sachant que les Kataëb ne sont pas présents au sein du gouvernement. Ce à quoi Sleiman Frangié lui a répondu en lui disant qu'il comptait faire l'inverse en essayant de le rapprocher de son propre camp politique.


(Lire aussi : Kataëb-Marada : les grandes dates)


La rencontre entre les deux leaders maronites intervient après une tournée qu’a effectuée, il y a environ deux semaines, le chef du Courant patriotique libre (CPL) Gebran Bassil dans le caza de Zghorta où il s’était réuni avec le député Michel Moawad, rival traditionnel de M. Frangié. À cette occasion, M. Bassil avait lancé implicitement un défi à M. Frangié en réclamant un siège de député pour le CPL aux prochaines législatives, sachant que Sleiman Frangié a toujours été hostile à tout ancrage d’un parti politique non zghortiote dans son fief. Certains observateurs voient dans la réunion entre MM. Gemayel et Frangié une riposte aux ambitions affichées du chef du CPL.

Déjà en 2009, Samy Gemayel s’était rendu à Bnechii, résidence secondaire de M. Frangié. Ce dernier avait affirmé à l’issue de leur rencontre que "la divergence est grande au niveau politique, mais nous pouvons nous unir sur les principes chrétiens".

En septembre 2018, Nadim Gemayel, député Kataëb, s’était rendu auprès du député Tony Frangié, fils du leader des Marada, avant de se recueillir devant la tombe de son grand-père homonyme, tué lors du massacre d’Ehden, imputé aux Kataëb, le 13 juin 1978. Une autre initiative dans le sens d’un rapprochement avait eu lieu plus récemment, lorsqu’une délégation Kataëb s’était rendue à Bnechii pour convier M. Frangié à la célébration de la journée des martyrs du parti, le 13 avril dernier.

La rencontre entre MM. Gemayel et Frangié intervient quelques mois après la normalisation des relations entre les FL et les Marada, consacrée par une réconciliation historique en novembre dernier, à Bkerké, sous les auspices du patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, entre M. Frangié et le chef des FL, Samir Geagea.


Lire aussi

Frangié à Saïfi aujourd’hui : la fin de plusieurs décennies d’inimitié


Pour mémoire

Le « petit pas » de Nadim Gemayel à Zghorta

À Bkerké, Geagea et Frangié mettent fin à une discorde vieille de 40 ans


Le chef des Marada, Sleiman Frangié, s'est rendu aujourd'hui au siège du parti Kataëb à Saïfi, une première, afin de sceller la réconciliation entre sa formation et celle dirigée par Samy Gemayel, les deux leaders maronites annonçant à cette occasion vouloir poursuivre leur coopération à l'avenir, malgré leurs divergences politiques.

"Le dialogue avec les Kataëb était...

commentaires (6)

PLUS X MOINS... QUI EST PLUS ET QUI EST MOINS JE LE LAISSE AU CHOIX DU LECTEUR... NE DONNENT QUE DU MOINS !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

21 h 22, le 24 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • PLUS X MOINS... QUI EST PLUS ET QUI EST MOINS JE LE LAISSE AU CHOIX DU LECTEUR... NE DONNENT QUE DU MOINS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 22, le 24 avril 2019

  • A QUAND UNE RECONCILIATION GENERALE DE TOUTES LES FORCES CHRETIENNES POUR PARLER D,UNE SEULE VOIX ? JE REVE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 52, le 24 avril 2019

  • Quelque soit les obstacles, les hommes sont capables de se retrouver tant que la volonté des deux côtés existe.

    Sarkis Serge Tateossian

    16 h 30, le 24 avril 2019

  • Erreur de la part d'OLJ ce matin, en esperant un correctif demain: les Forces Libanaises n'existaient pas en 78. Les FL etaient juste un concepte dU president Chamoun a ce moment la, concepte qui n'etait qu'une synchronisation des différentes milices nationalistes dont les PNL, Kataeb et gardiens des cedres lors des grandes batailles comme Tell el Zaatar. Donc ce n'etait ni un commando et encore moins une milice a part.

    Sarkis Paul

    16 h 18, le 24 avril 2019

  • Et voilà je le disais, l'encre de mon commentaire n'a pas encore séché, cette rencontre est faite pour attirer "l'opposition" des kataeb dans le giron de la résistance qui domine la politique actuelle du Liban. L'intention de Samy de parler d'attirer Sleiman 2 dans le camp des vaincus est une pure boutade . Dans le fond , les kataeb ne laisseront pas geagix cavaler tout seul vers le Graal. Avec le CPL ET LES MARADA, les Kataeb et les fl forment la quadrature du cercle . Et que le meilleur gagne.

    FRIK-A-FRAK

    15 h 49, le 24 avril 2019

  • Inchallah khair!

    Wlek Sanferlou

    15 h 26, le 24 avril 2019