X

À La Une

En France, les "gilets jaunes" enregistrent leur plus faible mobilisation

Contestation

Le gouvernement doit faire la semaine prochaine le compte-rendu du "grand débat" destiné à apaiser leur colère, avant des mesures attendues mi-avril.

OLJ/AFP
06/04/2019

Pour le 21e samedi consécutif, les "gilets jaunes" ont manifesté à travers la France, sans incidents majeurs, mais la mobilisation a été la plus faible enregistrée depuis le début du mouvement le 17 novembre, selon le ministère de l'Intérieur.

Les manifestations n'ont rassemblé que 22.300 personnes en France, dont 3.500 à Paris, alors qu'ils étaient 33.700 la semaine dernière (4.000 à Paris) et 282.000 le 17 novembre, selon les chiffres du ministère. Ces chiffres sont régulièrement contestés par le mouvement.

Ce recul apparent des "gilets jaunes" intervient alors que le gouvernement a prévu de faire la semaine prochaine le compte-rendu du "grand débat" destiné à apaiser leur colère, avant des mesures attendues mi-avril.

"Macron, dégage pour de bon !", ont crié un millier de "gilets jaunes" manifestant à Rouen (nord-ouest), prenant à nouveau pour cible le président Emmanuel Macron, dont les "gilets" critiquent la politique fiscale et sociale. Des échauffourées ont éclaté dans cette ville entre les forces de l'ordre et des manifestants encagoulés. "Macron destitution", pouvait-on lire sur une pancarte brandie à Paris où les interdictions de manifester, prises après les violences du 16 mars, ont été reconduites, en particulier sur les Champs-Elysées. 1.500 "ultra violents", selon le gouvernement, y avaient saccagé commerces et restaurants. "Ce qui me ferait arrêter, c'est la démission du (ministre de l'Intérieur Christophe) Castaner, à cause des violences policières", déclare dans le cortège parisien Catherine, 59 ans. Les scènes d'émeutes urbaines survenues mi-mars notamment, dont les vidéos avaient été largement diffusées, ont écorné l'image de la France, première destination touristique dans le monde.

Ce nouveau samedi de manifestation intervient trois jours après le rejet par le Conseil Constitutionnel de l'article phare de la loi anticasseurs, voulue par les autorités pour lutter contre les "débordements" lors des manifestations de "gilets jaunes". Cet article devait permettre de prononcer des interdictions administratives de manifester contre toute personne présentant une "menace d'une particulière gravité pour l'ordre public". Le Conseil constitutionnel a cependant approuvé deux autres points de la loi anticasseurs: les fouilles de sacs et de véhicules aux abords des cortèges et la création du délit de dissimulation volontaire du visage. Ces mesures ne s'appliquent pas encore, faute de décret d'application publié au Journal officiel.


(Lire aussi : Pour d'irréductibles "gilets jaunes", quatre mois d'une vie entre parenthèses)


10.000 réunions locales
Les "gilets" veulent continuer à maintenir la pression sur les autorités, alors que le gouvernement doit la semaine prochaine faire le compte-rendu du "grand débat national". Voulu par Emmanuel Macron pour répondre à la crise, la pire depuis le début de son mandat en 2017.

Le "GDN" a permis, pendant plus de deux mois, de faire remonter les doléances des citoyens, mais sans apaiser la colère des "gilets".

Quelque 10.000 réunions locales ont été tenues, 16.000 cahiers de doléances ouverts dans les mairies et des centaines de milliers de propositions citoyenne déposées. Lundi matin à Paris, une "restitution" du "grand débat" sera organisée en présence du gouvernement, de responsables administratifs et de simples citoyens. Un synthèse des doléances de 1.500 pages environ a été établie.

Pour l'heure, on ne connaît que quelques réponses "fermées" des questionnaires, disponibles sur le site internet du grand débat, où le oui l'a quasi systématiquement emporté, par exemple pour le vote blanc (82%), moins d'élus hors parlementaires (71%), ou encore l'extension du référendum d'initiative partagée (66%), selon les données exploitées par l'AFP.

Mardi et mercredi, deux débats sans vote seront organisés au Parlement en présence du Premier ministre Édouard Philippe. "Nous allons commencer à dire ce que nous retenons de ce qui a été dit. Et comment nous envisageons le travail" avant qu'Emmanuel Macron n'annonce "l'essentiel de ce que le gouvernement fera ensuite pour répondre aux attentes des Français", a résumé Edouard Philippe vendredi.

La présidence a a confirmé que M. Macron annoncerait des premières mesures à la mi-avril, probablement avant Pâques. Puis, selon son entourage, il pourrait égrener des décisions jusqu'à l'été, enjambant les européennes du 26 mai. Il devra affronter le scepticisme de l'opinion: selon un sondage Elabe publié jeudi, 68% des Français estiment que les points de vue exprimés ne seront pas pris en compte, et 79% que le grand débat ne résoudra pas la crise politique actuelle.


Pour mémoire

"Gilets jaunes" : Paris saccagé et Paris "épargné", la capitale aux deux visages

Dans l'Arc de Triomphe vandalisé, le travail de fourmi des restaurateurs

Les "gilets jaunes", révélateurs d'une société française en crise


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS ONT MANIFESTE, SACCAGE COMME DES VANDALES. IL FAUT LES POURSUIVRE EN JUSTICE UN A UN PUISQU,ILS SONT CONNUS. LA PLUPART NE SONT PAS D,ORIGINE FRANCAISE !

AIGLEPERçANT

Si vous saviez combien ce mouvement a fait fermer des commerces pour faillite économique, vous comprendrez combien est fragile ce pays 2ème puissance du monde occidental.

Je connais personnellement une dizaine de faillite économique.

En France aujourd'hui seules les banques et les sociétés immobilières arrivent à attirer les gros capitaux.

Eleni Caridopoulou

Pour les francais c'est un passe temps tous les samedis

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants