X

Liban

La confusion persiste autour du sort de Samir Kassab

Liban-Syrie

Un proche du cameraman disparu en Syrie depuis 2013 déplore via « L’Orient-Le Jour » la négligence de l’Etat dans l’affaire.

C.A. | OLJ
23/04/2019

La confusion persiste sur le sort du cameraman libanais Samir Kassab, travaillant pour la chaîne britannique Sky News Arabia, basée à Abou Dhabi, après le nouveau rebondissement qu’a constitué l’information diffusée vendredi soir par la chaîne LBCI, selon laquelle il serait décédé depuis plusieurs mois. Samir Kasssab, disparu près d’Alep le 21 octobre 2013, a été enlevé par des éléments armés appartenant probablement à l’organisation État islamique (EI). Dans son journal télévisé, la LBCI avait rapporté que le ministère des Affaires étrangères a annoncé le décès de M. Kassab à sa famille et que le ministère essaie d’en obtenir les preuves.

Razane Hamdan, fiancée du cameraman disparu, avait le soir même démenti la nouvelle, précisant toutefois à l’Agence nationale de l’information (ANI, officielle) qu’il y a deux mois, un émissaire du ministre des Affaires étrangères (AE), Gebran Bassil, avait remis à sa famille une lettre dans laquelle il lui était demandé de « s’apprêter à recevoir une mauvaise nouvelle ». « La famille avait alors demandé à rencontrer personnellement M. Bassil », a ajouté Razane Hamdan, précisant que « lors de la rencontre avec le père et le frère de Samir et des collègues au sein de Sky News, le ministre des AE a déploré que la missive leur soit ainsi parvenue ». « Malgré le fait que l’État islamique a été vaincu, nous n’avons pas encore reçu d’informations concernant Samir », leur aurait indiqué M. Bassil, affirmant « ne détenir aucune preuve et (que) la probabilité qu’il soit toujours en vie est égale à l’éventualité de sa mort ».


(Pour mémoire : Les étrangers enlevés ou disparus en Syrie)


Concernant l’information de la LBCI, un proche de la famille contacté par L’Orient-Le Jour s’est indigné de la façon dont elle a été annoncée, à savoir « la famille de Samir Kassab apprend la nouvelle de son décès ». Ce proche affirme que « l’intitulé du rapport est douloureux en même temps qu’erroné, et ce malgré le fait que son contenu est véridique puisqu’il évoque la visite effective de l’envoyé du ministre des Affaires étrangères ». Il affirme à cet égard que l’envoyé est un proche de la famille et du Courant patriotique libre (CPL) dirigé par M. Bassil. Et celui-ci d’être critiqué à cause du fait que « les informations ne doivent pas parvenir à la famille de la victime avant que les responsables, notamment le ministre des AE et le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, aient obtenu toutes les données concernant le dossier ». Or ces données, les responsables ne les détiennent pas, si l’on en croit les informations du site Lebanon Files, selon lesquelles M. Ibrahim continue de suivre l’affaire mais ne parvient toujours pas à prendre contact avec les parties concernées par l’enlèvement afin de faire la lumière sur le sort de Samir Kassab.

Commentant cette faille, le proche du disparu estime, via L’OLJ, qu’elle « est un indice de la négligence de l’État, lequel n’œuvre pas sérieusement à protéger ou réclamer ses citoyens ». Il estime plus particulièrement qu’« avec les membres de la Croix-Rouge, les journalistes et photographes devraient faire l’objet d’une attention spéciale de la part de l’État dans les contextes de crises et guerres ».

Et le proche du cameraman enlevé de s’interroger avec amertume : « Comment M. Ibrahim a-t-il réalisé le retour en Syrie de centaines de combattants de l’EI et travaille actuellement à rapatrier au pays du Cèdre plus de 25 femmes et enfants de combattants libanais, tandis que le sort de Samir Kassab demeure inconnu ? »


Pour mémoire
Appel de la famille de Samir Kassab à sa libération

Le cas du cameraman Samir Kassab

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants