Humanitaire

Fillon annonce la création d’une fondation : « Agir pour les chrétiens du Moyen-Orient »

Le patriarche Béchara Raï recevant François Fillon : Que faire pour les chrétiens du Moyen-Orient ? Photo ANI

L’ancien Premier ministre français et ex-candidat à la présidentielle François Fillon, arrivé samedi au Liban, a été reçu hier par le chef de l’État Michel Aoun, le patriarche maronite Béchara Raï et le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Élias Audi, auxquels il a annoncé son projet de création d’une fondation, « Agir pour les chrétiens du Moyen-Orient », dont la vocation sera d’aider les chrétiens à rester enracinés dans leurs patries.

À la presse, M. Fillon a précisé qu’il espère à travers son action pouvoir « faire pression sur les gouvernements européens, pour notamment financer l’éducation des chrétiens, en particulier ceux qui ont quitté leurs pays, afin de les encourager au retour ».Au chef de l’État, il a annoncé que sa fondation sera dotée, au départ, d’un fonds qui ne sera pas inférieur à 15 millions d’euros.

La presse française avait révélé en 2018 que M. Fillon avait écrit à ses amis afin de solliciter une participation financière à la création de sa fondation. Dans sa lettre, l’ancien Premier ministre exposait ainsi les « trois grands objectifs » de la structure conçue :

– « Sensibiliser l’opinion à cette cause et contribuer au débat public afin d’aider à ce que des réponses soient apportées aux drames que vivent les minorités d’Orient. » Il s’agit notamment de lutter contre « le risque que l’opinion publique française, européenne et internationale s’habitue peu à peu à un état de fait pourtant inacceptable ».

– « Soutenir les actions et initiatives concrètes qui permettent sur le terrain d’aider ces populations à reconstruire un cadre de vie en commun leur assurant un avenir dans leur pays d’origine. »

– « Être présente aux côtés de ceux qui n’ont trouvé d’autre solution que celle du départ, et qui sont aujourd’hui réfugiés en France ou dans d’autres pays européens (…) avec une attention particulière pour les solutions intégrant une dimension d’aide au retour des réfugiés dans leur pays d’origine. »

« Si nous ne nous battons pas pour préserver la diversité culturelle et religieuse au Proche-Orient, nous laisserons prospérer les ferments de la violence, de la division et de la guerre », avait estimé l’ancien candidat à l’élection présidentielle française, cité par le quotidien La Croix.


L’ancien Premier ministre français et ex-candidat à la présidentielle François Fillon, arrivé samedi au Liban, a été reçu hier par le chef de l’État Michel Aoun, le patriarche maronite Béchara Raï et le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Élias Audi, auxquels il a annoncé son projet de création d’une fondation, « Agir pour les chrétiens du Moyen-Orient »,...

commentaires (0)

Commentaires (0)