X

À La Une

Sommet de Tunis : le Liban "propose" un texte sur le rejet de la décision US sur le Golan

Diplomatie

"La priorité du Liban est le retour des déplacés syriens chez eux", affirme le président libanais Michel Aoun au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

OLJ
30/03/2019

Le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui fait partie de la délégation se rendant au 30e sommet de la Ligue arabe à Tunis, a affirmé samedi que le Liban proposera lors de cet événement un texte condamnant la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté israélienne sur le plateau occupé du Golan syrien.

"Le Liban propose et les Arabes acceptent : le refus de la décision américaine sur le Golan, qui est considérée comme nulle et non avenue et comme une violation des textes de l'ONU sur l'annexion de territoires par la force", a twitté Gebran Bassil. Et d'ajouter : "Les pays arabes soutiennent également le droit de la Syrie à récupérer le Golan occupé et des Libanais à récupérer les fermes de Chebaa, les collines de Kfar Chouba et le nord du village de Ghajar".

La question du Golan devrait être au cœur des travaux du sommet de Tunis. Elle sera entre autres évoquée dans le discours que doit prononcer dimanche à l’ouverture du sommet, le chef de l’État libanais, Michel Aoun.


(Lire aussi : Les dirigeants arabes se rassemblent chez la jeune démocratie tunisienne)


Le président Aoun, est arrivé vers 16h30 à Tunis, à la tête d'une délégation officielle incluant notamment M. Bassil, la ministre de l’Intérieur, Raya el-Hassan, le ministre d’État pour les Affaires des réfugiés, Saleh Gharib, et le ministre de la Culture, Mohammad Daoud. Le chef de l'État libanais a été accueilli à son arrivée par son homologue tunisien, Béji Caïd Essebsi, et par le secrétaire général de la Ligue Arabe, Ahmad Aboulgheit.

M. Aoun s'est ensuite entretenu avec le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, à l'hôtel Sheraton.

Photo Twitter/@LBpresidency


"La priorité du Liban est le retour des déplacés syriens chez eux pour alléger ce fardeau qui pèse sur tous les secteurs" au Liban, a dit M. Aoun au chef de l'ONU. "Les données qui ressortent après les discussions avec le secrétaire d'État américain Mike Pompeo montrent qu'il y a des développements positifs au sujet des déplacés syriens, et cela s'est répercuté lors de son audition devant la Chambre des représentants américains, à savoir une confirmation américaine de l'urgence du retour des déplacés chez eux", a-t-il ajouté.

Pour sa part, Antonio Guterres, cité par la présidence libanaise, a affirmé que les Nations unies "sont déterminées à poursuivre leurs efforts pour obtenir la stabilité au Liban, en coopération avec le nouveau gouvernement, tout en réaffirmant la coopération entre l'armée libanaise et la Force des Nations unies au Liban-Sud, en application de la résolution 1701 (du Conseil de sécurité), afin de sauvegarder la souveraineté du Liban".

Le dossier des réfugies syriens sera prioritaire dans le discours du président Aoun, même s’il ne fera que "réitérer la position officielle du Liban, à savoir la nécessité du retour des déplacés chez eux et l’incapacité du Liban à gérer leur présence", selon des sources du palais présidentiel, qui projettent ainsi un discours tempéré sur le principe du retour, plus qu’une escalade en faveur d’un retour forcé des réfugiés.

Pour le 30e sommet de la Ligue arabe, sont attendus le roi Salmane d’Arabie saoudite, l’émir du Qatar le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani ou encore le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, dont les régimes sont régulièrement critiqués par des ONG de défense des droits humains. Le président soudanais Omar al-Bachir, sous le coup de mandats d’arrêt internationaux pour génocide, s’était annoncé mais ne fera finalement pas le déplacement. Des ONG avaient appelé Tunis à l’arrêter s’il venait.

La question du retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe, pour laquelle avait plaidé Gebran Bassil dans le cadre des travaux du sommet économique arabe à Beyrouth en janvier dernier, n’est pas à l’ordre du jour officiel du sommet.


Lire aussi

Golan et réfugiés syriens dans les bagages de Aoun aujourd’hui pour Tunis

Damas, Moscou et la Ligue arabe dénoncent l'annonce américaine sur le Golan

MBS en tournée fait une halte mouvementée à Tunis

L’UE et la Ligue arabe insistent sur la nécessité de résoudre les conflits au Moyen-Orient

UE et Ligue arabe proclament une "nouvelle ère" malgré les divergences

Pour Tunis, la place de la Syrie est dans la Ligue arabe

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

Comme toujours le gendre est plus royaliste que le roi
Pourquoi ne pas laisser aux plus grand des pays arabe comme l'Egypte le soin de critiquer le role de Trump au sujet du Golan? ou a l'Arabie seoudite?
Pourquoi faut il toujours critiquer les USA si ce n'est que pour se preparer a devenir president apres le general et donner a la Syrie et a HB des raisons de le soutenir a la place de Frangie car le docteur n'a pas cette chance vu l'etat de ses relations avec la Syrie et HB qui tout le monde le sait regne encore au Liban
Derniere remarque :Pourquoi ne pas demander a l'Assemblee d'obliger la Syrie une fois pour toute a delimiter ces frontiers avec le Liban surtout avec
en particulier Shebea et Naghar comme cela si il y a des negociations comme l'a promis Pompeo avec Israel sur les frontiers terrestres on saurat si on peut les recuperer sinon le dossier finira avec le 13 points litigieux et enfin HB devra dire qu'il n'y a plus de resistance necessaire a recuperer quoi que ce doit
donc consequence plus besoin de milices armees

Atalante fugitive

Aux "innocents" les mains vides, lol.

Sarkis Serge Tateossian

Même l'Europe toute entière dit être contre cette décision américaine absurde, malgré les intérêts immenses liés des deux continents.

Surtout saluons le peuple tunisien pour sa sagesse et modération en toutes circonstances.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LAISSEZ LES AUTRES PROPOSER. NOUS AVONS D,AUTRES CHATS A FOUETTER ET GRAND BESOIN DES USA POUR NOUS MONTRER TOUJOURS CONTRE...
DEMAGOGIE !

Irene Said

Comme d'habitude, notre président salue son hôte, mais regarde dans une autre direction...!
Irène Saïd

Honneur et Patrie

A Moscou, la délégation libanaise était formée du beau-père et du beau-fils. A Tunis, "on" a ajouté trois autres ministres. C'est plus logique, plus démocratique et moins familial.

Honneur et Patrie

Il est inutile de rappeler à Gebran Bassil qu'avant de réclamer le droit des Libanais à récupérer les fermes de Chebaa et le nord de Ghajar, je lui rappelle pour la énième fois que ces deux morceaux de terre sont considérés par Israél et par la Syrie comme étant syriens au même titre que le Golan.
Je souhaiterais que ce ministre aveuglé par l'axe syro-iranien, réclame leur libération d'abord de l'emprise syrienne. Point à la ligne.

Honneur et Patrie

Il est inutile de rappeler à Gebran Bassil qu'avant de réclamer le droit des Libanais à récupérer les fermes de Chebaa et le nord de Ghajar, je lui rappelle pour la énième fois que ces deux morceaux de terre sont considérés par Israél et par la Syrie comme étant syriens au même titre que le Golan.
Je souhaiterais que ce ministre aveuglé par l'axe syro-iranien, réclame leur libération d'abord de l'emprise syrienne. Point à la ligne.

Wlek Sanferlou

De cette photo on dirait que Gibran a perdu au bras de fer avec les russes qui l'ont calmé au sujet de ses espoirs de renvoyer les réfugiés se réfugier dans la jungle du lionceaux plutôt que dans nos camps improvisés. Il faudra que, anvant de les recevoir en grande pomps (funèbres pour beaucoup) ladite jungle soit construite en villes et villages avant de recevoir les élus! Alors ...pour se recycler on va, dans nos discours, défendre le Joualane de notre sœur que notre méchant voisin lui a snatcher (USA exige) sous l'oeil inquiet de tout ses frèrots de mals-unis.
Bonne chance et bonne guérison.

gaby sioufi

HAHAHA, HILARANT ! SURTOUT DE LA PART DES PSEUDO-APPLAUDISSEURS ( EN FAIT EMPLOYES es. RESEAUX SOCIAUX) .
JOBRAN PROPOSE AUX ARABES-TRES GENTILLEMENT , POUR NE PAS LES FROISSER N'EST CE PAS , ET EUX, EBLOUIS PAR CES PROPOSITIONS JAMAIS DITES AUPARAVANT N'ONT D'AUTRES OPTIONS QUE DE VOTER POUR !
YAANI, COMME REUSSITE , C ASSUREMENT INOUÏ DE LA PART DU LIBAN.

Irene Said

Amen !
la vérité sort de la bouche de tous les enfants, jeunes et...moins jeunes...
Irène Saïd

PAUL TRONC

Pourquoi le Liban, qui est le plus petit pays des pays arabes, a-t-il le plus de prestance à défier l'arrogance des yanky/sionistes aussi ouvertement ??

Pourquoi donc?

Celui qui donnera la réponse correcte à cette question aura un pied dans la compréhension du Liban NOUVEAU LIBRE INDEPENDANT ET FORT DANS LEQUEL NOUS VIVONS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants