X

À La Une

Hydrocarbures offshore : un accord bilatéral en gestation entre le Liban et Chypre

Coopération

Lors d'une conférence de presse avec son homologue chypriote, Gebran Bassil a dit espérer aboutir à un accord final en septembre, qui s'étendrait "aux frontières, circuits et installations pouvant être partagées pour le transport et l'exportation du pétrole et du gaz".

OLJ avec AFP
11/04/2019

Le Liban et Chypre ont annoncé jeudi œuvrer à la mise en place d'une "alliance pétrolière et gazière" concernant l'exploration des fonds marins riches en hydrocarbures à la lisière entre leurs zones maritimes respectives en Méditerranée.

Les deux pays ont déjà amorcé distinctement le processus de prospection des ressources offshore après d'importantes découvertes, ces dernières années, de gisements pétroliers et gaziers dans plusieurs pays du bassin est de la Méditerranée. Le Liban, qui a signé en février 2018 son premier contrat d'exploration offshore avec un consortium dominé par le groupe français Total, a découpé son espace maritime en dix blocs, dont quatre situés le long de la délimitation avec l'espace maritime chypriote. Le 4 avril, Beyrouth a annoncé le lancement d'un deuxième appel d'offres pour l'exploration de cinq nouveaux blocs, dont trois jouxtent les eaux chypriotes, invitant les consortiums internationaux à déposer leurs offres d'ici janvier 2020.



(Lire aussi : Hydrocarbures : le Liban n'intégrera aucun forum auquel participe Israël, affirme Aoun)



"Nous avons convenu de mener des discussions en vue d'un accord bilatéral concernant l'exploitation des ressources énergétiques à cheval sur nos zones économiques exclusives (ZEE) respectives", a déclaré jeudi le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, lors d'une conférence de presse avec son homologue chypriote, Nikos Christodoulides, dans la capitale libanaise. Un premier rendez-vous a été fixé au "7 mai pour discuter des points d'accord et d'éventuels points de divergence", a précisé M. Bassil. Il sera suivi d'un "sommet" en juin entre les deux pays pour une "évaluation plus précise" du potentiel de coopération bilatérale.

Le ministre libanais des AE a dit espérer aboutir à un accord final en septembre. Celui-ci s'étendrait "aux frontières, circuits et installations pouvant être partagées pour le transport et l'exportation (...) du pétrole et du gaz" offshore, a-t-il déclaré. La conclusion d'un accord est d'autant plus urgente que Chypre débute l'an prochain les travaux de forage dans un gisement accolé aux eaux maritimes libanaises, a insisté M. Bassil.


(Lire aussi : Projet du gazoduc EastMed reliant Israël à l'Europe : quel impact sur le Liban?)


Nikos Christodoulides a affirmé pour sa part qu'un éventuel accord avec le Liban rassurerait les investisseurs. "Un tel accord enverrait un message fort de coopération entre nos pays, offrant la sécurité juridique indispensable aux entreprises internationales désireuses d'investir dans le vaste potentiel en hydrocarbures de la région", a-t-il déclaré.

Dans l'après-midi, M. Christodoulides a été reçu par le Premier ministre Saad Hariri au Grand Sérail. "Le Liban et Chypre sont deux pays très proches", a-t-il déclaré à l'issue de l'entretien. "Notre échange de vues était excellent. Nous avons essentiellement évoqué le développement du secteur de l'énergie dans la région et comment nos deux pays peuvent travailler ensemble", a-t-il ajouté.

L'accord conclu l'an dernier par le Liban avec le consortium composé de Total, de l'italien ENI et du russe Novatek, portait sur deux blocs adjacents aux fonds-marins israéliens, dont un bloc situé dans une zone contestée par Israël. Les deux pays sont encore techniquement en guerre, même après le retrait d'Israël du sud du Liban en 2000.



Lire aussi

La Grèce, futur « pont » pour le passage des hydrocarbures offshore

Grèce, Chypre et Liban : quels axes de coopération ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CORRECTION : LE MOT HYDROCARBURES ETANT MASCULIN PLURIEL PRIERE LE LIRE DANS MA REACTION AVEC SES ADJECTIFS ET REFERENCES AU MASCULIN PLURIEL. MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ON SE RIT DE SOI-MEME AVANT DE SE RIRE DES CITOYENS.
CHYPRE LA GRECE ET ISRAEL ONT DES ACCORDS DE COOPERATION POUR UN PROJET DE PIPELINE POUR CONVOYER LES HYDROCARBURES VERS L,EUROPE. JE NE CROIS PAS QUE CHYPRE ET LA GRECE VONT FAIRE UN ACCORD AVEC LE LIBAN ET LAISSER TOMBER LEUR ACCORD AVEC ISRAEL ET LEUR ENTENDEMENT AVEC L,EGYPTE. TOUT CE QU,ILS PEUVENT FAIRE C,EST UN ACCORD BILATERAL POUR QUE LES HYDROCARBURES LIBANAISES SOIENT SOUS COUVERTURE ET GEREES PAR LA GRECE TOUT EN UTILISANT LE MEME PIPELINE ET ELLES COTOYERONT DANS CE PIPELINE LES HYDROCARBURES ISRAELIENNES.
C,EST DU KMOCH DAYNETAK EL CHMEL BI EDAK EL CHMEL MEN HAWL RA2BETAK...

BOSS QUI BOSSE

Avec Chypre , no problem. Un pays d'honnêtes gens.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En dépit de l’annonce des consultations, la situation reste confuse

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants