X

Liban

Visite à caractère humanitaire d’un émissaire saoudien à Beyrouth

Liban-Arabie

Abdallah ben Abdel Aziz al-Rabiaa rencontre Saad Hariri et les chefs religieux, et inaugure des écoles pour réfugiés syriens.

Yara ABI AKL | OLJ
24/04/2019

Deux mois après la visite à Beyrouth de Nizar Alaoula, conseiller royal saoudien chargé du dossier libanais, en février dernier, c’est Abdallah ben Abdel Aziz al-Rabiaa, un autre conseiller au sein du cabinet et chargé du Centre humanitaire du roi Salmane, qui a entamé lundi une tournée au Liban.

Si Nizar Alaoula avait démenti toutes les spéculations médiatiques portant sur une « surprise financière » saoudienne visant à initier le processus de réformes dicté par la conférence de Paris dite CEDRE, il avait promis que près de 20 accords bilatéraux seront activés. Depuis la visite de M. Alaoula, quelques jours après la formation du gouvernement de Saad Hariri (le 31 janvier dernier), les déclarations de responsables saoudiens sur l’engagement du royaume à soutenir le Liban se sont poursuivies, mais sans actes concrets jusqu’ici.

La tournée de M. Rabiaa s’inscrit dans le prolongement des promesses d’aides faites par Riyad, mais vise plus spécifiquement le domaine humanitaire, notamment en relation avec les réfugiés syriens. À son arrivée, lundi, à l’Aéroport international de Beyrouth, où il a été reçu par Walid Boukhari, ambassadeur d’Arabie, M. Rabiaa a insisté sur le caractère « solide » des relations entre les deux pays. « Conformément aux directives du roi Salmane, nous venons mettre en œuvre des projets humanitaires et de secours et rencontrer les responsables libanais », a-t-il déclaré, avant de poursuivre : « Nous voulons bâtir des ponts entre le Centre humanitaire du roi Salmane et les ONG libanaises. » À une question portant sur de possibles entretiens avec le président de la République, Michel Aoun, et le chef du législatif, Nabih Berry, le conseiller saoudien s’est contenté de se dire heureux de rencontrer tout responsable au Liban, « si (son) agenda le permet ». Interrogé par L’Orient-Le Jour, un proche de Baabda a toutefois indiqué qu’aucun rendez-vous n’est fixé entre le chef de l’État et l’émissaire saoudien, pour aujourd’hui, dernier jour de la visite.


(Lire aussi : En Arabie, d'anciens employés de Saudi Oger seuls et désespérés)


Écoles pour réfugiés syriens

Quoi qu’il en soit, M. Rabiaa s’était entretenu, lundi soir, avec le Premier ministre, Saad Hariri. À l’issue de la rencontre, il a déclaré : « À la faveur des directives du roi Salmane et du prince héritier Mohammad ben Salmane, et pour affirmer la solidité des rapports libano-saoudiens, nous exécuterons plusieurs projets et signerons des accords à même de favoriser l’action humanitaire en faveur des réfugiés syriens et du peuple libanais frère dans plusieurs régions ». Selon lui, « plusieurs projets sont prévus pour l’avenir ». Et l’émissaire de souhaiter le maintien de bons rapports bilatéraux aussi bien sur le plan humanitaire que dans tous les domaines.

Plus tôt dans la journée de lundi, le diplomate saoudien avait rencontré des chefs de communautés religieuses au Liban, à savoir le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, le cheikh Akl druze, Naïm Hassan, et le président du Conseil supérieur chiite, le cheikh Abdel Amir Kabalan.

Il a en outre pris part à l’inauguration des écoles complémentaires de l’Unesco pour scolariser les réfugiés syriens à Saadnayel (caza de Zahlé). Étaient présents le ministre de l’Éducation, Akram Chéhayeb, et Philippe Lazzarini, coordinateur résident de l’ONU au Liban.


Pour mémoire

L'ambassadeur d'Arabie saoudite reçu par Deriane : Le royaume est attaché à la sécurité et la stabilité du Liban

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

En plus de tout ils viennent faire de l'humanitaire après avoir exécuté 37 saoudiens par décapitation et crucifixion. Pas plus tard qu'hier.

Qu'ils aillent offrir ces décapitations humanitaires et demembrements à leurs amis trump-pete ou nathanmachintruc.

AIGLEPERçANT

Si les bensaouds savent ce que humanitaire veut dire, ils ont le Yémen pour l'appliquer.

On a pas besoin de leur humanité, qu'ils lâchent le péze et se cassent , ils ne peuvent rien offrir d AUTRES, ces larbins.

Tina Chamoun

De l'huma la seule partie exigée est de (se) taire.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS NOUS SONT VENUS AVEC UN ACCORD DE 15 MILLIONS DE DOLLARS. HAKCHET DERESS ! ET S,EN TARGUENT.
NOUS ATTENDONS UNE PARTICIPATION OU UNE AIDE TANGIBLE DE L,ARABIE DANS LA CEDRE ! ESPERONS ET SOUHAITONS !
MBS, RECUPEREZ LE LIBAN, NE LE LAISSEZ PAS VOUS GLISSER ENTRE LES DOIGTS.

Cadige William

J’aime ces visites a caractere purement
humanitaire ... comme l’indique la manchette de
Votre Journal. Elles soulignent l’interet hautement
Desinteresse, Valeureux et Humain des personnes
Concernees.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre la crise économique et financière et l’implantation des Palestiniens...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants