X

À La Une

Nouvelles manifestations de "gilets jaunes" avant les annonces de Macron

France

Le recul de la mobilisation observé la semaine dernière semble se confirmer, notamment à Paris avec un cortège clairsemé.


OLJ/AFP
13/04/2019

Quelques milliers de "gilets jaunes" ont de nouveau manifesté en France pour le 22e samedi consécutif, indifférents aux prochaines annonces du président Emmanuel Macron, censées mettre un terme à une crise sociale qui dure depuis près de 5 mois.

Le recul de la mobilisation observé la semaine dernière semblait se confirmer, notamment à Paris avec un cortège clairsemé. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, régulièrement contestés par les gilets jaunes, les manifestations ont rassemblé 31.000 personnes en France, dont 5.000 à Paris.

La semaine dernière, "l'acte 21" avait rassemblé 22.300 personnes dans les rues, selon le ministère, soit le plus faible chiffre officiel depuis novembre. Sur la page Facebook du "Nombre jaune", les "gilets jaunes" revendiquaient bien plus du triple. "Le grand débat, grand blabla", "Macron on n'attend rien de vos annonces", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants dans la capitale, où les forces de l'ordre ont procédé à 15 interpellations et 5.885 contrôles préventifs, selon la préfecture.

A Toulouse (sud-ouest), "capitale" du mouvement ce samedi, la tension est un peu montée entre le cortège et les forces de l'ordre, qui ont lancé gaz lacrymogènes et grenades assourdissantes pour réduire le périmètre de la manifestation, interdite au centre-ville.



(Lire aussi : En France, les "gilets jaunes" enregistrent leur plus faible mobilisation)


En début d'après-midi, dans le centre, une remorque de chantier et une camionnette ont été incendiées. "Manifester est un droit fondamental et doit le rester", affirmait une banderole en tête du petit cortège de Bordeaux, autre ville du sud-ouest, où de très nombreux axes menant au centre-ville avaient été bloqués par les forces de l'ordre. "Résistance!", "Liberté! Liberté de manifester!", scandaient les quelque 1.800 contestataires à Montpellier (sud).

Les manifestations de ce samedi étaient les premières depuis l'entrée en vigueur de la loi anticasseurs, instaurant notamment un délit de dissimulation du visage dans les manifestations.

Ce texte a été adopté le mois dernier dans le contexte de violences ayant émaillé les manifestations de "gilets jaunes" depuis le début du mouvement. Début décembre notamment, les images de chaos dans Paris et sur la célèbre avenue des Champs-Elysées avaient fait le tour du monde. Il a été partiellement censuré par le Conseil constitutionnel, mais il était également dans le collimateur des manifestants parisiens samedi, réclamant l'abrogation intégrale de cette "loi liberticide".

La loi "va ouvrir la voie à des dérives de la part de la police", s'est indignée Sophie Tissier, une manifestante dans la capitale, tandis qu'un autre dénonçait un "Etat répressif". Régulièrement imposées depuis la mi-mars, les interdictions partielles de manifester ont été édictées dans certaines villes. A Paris, les Champs-Elysées étaient de nouveau interdits aux manifestants.


(Lire aussi : Le gouvernement français promet d'accélérer l'allégement fiscal, aspiration du "grand débat")


"Pas de seconde chance"

Les rassemblements interviennent en tour de chauffe d'une nouvelle "grande journée" promise par les "gilets jaunes" le 20 avril, après les annonces attendues d'Emmanuel Macron dans les prochains jours.

Après plus de deux mois de consultation nationale, le chef de l'Etat doit en effet annoncer des mesures "puissantes" et "massives", selon l'exécutif, pour tenter d'apaiser le mouvement social, né à l'origine d'un ras-le-bol fiscal. La présidence n'a dévoilé ni la date exacte ni le format de cette prise de parole.

Plusieurs pistes sont évoquées, telles une baisse de l'impôt sur le revenu, une réindexation des petites retraites sur l'inflation, ou encore des réformes plus symboliques comme la suppression ou la réforme de l'ENA, école de formation des élites de l'Etat, la suppression des avantages des anciens présidents et ministres...

Reste à savoir si elles suffiront à sortir de la crise. Le président Macron "n'aura pas de seconde chance", a estimé samedi le président de droite du Sénat, Gérard Larcher, dans un entretien au Figaro.

"Les réponses ne pourront pas être uniquement cosmétiques ou purement institutionnelles. Il lui faudra faire preuve de pédagogie dans ses choix, présenter un calendrier et une méthode. Les Français ont besoin de confiance et de rassemblement, d'un nouveau souffle et pas de +coups+", a-t-il ajouté.




Lire aussi

Pour d'irréductibles "gilets jaunes", quatre mois d'une vie entre parenthèses

"Gilets jaunes" : Paris saccagé et Paris "épargné", la capitale aux deux visages

Les "gilets jaunes", révélateurs d'une société française en crise

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CES GILETS JAUNES SONT-ILS DES DEMANDEURS DE DROITS OU DES VOYOUS ? LA QUESTION EST SUBTILE.

AIGLEPERçANT

C'est pas vrai.

Cette semaine y avait plus de gilets jaunes que la semaine dernière.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants