Moyen Orient et Monde

L’UE et la Ligue arabe insistent sur la nécessité de résoudre les conflits au Moyen-Orient

Sommet

La réunion vise à affirmer les positions européennes dans la région face à la Chine et la Russie.

OLJ
26/02/2019

Les dirigeants de l’Union européenne et de la Ligue arabe ont insisté hier sur la nécessité de résoudre les conflits qui ensanglantent le Moyen-Orient au dernier jour de leur sommet inédit à Charm el-Cheikh (est de l’Égypte).

Hier matin, de nombreux échanges ont eu lieu entre les dirigeants sur les conflits régionaux, dans un sommet qui rassemble depuis dimanche une quarantaine de chefs d’État et Premiers ministres des deux rives de la Méditerranée.

Dans une intervention devant la presse, la chancelière allemande Angela Merkel a dressé une liste des sujets abordés avec ses homologues des deux entités : conflit syrien, Libye, Iran, combat contre le terrorisme islamiste. Elle a également souligné la nécessité de parvenir à une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien et de résoudre « la terrible catastrophe humanitaire au Yémen ».

Conscient de la difficulté de la tâche, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a assuré à la presse : « Si vous croyez qu’on se voit 24 heures à Charm el-Cheikh et puis c’est la paix dans le monde et dans la région et que tout est fini, vous croyez au père Noël. »

Première prise de contact

« C’était une première prise de contact entre les pays de la Ligue arabe et les pays européens. C’est la première fois qu’on se voit, j’espère qu’on va se revoir parce que c’est important d’échanger », a-t-il ajouté.

Dimanche soir, le roi Salmane d’Arabie saoudite, dont le pays est à la tête depuis 2015 d’une coalition militaire pour combattre les rebelles houthis au Yémen, a évoqué ce conflit en fustigeant « l’intervention » iranienne. Dans une approche similaire, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmad Abou el-Ghait, a déploré la situation en Syrie, au Yémen, en Libye. Dans ce contexte, il a dénoncé « les mains étrangères » impliquées, selon lui, dans ces conflits, dans une allusion à l’Iran et à la Turquie.

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, s’est de son côté efforcée de souligner les positions « communes » entre les deux blocs. « J’attends du sommet que nous abordions toutes ces questions avec un esprit positif », a-t-elle dit. Pour les Européens, le sommet doit favoriser une coopération renforcée avec les pays arabes, afin notamment de permettre d’affirmer les positions de l’UE dans la région face à la Chine et la Russie, sur fond de désengagement américain. Donald Tusk, le président du Conseil européen, a estimé dimanche que les deux régions voisines devaient travailler ensemble pour le « bénéfice » des « peuples », et ne pas céder le terrain « à des puissances mondiales loin de notre région ».

Outre les conflits régionaux, les dirigeants, réunis dans la station balnéaire égyptienne placée sous haute protection policière, se sont penchés sur diverses préoccupations communes : les migrations, la sécurité, le réchauffement climatique et le développement économique.

Coopération arabo-européenne

Les Européens et leurs homologues des États arabes ont dit vouloir avant tout se concentrer sur la coopération arabo-européenne. Selon le secrétaire général adjoint chargé des affaires internationales, Khaled al-Habbas, la Ligue arabe attend du sommet de Charm el-Cheikh un « nouveau départ ».

Dimanche soir, le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi a souligné la « participation élevée » au sommet, signe de succès selon lui pour son pays après une période d’instabilité politique et économique causée par la révolte de 2011 et la chute de Hosni Moubarak. Le sommet organisé par les Égyptiens sous le slogan « investir dans la stabilité » est de fait une « bonne opération pour l’Égypte, qui montre en organisant ce sommet qu’elle revient sur le devant de la scène diplomatique », a commenté une source diplomatique occidentale.

Parmi les rares absents côté européen figurent le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, les dirigeants lituaniens et lettons ainsi que le président français Emmanuel Macron. La France est représentée par son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et l’Allemagne par sa chancelière Angela Merkel.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez aujourd'hui la communauté des abonnés en vous abonnant à 1$ pour UN AN. Offre limitée pour la journée du 21 novembre 2019

Je poursuis la lecture

4

articles restants