X

Liban

Bientôt une pérennisation des pistes cyclables à Beyrouth

Développement durable

Des centaines de vélos ont pris d’assaut, hier, des rues de la capitale dans le cadre de l’événement « Bike to Work ». L’occasion pour le président de la municipalité d’annoncer un projet de pistes cyclables permanentes.

18/04/2019

À Beyrouth, milieu passablement hostile aux vélos, il faut un certain courage, voire une inconscience, pour se risquer à pédaler parmi les 600 000 automobilistes qui prennent d’assaut la capitale. À travers la ville, les voitures fusent, se croisent, se frôlent parfois. Le tout dans un concert de klaxons sur fond d’émanations de pots d’échappement.Hier pourtant, près de 900 personnes ont enfourché leur vélo pour aller travailler. Un spectacle rendu possible par l’organisation d’un événement, « Bike to Work », organisé par The Chain Effect. Pour la troisième année consécutive, des pistes cyclables éphémères ont en effet été installées dans les rues de Beyrouth, mais aussi Tripoli et Batroun. Cette initiative a vu le jour en partenariat avec la municipalité de Beyrouth et le ministère de l’Environnement.

« L’année passée, il y avait 650 personnes. Nous avons réussi à convaincre davantage de cyclistes cette fois-ci », détaille, satisfaite, Elena Haddad, cofondatrice de l’association The Chain Effect. En 2018, le parcours était de 3,5 kilomètres. Cette année, ce sont trois pistes qui ont été mises en place sur près de 12 kilomètres.

Le président du conseil municipal de Beyrouth, Jamal Itani, le ministre de l’Environnement Fady Jreissati et des députés de différents partis, au nombre desquels Eddy Maalouf, Hagop Terzian et Élias Hankache, l’ambassadrice de Suisse Monika Schmutz Kirgöz, ainsi que les ambassadeurs des Pays-Bas, de Grande-Bretagne et du Danemark se sont eux aussi mis en selle, bien entourés d’un dispositif de sécurité (également à vélo). Mme Kirgöz souligne la nécessité d’une telle initiative : « The Chain Effect est une dynamique jeune qu’il faut soutenir. Il est également important que la communauté internationale se mobilise. »

De son côté, M. Jreissati explique que « l’objectif de cet événement est de sensibiliser les gens à l’importance d’emprunter les moyens de transport écologiques ». Il met l’accent sur « la pollution causée par le secteur des transports qui forment 25 à 30 % de l’ensemble des émissions ». Insistant sur la nécessité de promouvoir la culture des transports écologiques, il a appelé les ministères de l’Intérieur et des Travaux publics à coopérer avec son ministère, d’autant que « le ministère de l’Environnement n’a pas d’autorité sur les municipalités, et ce pour consacrer des couloirs à vélo afin de protéger les cyclistes d’un éventuel accident ». Affirmant que l’attitude écologique est un « devoir » et non un « luxe », M. Jreissati a conclu en assurant que « de meilleurs jours écologiques attendent le Liban ».


(Lire aussi : « Bike to Work Lebanon » : vers la démocratisation du vélo au Liban ?)



Le nouveau projet de pistes cyclables permanentes
Le vélo en toute sécurité dans la capitale, ce sera bientôt possible d’après Jamal Itani. Le président du conseil municipal a annoncé, aux côtés de la diplomate suisse, la création de deux pistes cyclables durables. Les travaux commenceront cet été et seront « probablement terminés à la fin de l’année », a-t-il déclaré. Les Beyrouthins pourront ainsi se déplacer sur 16 kilomètres. L’idée n’est pas seulement de créer des couloirs pour les vélos, mais aussi d’aménager des espaces plus agréables et plus sécurisés, avec des ralentisseurs aux endroits où les voitures se croiseront avec les vélos. La municipalité aimerait limiter les voitures dans la capitale pour faire de Beyrouth une ville plus accessible. Il y a dix ans, elle avait déjà initié un projet semblable, la « liaison douce », en collaboration avec la région Île-de-France. Cette piste, qui avait pour objectif de relier la rue de Damas au centre-ville, semble tombée à l’eau, et M. Itani s’est montré évasif sur le sujet. Néanmoins, un des corridors du nouveau projet passe par la rue de Damas.


(Pour mémoire : À Beyrouth, les vélos n’ont toujours pas leur part du bitume)


Un moyen de transport écologique
« Il faut considérer la bicyclette comme un moyen de transport à part entière », a souligné hier matin l’ambassadrice suisse, avant de se hisser sur son deux-roues. « Nous espérons que les mentalités vont changer, que le vélo s’inscrira dans le mode de vie des Libanais », a-t-elle ajouté. De son côté, Elena Haddad se dit ravie du nouveau projet proposé par la municipalité de Beyrouth, mais, selon elle, « il en faudrait plus encore ».

Hier, déjà quelques voitures étaient garées sur les espaces réservés aux vélos. Un fait que soulève d’ailleurs Élie Assaf, un des participants. Venu de Byblos, il a échangé sa voiture contre une bicyclette au Forum de Beyrouth (l’une des trois stations de départ) et s’est dirigé vers Hamra, où il travaille comme ingénieur. « Aujourd’hui, nous avons ces problèmes d’embouteillages quotidiens, et il n’y a pas réellement de système de transport public fonctionnel », raconte-t-il, casque vissé sur la tête. Pour cet homme de 26 ans, il est nécessaire que la bicyclette entre dans les mœurs et habitudes. Et de relever aussi l’aspect écologique : « Nous faisons face à une crise des déchets depuis quatre ans maintenant et il faut régler ces problèmes de pollution, mais cela prendra du temps. »



Pour mémoire
À Tripoli, les premiers vélos-taxis du pays

Beyrouth se lance dans les vélos en libre-service

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Madame Monika Schmutz Kirgöz,
vous êtes bien gentille...mais nous sommes à Beyrouth, Liban,
et non à Genève, Berne ou Zürich !!!
Irène Saïd


gaby sioufi

bcp me hairont, mais la verite est tellement affreuse qu'il me tarde a l'exposer:
la municipalite a bien mieux a faire que cela. commencer par s'occuper des rues defoncees, faites et refaites pire encore par des entrepreneurs vereux, les trottoires pareils,et monopolises par valets(manu militari ),epiciers, vendeurs de fruits,coiffeurs,autres commerces du detail( marchandises exposees a meme les trottoires, les banques, les immeubles de rapport & ceux residentiels,
s'occuper aussi de la salete qio samoncelle ds les rues de beyrouth comme jamais vu du temps de Sukleen, des permis de construire ss aucune etude urbaniste et autres, - LA LISTE EST LONGUE .
VOILA DONC les pistes cyclables peuvent/doivent attendre des jours meilleurs.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESPERONS QUE CA DURERA. LES BICYCLETTES ROULENT AVEC ET PARMI LES VOITURES DANS LES GRANDES CAPITALES DU MONDE OU L,ENBOUTILLAGE EST MONSTRE.

Sarkis Paul

Le grand duc aka president de la municipalité devrait penser planifier une baisse de la pollution avant de lancer des velos. Interdir les camions et bus a mazout ou au moins grandement les réduire comme les camions citernes qui super polluent Beyrouth...

Stes David

Il faudrait avoir une équipe sportive libanaise comme les Euskatel au Pays-Basque (Espagne) . Je pense que populariser le vélo pour transport dans la ville dépend aussi de la popularité du cyclisme comme sport.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La délicate position du Liban aux rencontres de La Mecque

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants