X

À La Une

Jamali et Hariri remercient leurs électeurs à Tripoli

Liban

"L'élection partielle a été mieux organisée que les précédentes, mais elle a été entachée par plusieurs problèmes", estime la LADE.

OLJ
15/04/2019

La députée du courant du Futur, Dima Jamali, et le leader de la formation politique, le Premier ministre Saad Hariri, ont remercié lundi les électeurs de la capitale du Liban-Nord qui ont permis à Mme Jamali de remporter dimanche l'élection législative partielle de Tripoli, bien que le scrutin ait faiblement mobilisé.

"Ma victoire est aussi votre victoire ! Merci du fond du cœur aux habitants de Tripoli qui ont été à mes côtés durant cette période", a écrit lundi Mme Jamali sur son compte Twitter. "Vous avez montré votre fidélité et montré la véritable image de votre ville. Je suis plus que jamais avec vous, et j’œuvrerai pour réaliser les aspirations légitimes de nos concitoyens pour y rétablir l’économie et la croissance", a-t-elle ajouté.


M. Hariri a également remercié lundi matin les habitants de Tripoli après la victoire de la candidate de sa formation. "Mille mercis à Tripoli et à tous ceux qui se rassemblés autour de ces élections libres et impartiales, et félicitations à Dima", a écrit M. Hariri sur son compte Twitter. "Maintenant, mettons-nous au travail pour que Tripoli reste le phare du Liban", a-t-il ajouté.


Dans la nuit de dimanche à lundi, la ministre de l'Intérieur, Raya el-Hassan, avait annoncé les résultats officiels du scrutin, dont la compilation avait pris du retard dimanche soir. Selon ces résultats, Mme Jamali a obtenu 19.387 voix - soit 57,08% des suffrages exprimés - lors de ce scrutin qui a mobilisé 12,55% des inscrits sur les listes électorales. "Sur les 241.534 inscrits, il y a eu 33.963 suffrages exprimés, 2.648 bulletins nuls et 1.951 bulletins blancs", a indiqué Mme el-Hassan.

Selon ces résultats officiels, Yehia Maouloud, le candidat de la société civile, est arrivé en deuxième position avec 3295 voix. L'ancien député de Tripoli, Misbah Ahdab, est troisième avec 2590 voix, devant le journaliste Omar Sayyed, 2240 voix. Nizar Zakka, détenu en Iran depuis 2015, a obtenu 503 voix, Talal Kabbara 290 voix, Mahmoud Samadi 54 voix et Hamed Amcheh six voix.



(Lire aussi : Victoire de Dima Jamali à la partielle de Tripoli : ce qu'en dit la presse libanaise)



Scrutin "entaché par plusieurs problèmes" selon la LADE

Dans la journée, l’Association libanaise pour la démocratie des élections (LADE), qui a observé le processus électoral où elle a dépêché 170 observateurs sur l'ensemble des bureaux de vote, a publié son rapport final dans lequel elle pointe du doigt plusieurs violations des lois encadrant le scrutin.

"L'élection partielle a été mieux organisée que les précédentes, mais elle a été entachée par plusieurs problèmes liés à l'égalité des chances entre les candidats, l'information des électeurs, la nécessité de déléguer l'organisation des élections à une instance indépendante et professionnelle sur les plans administratif et organisationnel et capable d'agir pour faire appliquer la loi", selon le communiqué de la LADE

Ainsi, l'association a de nouveau dénoncé "les violations flagrantes du silence électoral" de la part des candidats à cette élection, qui se sont exprimés alors que les bureaux de vote étaient encore ouverts, et des médias. "Ces violations posent plusieurs questions liées à la violation de la loi et des critères internationaux en matière de démocratie des élections", indique le communiqué de la LADE.

L'association a de nouveau appelé à un amendement de la loi encadrant les dépenses de campagne et, plus globalement, l'utilisation de l'argent pour les élections, afin d'assurer la "transparence sur le plan financier" et une "meilleure équité".

La LADE a également expliqué que le fait que la ministre de l'Intérieur, chargée de l'organisation du scrutin et appartenant au même camp que Mme Jamali, "peut avoir des influences sur le processus électoral et poser des questions sur la neutralité de la conduite de ce processus". 

Par ailleurs, l'association a noté "les embouteillages" et le "désordre" qui a régné au palais de justice de Tripoli où ont été centralisés les urnes et les procès-verbaux de comptage des voix, ajoutant que certaines enveloppes contenant les bulletins n'étaient pas scellées.

Enfin, la LADE a dénoncé la "marginalisation des personnes à mobilité réduite et des personnes âgées empêchés de voter, d'arriver dans les bureaux de vote dans la liberté et la dignité", appelant les ministères concernés, dont ceux de l'Intérieur et de l'Education, "d'adapter la voie publique pour les prochaines élections".


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants