X

À La Une

La structure de Notre-Dame de Paris semble sauvée, annoncent les pompiers

France

"Cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ensemble", assure Macron devant Notre-Dame.

OLJ/Agences
15/04/2019

Il aura fallu quatre heures d'une lutte acharnée contre les flammes pour que les pompiers puissent enfin annoncer que la structure de Notre-Dame de Paris semble "sauvée et préservée dans sa globalité". "L'incendie est éteint. On va continuer à surveiller les foyers résiduels et refroidir les parties chaudes, dont la charpente, tout en vérifiant que les flammes ne reprennent pas", a dit à Reuters le lieutenant-colonel Gabriel Plus, un porte-parole des pompiers.

Le violent incendie, dont l'origine n'était toujours pas connue hier soir, aura toutefois emporté la toiture de l'édifice ainsi que la flèche et suscité une vague d'émotion qui a très largement dépassé les frontières de l'Hexagone.

Peu après l’annonce des pompiers, Emmanuel Macron, qui avait décidé de reporter son allocution télévisée post-grand débat prévue hier soir et de se rendre sur place, a déclaré, devant la cathédrale, que "ce qui s'est passé ce soir dans cette cathédrale est un terrible drame". Remerciant le "courage extrême" des pompiers, il a ajouté que "le pire a été évité même si la bataille n'a pas été totalement gagnée". "Cette histoire c'est la nôtre, alors elle brûle. Mais je veux avoir un mot d'espérance. Cette espérance, c'est la fierté que nous devons avoir, de tous ceux qui se sont battus pour que le pire n'advienne pas. Cette cathédrale, il y a plus de 800 ans, nous avons su l'édifier et, à travers les siècles, la faire grandir et l'améliorer. Cette cathédrale, nous la rebâtirons tous ensemble", a-t-il ajouté. Demain, "une souscription nationale sera lancée et nous ferons appel aux plus grands talents", a-t-il encore dit avant de marteler : "Nous rebâtirons Notre-Dame”.


"L'action des sapeurs-pompiers engagés au plus près a permis d'enrayer la propagation en direction du beffroi Nord, on peut considérer maintenant que les deux tours de Notre-Dame sont sauvées", a dit, peu avant la déclaration du président, le général Jean-Claude Gallet, commandant de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). "L'action principale maintenant est de refroidir les structures avec un point sensible, l'échafaudage central", qui peut s'effondrer partiellement, a-t-il ajouté. "Mais on peut considérer que la structure de Notre-Dame est sauvée et préservée dans sa globalité." "Le feu a baissé en intensité", a renchéri à ses côtés le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nuñez, tout en invitant à rester "extrêmement prudent". Parmi les pompiers, l'on compte un blessé grave.


"Dégâts colossaux"

Une heure avant l'annonce des pompiers, M. Nuñez avait déclaré que le sauvetage de Notre-Dame n'était "pas acquis". "Au moment où on se parle l'incendie n'est pas circonscrit", a déclaré en milieu de soirée, près de trois heures après le début du sinistre Laurent Nuñez. "Les sapeurs-pompiers attaquent cet incendie avec 18 lances à incendie, depuis l'extérieur mais aussi depuis l'intérieur, pour tenter de sauver cet édifice ce qui, à l'heure actuelle, n'est pas acquis".

"Le feu intéresse les deux-tiers de la toiture, qui s'est effondrée, ainsi que la flèche. Actuellement la manœuvre vise à préserver l'arrière de la cathédrale, où sont situées les œuvres les plus précieuses, que nous sommes en train d'évacuer", avait ajouté, dans la foulée, le général Jean-Claude Gallet. "La seconde manœuvre concerne le beffroi nord, avec le risque d'effondrement des bourdons. Si les bourdons s'effondrent c'est l'effondrement de cette tour", avait-il ajouté. "On n'est pas sûr de pouvoir enrayer la propagation au beffroi nord. Si celui-ci s'effondre, je vous laisse imaginer l'ampleur des dégâts", avait-il poursuivi. La  Direction générale de la Sécurité civile avait, quant à elle, précisé que larguer de l'eau sur Notre-Dame de Paris pour éteindre les flammes n'était pas une option car cela pourrait détruire le bâtiment en proie à un violent incendie.



(Lire aussi : Face à Notre-Dame ravagée par les flammes, l'émotion par-delà les frontières)


La flèche de l'édifice, culminant à 93 mètres de haut, s'est effondrée sur elle-même peu avant 20H00. "Désormais une mission particulière a été engagée pour tenter de sauver toutes les œuvres d'art qui peuvent l'être", avait annoncé, en début de soirée, Emmanuel Grégoire, l'adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo, qui déplorait des "dégâts colossaux".


La couronne d'épine sauvée

Un peu plus tard, Mgr Patrick Chauvet, recteur de la cathédrale indiquait que la couronne d'épines et la tunique de Saint-Louis, deux objets extrêmement importants pour les catholiques, avaient été "sauvés". La couronne d'épine est, selon la croyance des catholiques, celle que les soldats romains auraient posé sur la tête de Jésus pour se moquer de lui peu avant sa crucifixion.

Le feu, qui s'est propagé extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers. Il semble être parti d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice, construit entre le XIIe et le XIVe siècle, selon les pompiers. En soirée, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "destruction involontaire par incendie". La piste d'un départ de feu accidentel depuis le chantier en cours sur le toit de la cathédrale "retient l'attention des enquêteurs en l'état des investigations", a précisé une source proche du dossier.



Hanna Fahed, un Libanais en vacances à Paris était assis à la terrasse d'un café en face de la cathédrale lorsqu'il a vu la fumée puis les flammes. "Tout le monde est incrédule et silencieux, a-t-il raconté à L'Orient-Le Jour. Il n' y a pas de cris mais de la peur et de la tristesse. Certaines personnes pleurent. On entend le son des sirènes des pompiers partout". Le long des quais et sur les ponts qui mènent à l'île de la cité, une foule de badauds est arrêtée et prend des photos, de l'immense panache de fumée. "Notre Dame is on fire?!" ("Notre Dame est en feu ?") interrogeait, incrédule, une touriste japonaise. "J'espère que c'est pas un attentat", ajoutait une autre personne en français.



13 millions de touristes

"Notre-Dame de Paris en proie aux flammes. Émotion de toute une nation. Pensée pour tous les catholiques et pour tous les Français. Comme tous nos compatriotes, je suis triste ce soir de voir brûler cette part de nous", a écrit Emmanuel Macron sur Twitter. "Un terrible incendie est en cours à la cathédrale notre-dame de Paris", a déploré sur Twitter la maire de la Paris Anne Hidalgo. "Un haut-lieu de la foi catholique est en train de brûler", a affirmé, en fin de soirée, à l'AFP le porte-parole de la Conférence des évêques (CEF), Vincent Neymon, estimant que la cathédrale est un "symbole vivant de la foi catholique".

Photo Geoffroy VAN DER HASSELT

Donald Trump a, pour sa part, jugé "terrible" d'assister à l'impressionnant incendie ravageant lundi l'emblématique cathédrale, le président américain conseillant aux secours d'"agir vite". "C'est si terrible d'assister à ce gigantesque incendie à Notre-Dame de Paris. Peut-être faudrait-il utiliser des bombardiers d'eau pour l'éteindre. Il faut agir vite", a tweeté le président. Les principales chaînes de télévision américaines ont modifié leurs programmes pour diffuser en direct les images du brasier.

"Ces horribles images de Notre-Dame en feu font mal. Notre-Dame est un symbole de la France et de notre culture européenne. Nous sommes avec nos pensées avec les amis français", a twitté le porte-parole de la chancelière Angela Merkel Steffen Seibert.


(Lire aussi : Notre-Dame de Paris, un édifice emblématique de la France)


L'organisation des Nations-Unies pour la culture, l'Unesco, se tient aux "côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable" qu'est la cathédrale Notre-Dame, ravagée lundi par les flammes, a, par ailleurs tweeté sa directrice Générale Audrey Azoulay. Notre-Dame est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1991.

Cet incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne. Environ 13 millions de touristes chaque année le bâtiment, situé au cour de la capitale française. D'importants travaux y ont lieu depuis plusieurs mois, notamment pour nettoyer l'édifice, noirci par la pollution.

AFP / Geoffroy VAN DER HASSELT

Très prisée des touristes, cette cathédrale, qui est aussi un sanctuaire marial élevé au rang de basilique, continue d'assurer ses fonctions d'édifice religieux: cinq offices y sont célébrés quotidiennement, et sept les dimanches. Avec les fêtes et célébrations exceptionnelles, ce sont plus de 2.000 offices qui résonnent chaque année sous ses voûtes.

La flèche de la cathédrale, dressée sur les quatre piliers du transept, est un des symboles de la capitale française.

Les touristes d'outre-Atlantique sont notamment particulièrement attachés à Quasimodo et aux autres personnages -- immortalisés par le cinéma et la comédie musicale -- sortis de l'imaginaire de Victor Hugo, dont le roman "notre-dame de Paris" (1831) a amplifié le mouvement en faveur de la restauration de la cathédrale au XIXe

 


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Imad A. Aoun

Mon Coeur est triste.
C'est toute une culture , une histoire , une memoire qui est atteinte.L'Eglise , la Cathedrale , le Lieu de culte les plus touchants .....en feu.
Mais Notre Dame est et sera toujours debout !!!

Georges MELKI

Dans n'importe quel cas de figure, c'est une catastrophe terrible! Plus terrible encore si c'est un incendie provoqué par la maladresse et le laisser-aller des gens responsables des travaux de réparation en cours! Quel dommage et quelle honte!

Chaccal Marie Hélène

Probablement un cretin qui aura jete son megot sans l’eteindre....

Punjabi

Notre-Dame, des douleurs en semaine sainte...

PAUL TRONC

Une tragédie mondiale, content d'apprendre que les structures de ce prestigieux édifice ont tenu plus fortement que les tours jumelles de new York.

Sarkis Serge Tateossian

Un incendie qui éclate au moins une heure et demie après le départ des salariés ...(qui rénovaient la cathédrale) est un peu étrange.

Les mots du président français concernant la reconstruction sont réconfortants.

Un élan de solidarité semble se mettre en marche, un élan et une union si forte que cela semble créer un égrégore spirituel...qui rassemble les esprits au-delà des frontières et des communautés.

C'est rassurant malgré la tristesse incommensurable.

HABIBI FRANCAIS

Notre Dame de Paris est dans le meme piteux etat que la France en general.
Il est possible que l un des ouvriers charges de la renovation soit de DAESH.
Si la cathedrale s effondre,Macron y fera sans doute construire une mosquee a la place.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESPERONS QUE CE NE SOIT PAS UN ACTE TERRORISTE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants