X

À La Une

Un procès se profile pour l'ex-Premier ministre François Fillon et son épouse

france

Selon une source proche du dossier, le candidat malheureux de la droite à la présidentielle de 2017 devra répondre de "détournement de fonds publics", "complicité et recel" de ce délit, "complicité et recel d'abus de biens sociaux" et "manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".

OLJ/AFP
23/04/2019

Plus de deux ans après l'ouverture d'une enquête qui a entraîné la chute politique de l'ex-Premier ministre français François Fillon, les juges d'instruction ont ordonné un procès pour lui et son épouse Penelope.

Cette retentissante affaire avait stoppé net la course en tête lors de la présidentielle de 2017 de François Fillon, candidat de droite parti favori dans les sondages mais finalement éliminé au premier tour, avant la victoire d'Emmanuel Macron.

Les trois juges du pôle financier de Paris ont renvoyé le couple, ainsi que l'ancien suppléant de M. Fillon à l'Assemblée nationale, Marc Joulaud, devant le tribunal correctionnel, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information du quotidien Le Monde.

Selon une source proche du dossier, le candidat malheureux de la droite à la présidentielle de 2017 devra répondre de "détournement de fonds publics", "complicité et recel" de ce délit, "complicité et recel d'abus de biens sociaux" et "manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique".

Son épouse, rémunérée comme collaboratrice à l'Assemblée nationale, chambre basse du Parlement français, quand M. Fillon était député, est poursuivie pour "complicité et recel" des délits de détournement de fonds publics et d'abus de biens sociaux.

Marc Joulaud, député européen de droite, est pour sa part renvoyé pour "détournement de fonds publics".

L'avocat de l'ex-Premier ministre, Antonin Lévy, a de son côté regretté que l'ordonnance des juges ait été transmise "à la presse avant même qu'elle n'ait été notifiée à M. Fillon et à sa défense". "Cela démontre l'état d'esprit dans lequel toute cette enquête a été conduite", a-t-il commenté auprès de l'AFP.

Pierre Cornut-Gentille, l'avocat de Penelope Fillon, née au Royaume-Uni, a pour sa part dénoncé "une nouvelle violation du secret de l'instruction".



(Lire aussi : Fillon annonce la création d’une fondation : « Agir pour les chrétiens du Moyen-Orient »)



Déroute politique
Le 25 janvier 2017, le journal satirique Le Canard enchaîné avait révélé des soupçons d'emplois fictifs pesant sur Penelope Fillon, alors sans activité professionnelle connue. Par la suite, M. Fillon avait lui-même annoncé avoir rémunéré ses enfants comme assistants parlementaires à ses côtés.

Face aux enquêteurs, M. Fillon avait défendu la réalité et la légalité des emplois de sa femme à l'Assemblée nationale entre 1986 et 2013, lorsqu'il était député, et de ses enfants Charles et Marie quand il siégeait au Sénat entre 2005 et 2007.

Si ces derniers n'ont pas été inculpés, les juges ont toutefois estimé que leur père s'était rendu responsable de "détournements de fonds publics", selon la source proche du dossier.

Outre Marc Joulaud, un autre proche de M. Fillon a été inculpé dans cette enquête: le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière. Ce dernier a toutefois opté pour une procédure de "plaider coupable", qui permet d'éviter un procès. Il a été condamné le 11 décembre à huit mois de prison avec sursis et 375.000 euros d'amende pour abus de biens sociaux pour avoir accordé un emploi de complaisance, en partie fictif, à Penelope Fillon au sein de la "Revue des deux mondes".

Selon l'enquête, Mme Fillon aurait touché 135.000 euros de mai 2012 à décembre 2013 alors qu'elle n'a publié que deux notes de lecture dans la revue, propriété du milliardaire, auprès de qui elle dit avoir assumé un rôle de conseiller. Après avoir contesté avec virulence la légitimité de l'enquête, le couple Fillon a ensuite choisi une stratégie de passivité lors de l'instruction, réservant sa riposte pour le tribunal.

Les révélations en cascade avaient écorné son image d'homme politique intègre. La formule assassine qu'il avait employée contre l'ancien président Nicolas Sarkozy lors de la primaire de la droite - "qui imagine de Gaulle mis en examen?" - lui était alors revenue comme un boomerang.

Mais le coup de grâce était venu des révélations de Robert Bourgi, figure des réseaux de la "Françafrique", qui s'était vanté de lui avoir offert deux costumes d'une valeur de 13.000 euros. L'enquête avait alors été élargie à des soupçons de "trafic d'influence", qui ont fait l'objet d'un non-lieu.

Désormais retiré de la vie politique, M. Fillon, qui vient de fêter ses 65 ans, a rejoint il y a plus d'un an la société de gestion d'actifs et d'investissement Tikehau Capital.






Pour mémoire
Plainte de François Fillon contre Le Canard Enchaîné: l'enquête classée sans suite

France : Fillon sous statut de témoin assisté pour "escroquerie aggravée"

Un mois après sa défaite, Fillon concentré sur sa défense et l'oeil tourné vers le privé

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Quand les forces du mal s'unissent et se synchronisent contre un homme ...ils le demolissent sans grande difficulté.

Des exemples ?
Ce fut Fillon en politique et récemment Carlos Ghosn dans l'industrie...

Ce sont des grands seigneurs dont leurs réussites et objectifs ambitieux font des jaloux et des mercenaires prêts à tout.

Leurs petits manquements aux obligations administratives sont sciemment amplifiées, juridiquement qualifiés et solennellement jetés sous les projecteurs des médias.

En général la mort s'en suit.
Mais la mort n'est elle pas une nouvelle naissance ?

Le Faucon Pèlerin

Quoique j'ai voté pour Français Fillon, mais son entêtement a coûté l'élection d'Alain Juppé à la Présidence de la République française.
Selon l'adage libanais : "Celui qui épouserait ma mère, serait mon beau-père" je suis derrière Laurent Wauquiez pour brandir bien haut l'étendard du parti "Les Républicains" digne héritier du mouvement gaulliste RPF, UNR, RPR, UMP et aujourd'hui "Les Républicains". Après 72 ans de fidélité gaulliste, je ne changerai pas.

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants