X

À La Une

Economie : Hariri "optimiste" pour la période à venir

Liban

Le budget 2019 sera "marqué du sceau de l'austérité", affirme le Premier ministre.

OLJ
07/04/2019

Le Premier ministre Saad Hariri s'est dit samedi "optimiste" pour la période à venir, notamment sur le plan économique, alors que le gouvernement doit prochainement examiner le plan de réformes du secteur de l'électricité et le budget pour l'exercice 2019.

Lors d'un entretien avec une délégation du Conseil supérieur islamique chérié, le chef du gouvernement a indiqué que le budget 2019 sera "marqué du sceau de l'austérité", soulignant que le gouvernement œuvrera pour stimuler l'économie et que les premières mesures viseront à mettre un terme au gaspillage. Selon des propos rapportés par l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), le chef du gouvernement a dit prévoir que le Liban renouera avec la croissance et la prospérité, notamment sur le plan touristique après la levée de l'interdiction par l'Arabie saoudite du voyage de ses ressortissants au Liban.

De son côté, le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, a assuré que le budget n'inclura pas de nouveaux impôts.

Le budget pour 2019, qui sera forcément adopté en dehors des délais constitutionnels – qui ont expiré fin janvier – doit être conforme à l’engagement pris par le Liban lors de la conférence de Paris (CEDRE) en avril 2018 de réduire son déficit public d’un point de PIB par an sur cinq ans.

Début mars, Pierre Duquesne, le diplomate français chargé par le président Emmanuel Macron du suivi des résolutions de la conférence de Paris (CEDRE), avait appelé le Liban à adopter son budget pour l'année 2019 avant la fin du mois. Le gouvernement doit approuver ce projet de budget, désormais dans les tiroirs du secrétariat général du Conseil des ministres avant de le transmettre au Parlement afin qu'il soit définitivement voté.


(Lire aussi : CEDRE : un an après, où en est-on ?)


Plan sur l'électricité
Autre chantier que le Liban doit mener dans le cadre des réformes qu’il s’est engagé à lancer lors de la conférence de Paris, la réforme du secteur de l’électricité.

Dans le cadre d'une tournée effectuée samedi dans les différentes centrales électriques du Liban, la ministre de l’Énergie, Nada Boustani, a promis que la centrale de Zouk Mikayel allait être remplacée, dans le cadre du plan qu'elle a présenté pour réformer le secteur de l'électricité, par une centrale au gaz, plus respectueuse de l'environnement. Au sérail de Jounieh (Kesrouan), elle a souligné que "tous les gaspillages techniques actuels seront progressivement réduits, à partir d'aujourd'hui et jusqu'à la fin de l'année".

Par ailleurs, la ministre a déclaré que le plan pour la réforme du secteur de l'électricité, qui a été étudié cette semaine par une commission ministérielle, "sera approuvé lundi" par le gouvernement, lors d'une réunion prévue à Baabda. "L'atmosphère est positive", a-t-elle souligné.

Jeudi, la commission ministérielle ad hoc présidée par le chef du gouvernement Saad Hariri a terminé l'étude du plan de réforme préparé par la ministre Boustani. Ses membres ne sont toutefois pas parvenus à s'entendre sur la procédure à suivre pour le pilotage des appels d’offres en vue de la construction de centrales.

Présenté le 22 mars, le plan Boustani comprend trois grands axes : hausse des tarifs d’électricité figés depuis 1994, réduction des pertes techniques et hausse de la production à travers le déploiement de centrales temporaires puis durables. Le plan Boustani prévoit notamment de lancer un nouvel appel d’offres pour la signature d’accords pour la construction de centrales et d’achat d’énergie à long terme (Power Purchase Agreement), imposant aux entreprises intéressées de proposer en même temps une solution pour assurer une hausse de la production de 1450 MW. S’agissant de la production temporaire, la ministre a confirmé que la solution des navires-centrales restait d’actualité.



Lire aussi

Électricité : la transparence sera-t-elle sacrifiée au nom de la rapidité ?

Réformes : le Liban officiel exaspère les pays occidentaux

Électricité : c’est une fois de plus partie remise


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Tina Chamoun

Ou quand on voit les caisses du Trésor à moitié pleines comme le verre à moitié vide!

Gros Gnon

C’est bien l’optimisme.
Ça rassure en tout cas.
C’est comme le type qui tombe du 10e étage et qui se dit devant chaque étage qu’il passe: ben jusque là ça va...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TREVE DE PAROLES ! DES ACTES ! FAITES VITE POUR LES REFORMES DE LA CEDRE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants