X

Liban

La décision américaine sur le Golan menace la souveraineté du Liban, dénonce Aoun

Sommet arabe de Tunis

« Nous sommes extrêmement inquiets de l’insistance de la communauté internationale à garder les réfugiés syriens dans notre pays », a affirmé le chef de l’État.

OLJ
01/04/2019

Le président de la République, Michel Aoun, a dénoncé hier la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le plateau occupé du Golan syrien, affirmant qu’elle menaçait « la souveraineté d’un État frère, mais également celle de l’État libanais ». Lors de son intervention à l’occasion du 30e sommet de la Ligue arabe à Tunis, le chef de l’État a également rappelé la position du Liban concernant le retour des réfugiés syriens.

« Le président américain vient de reconnaître la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan, après avoir déclaré Jérusalem comme capitale d’Israël en y transférant l’ambassade de son pays. Tout cela est en contradiction avec les résolutions internationales, y compris le paragraphe 4 de l’article 2 de la Charte des Nations unies en vertu duquel les États membres doivent s’abstenir de recourir à la menace ou à l’emploi de la force contre l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de tout État, a dénoncé le président Aoun. Cette décision ne menace pas seulement la souveraineté d’un État frère, mais également celle de l’État libanais qui possède des terres annexées par Israël, à savoir les fermes de Chebaa, les hauteurs de Kfarchouba et le village de Ghajar. Il est à noter que l’appartenance de ces territoires à l’État libanais est corroborée par des documents et des cartes internationalement reconnues », a-t-il ajouté.

« Devant de telles violations qui bafouent les chartes internationales des frontières reconnues entre pays par les Nations unies, comment de petits pays comme les nôtres peuvent-ils être rassurés ? Qu’en est-il de l’initiative de paix arabe ? Est-ce qu’elle tient toujours ou restera-t-elle lettre morte? Après la perte de la terre, comment préserver la paix ? Comment vont se traduire sur le terrain les objections, les dénonciations et les condamnations internationales face aux événements actuels et ceux à venir ? Le Conseil de sécurité sera-t-il en mesure de protéger le droit du Liban et de la Syrie quant à leurs territoires occupés ? Et nous, en tant que Ligue arabe, comment allons-nous faire face à ces visées et atteintes à nos droits alors que des frontières sont toujours fermées entre nos pays et des sièges restent vacants ici ? » s’est-il interrogé.


(Pour mémoire : Sommet de Tunis : le Liban "propose" un texte sur le rejet de la décision US sur le Golan)


Le président américain Donald Trump s’est prononcé le 21 mars en faveur de la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur le Golan, une décision en rupture avec la position des États-Unis depuis des décennies. Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, avait affirmé samedi que le Liban proposerait un texte condamnant la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le Golan. « Le Liban propose et les Arabes acceptent : le refus de la décision américaine sur le Golan, qui est considérée comme nulle et non avenue et comme une violation des textes de l’ONU sur l’annexion de territoires par la force », avait-il écrit sur son compte Twitter. « Les pays arabes soutiennent également le droit de la Syrie à récupérer le Golan occupé et des Libanais à récupérer les fermes de Chebaa, les collines de Kfarchouba et le nord du village de Ghajar », avait-il ajouté. M. Bassil s’est longuement entretenu avec son homologue koweïtien, Khaled al-Jarallah, en marge du sommet. Ils ont principalement évoqué le dossier de la reconnaissance par Washington de la souveraineté d’Israël sur le Golan. La délégation libanaise, comprenant notamment, outre M. Bassil, la ministre de l’Intérieur Raya el-Hassan, le ministre d’État pour les Affaires des réfugiés Saleh Gharib et le ministre de la Culture Mohammad Daoud, a multiplié ses consultations afin que les dirigeants arabes prennent une position ferme contre la décision américaine après la position mitigée prise par les chefs d’État arabes après la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Le Liban aurait proposé durant les réunions préparatoires de baptiser le sommet de Tunis « le sommet du Golan », mais cette proposition n’a pas obtenu l’assentiment de la majorité des délégations participantes.

M. Bassil s’est également entretenu avec les membres des délégations française et russe, présentes à Tunis en tant qu’observateurs.



(Lire aussi : Les dirigeants arabes se rassemblent chez la jeune démocratie tunisienne)



Réfugiés syriens

Dans son discours, le chef de l’État libanais a également abordé la question des réfugiés syriens au Liban. « Nous sommes extrêmement inquiets de l’insistance de la communauté internationale à garder les réfugiés syriens dans notre pays alors que nul n’ignore les conditions déplorables dans lesquelles ils vivent chez nous, le monde entier sait que la majorité du territoire syrien est sécurisé, personne ne doute que le Liban n’est plus en mesure de porter ce lourd fardeau tant sur le plan économique que social et sécuritaire, a affirmé le président Aoun. De plus, les organisations humanitaires internationales ont reconnu que 80 % des Syriens déplacés au Liban souhaitent retourner et retrouver leurs terres. »

« Nous sommes préoccupés par l’usage du terme “retour volontaire” et par le fait de traiter un million et demi de personnes déplacées comme s’il s’agissait de réfugiés politiques, alors que la plupart d’entre eux ont fui les problèmes sécuritaires et les difficultés économiques qui accompagnent les guerres, a-t-il poursuivi. Nous sommes alarmés par l’insistance de la communauté internationale à lier le retour des réfugiés à une solution politique en Syrie, voire même à donner la priorité à cette solution politique, alors que nous savons tous qu’elle peut prendre un temps indéfini. À se demander si la communauté internationale n’essaye pas de “prendre en otages” les réfugiés syriens afin de les utiliser comme moyen de pression à la fois en Syrie et au Liban pour imposer des solutions programmées ? »

M. Aoun a en outre indiqué que « la cause palestinienne, vieille de 71 ans, illustre parfaitement l’absurdité de lier le retour des réfugiés à une solution politique ». « Après toutes ces années d’attente, a-t-il souligné, voilà que se dessine à l’horizon leur maintien là où ils se trouvent, mettant un point final à leurs droits. En effet, la tentative israélienne de porter atteinte à la résolution 194, en privant les Palestiniens de manière définitive de leurs terres et de leur identité nous préoccupe énormément. Adopter la loi de l’État-nation juif permet de nier le droit des réfugiés au retour, ce qui sous-entend leur implantation dans les lieux d’accueil et majoritairement au Liban », a-t-il dénoncé.

« Le Liban arrive à peine à offrir l’essentiel à sa population, vu la rareté de ses ressources, la fragilité de ses infrastructures et la multiplicité de ses problèmes économiques et sociaux. De ce fait, mon pays n’est plus en mesure d’accueillir un nombre de personnes qui dépasse la moitié de ses citoyens ! Et aucune forme d’implantation ne sera acceptée », a-t-il affirmé.


« La place naturelle de la Syrie »

« Neuf longues années se sont écoulées depuis le début des guerres terroristes qui ont frappé les pays arabes, laissant derrière elles des centaines de milliers de victimes et des millions de déplacés. Nous ne pouvons pas oublier également les milliers d’invalides, d’handicapés, de blessés et de disparus. Des régimes sont tombés, des chefs d’État sont partis, des villes entières furent détruites, des richesses dilapidées, des monuments perdus, des peuples dispersés… Un échec total pour tous ! » a dit le chef de l’État au début de son discours.

« Aujourd’hui, le son des balles et des explosions s’est estompé, le bain de sang s’est tari… Reste que les plaies engendrées par ces guerres ont profondément marqué la conscience des sociétés arabes, exacerbant les divisions et les dissensions. Il est vrai que les guerres se sont arrêtées ou presque… Mais leurs conséquences sont encore bien présentes. Combien de temps faudra-t-il attendre avant de réparer ce qui a été brisé et de d’éliminer les séquelles douloureuses ? » s’est-il interrogé.

Et d’ajouter : « Aujourd’hui, encore plus dangereux que la guerre, sont les desseins politiques et les accords illicites qui se profilent à l’horizon. Après le silence du canon, des dangers existentiels menacent nos pays et nos peuples avec le risque d’une division de la région menant à l’effondrement du concept de l’État fédérateur au profit de l’émergence d’entités racistes et sectaires. Celles-ci seront imposées par la nouvelle réalité politique et géographique afin de renforcer et justifier la déclaration d’Israël comme État juif », a poursuivi M. Aoun.

« Interrogeons-nous ensemble : “Est-ce que nous voulons réellement que la Syrie retrouve sa place naturelle au sein du monde arabe ? Est-ce que nous désirons réellement que le peuple yéménite jouisse de paix et de stabilité ? Est-ce que nous souhaitons que la Palestine cesse d’être une cause perdue et soit privée de Jérusalem et des lieux saints ?” Allons plus loin encore et posons-nous la question : “Est-ce que nous cherchons à instaurer la sécurité et la stabilité dans nos pays pour offrir la paix et la prospérité à nos peuples ?”» a encore demandé le chef de l’État avant de dire : « Si nous voulons préserver leur unité, leur souveraineté et leur indépendance, alors nous devons reprendre l’initiative. Ensemble, resserrons nos rangs, dialoguons, rejetons l’extrémisme et la violence afin d’éradiquer les sources du terrorisme. »

La question du retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe, pour laquelle avait plaidé Gebran Bassil dans le cadre des travaux du sommet économique arabe à Beyrouth en janvier dernier, n’est pas à l’ordre du jour officiel du sommet.Notons que l’une des résolutions adoptées à l’issue du sommet reconnaît « la libanité des fermes de Chebaa et des collines de Kfarchouba ».


Entretiens

Avant son retour hier soir à Beyrouth, le chef de l’État s’était notamment entretenu, en marge du sommet, avec le roi Abdallah II de Jordanie, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le ministre adjoint des Affaires étrangères russes Mikhaïl Bogdanov et le vice-président du Conseil du sultanat de Oman, Sayyed Assaad ben Tarek al-Saïd.

Samedi, à son arrivée à Tunis, le président de la République avait rencontré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. L’occasion pour M. Aoun de rappeler à son interlocuteur que « la priorité du Liban est le retour des déplacés syriens chez eux pour alléger ce fardeau qui pèse sur tous les secteurs » au Liban. « Les données qui ressortent après les discussions avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo montrent qu’il y a des développements positifs au sujet des déplacés syriens, et cela s’est répercuté lors de son audition devant la Chambre des représentants américains, à savoir une confirmation américaine de l’urgence du retour des déplacés chez eux », avait-il ajouté.

De son côté, Antonio Guterres a affirmé, selon Baabda, que les Nations unies « sont déterminées à poursuivre leurs efforts pour obtenir la stabilité au Liban, en coopération avec le nouveau gouvernement, tout en réaffirmant la coopération entre l’armée libanaise et la Force des Nations unies au Liban-Sud, en application de la résolution 1701 (du Conseil de sécurité), afin de sauvegarder la souveraineté du Liban ».


Lire aussi

Golan et réfugiés syriens dans les bagages de Aoun aujourd’hui pour Tunis

Damas, Moscou et la Ligue arabe dénoncent l'annonce américaine sur le Golan

MBS en tournée fait une halte mouvementée à Tunis

L’UE et la Ligue arabe insistent sur la nécessité de résoudre les conflits au Moyen-Orient

UE et Ligue arabe proclament une "nouvelle ère" malgré les divergences

Pour Tunis, la place de la Syrie est dans la Ligue arabe

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

chebaa et qqs autres villages !
quand est ce qu'un libanais aura le courage d'en demander la propriete a qui de droit-puisque mr le pres. re-affirme qu'elle est notre - pour que celle ci soit OFFICIALISEE par l'ONU ?

reponse la plus plausible : A LA ST GLINGLIN !

Bery tus

Comédie qui ne fait plus rire ..: car asssd père avait déjà sceller l’avenir du Golan !!

Honneur et Patrie

Le président de la République est-il sûr que les fermes de Chebaa et le demi-Ghajar appartiennent au Liban ?
La Syrie reconnaît-elle la souveraineté libanaise sur ces territoires ?
Qui a chassé l'armée libanaise de ces deux localités ?
Jusqu'à quand durera-elle la divine comédie ?

ON DIT QUOI ?

Il est grand temps de se réveiller, on le voit depuis 48 , quand on accepte de donner une phalange on les voit vous prendre le bras.

Le Phare Aoun a raison d'alarmer ses pairs arabes, même si on sait qu'ils ne pourront pas être réactifs pour les raisons que nous connaissons tous.

Mais alors que la niaiserie ne parle pas de capituler , oh non mon Dieu , l'ordre devrait être donné à plus de résistance et stop à la stupidité.

Élie Aoun

je ne suis pas d'accord avec le general, mais le discours prononcé a des accents gaulliens, avec une longue vue et une franchise, neanmoins, je suis sur que les arabes nr l'ont pas entendus. prendre l'initiative, oui, mais, en tant que pays independant et non en attendant, des decisions arabes, qui ne viendront jamais dixit l'histoire......

Irene Said

Et si nos brillants et très volubiles responsables mettaient pour le moment de côté les quelques Km2 de Chebaa, Kfarchouba et Ghajar (en plus du Golan syrien vendu aux Israëliens par le héros de Damas), et commençaient à s'occuper sérieusement des 10'452 Km2 100% libanais, qui s'enfoncent lentement et chaque jour dans le néant...à tous points de vue ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN MENTIONNANT LES FERMES DE CHEBAA COMME LIBANAISES LA LIGUE ARABE ET SURTOUT LA SAOUDITE ET LES PAYS DU GOLFE ENNEMIS DU HEZBOLLAH ET LE CONSIDERANT COMME TERRORISTE VIENNENT DE CONFIRMER SON ROLE DE RESISTANCE... CONCESSION OU GAFFE ?

Bustros Mitri

Ce n’est pas plutôt la Syrie qui veut garder ses citoyens chez nous?
Encore un croche-pied du régime de Damas..

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants