Rechercher
Rechercher

Économie - Réformes

Pour la BERD, le Liban a « beaucoup de potentiel », malgré les défis

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) est déjà en train d’identifier de nouvelles cibles pour ses investissements, affirme à « L’OLJ » son vice-président chargé des politiques et des partenariats, Pierre Heilbronn, qui entame aujourd’hui une visite de deux jours au Liban.


Le vice-président chargé des stratégies et des partenariats de la BERD, Pierre Heilbronn, juge positif le bilan de la première année d’activité de l’organisation au Liban. Photo DR

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), dont le Liban est devenu le 66e membre en 2017, a officiellement lancé ses activités dans le pays il y a un peu plus d’un an.

Son vice-président chargé des stratégies et des partenariats, Pierre Heilbronn, entame aujourd’hui une visite de deux jours à Beyrouth pour rencontrer des dirigeants locaux ainsi que des membres du secteur privé, en compagnie notamment de Heike Harmgart, directrice régionale de la BERD pour le Levant, et de la représentante de l’organisation au Liban, Gretchen Biery. « Nous sommes des fervents supporters du processus de la CEDRE, et je réitérerai notre soutien lors des réunions à venir avec le gouvernement pendant ma visite. La BERD est un partenaire à long terme du Liban et s’est engagée à l’aider à prospérer », a assuré le responsable à L’Orient-Le Jour.

Pour Pierre Heilbronn, le bilan de la première année de la BERD au Liban est positif, malgré une année 2018 marquée par la dégradation de la situation économique et le blocage de la formation du gouvernement pendant environ neuf mois. « Nous nous sommes rapidement mis au travail et avons déjà investi 244 millions d’euros (plus de 270 millions de dollars au cours actuel) dans l’économie libanaise en un an de présence. Le Liban a beaucoup de potentiel, et notre but est de le révéler à travers des investissements ainsi que notre engagement à mettre en place des politiques et des stratégies (NDLR : pour développer l’économie) », a déclaré le responsable.


(Pour mémoire : Le Liban appelé à appliquer les principes de gouvernance au sein de l’administration)


Chapeaux de roue

La BERD a en effet lancé ses activités au Liban sur les chapeaux de roue en annonçant, en même temps que le lancement de ses opérations le 15 mars 2018, une prise de participation minoritaire dans le capital de Bank Audi, ainsi qu’un accord de financement avec Fransabank dans le cadre d’un de ses programmes de soutien au secteur privé. L’organisation a depuis signé plusieurs partenariats similaires (soutien aux PME, aux échanges commerciaux et développement durable) avec Bank Audi, BLOM Bank et la Société générale de banque au Liban (SGBL). En avril 2018, elle a en outre annoncé sa décision d’investir, aux côté de la Société financière internationale (SFI, le bras privé de la Banque mondiale), dans les premières obligations vertes (Green Bonds) émises par un établissement libanais (Fransabank). En octobre dernier, elle a par ailleurs inauguré un programme de conseil réservé aux PME locales.

Au-delà du soutien au secteur privé, la BERD a également endossé le costume de donateur lors de la CEDRE, à Paris, le 6 avril 2018, en s’engageant à accorder un prêt de 1,1 milliard d’euros sur six ans au Liban pour financer le programme de réhabilitation des infrastructures préparé par les dirigeants libanais (le Capital Investment Plan). L’enveloppe totale des aides promises au pays lors de cette conférence, soit plus de 11 milliards de dollars en prêts et dons, ne sera toutefois débloquée que si le pays lance d’importantes réformes pour restructurer son économie et assainir ses finances publiques. Des engagements que les dirigeants du pays ont jusqu’ici tardé à lancer. « Certaines réformes seront difficiles à mettre en œuvre, mais nous sommes certains que le pays fera des progrès », a assuré Pierre Heilbronn. « Notre priorité est de soutenir le secteur privé (…) Mais nous sommes conscients que pour prospérer, les entreprises ont besoin de conditions favorables, que ce soit au niveau de l’environnement des affaires ou de la qualité des infrastructures », résume Pierre Heilbronn.


Nouvelles cibles

Une aspiration que la BERD a déjà commencé à concrétiser. En mai 2018, le Haut Conseil pour la privatisation et les partenariats (HCPP) a ainsi fait appel aux experts de l’organisation pour une mission de conseil pour le projet d’autoroute périphérique reliant Khaldé (à 12 km au sud de Beyrouth) à Nahr Ibrahim (à 35 km au nord de la capitale, dans le Kesrouan). La SFI et le cabinet KPMG et Solon ont été sollicités au même moment par le HCPP, pour respectivement le projet d’extension de l’Aéroport international de Beyrouth et celui de création d’un centre national de données. Enfin, à la fin du mois de décembre dernier, la BERD a octroyé un prêt de 20 millions de dollars à l’opérateur BUS (groupe Butec), chargé depuis 2012 de gérer la maintenance du réseau de distribution d’électricité et la collecte des factures dans le nord du Mont-Liban et le Liban-Nord, pour le compte d’Électricité du Liban, le fournisseur public. « Et ce n’est qu’un début », promet Pierre Heilbronn, qui révèle que la BERD est d’ores et déjà en train d’identifier de nouvelles cibles pour ses investissements. Le responsable cite le secteur de l’électricité – un des principaux chantiers de réformes que le gouvernement libanais s’est engagé à lancer lors de la CEDRE –, le développement des zones industrielles – un projet sur lequel la Banque européenne d’investissement et le gouvernement italien sont déjà positionnés –, ou encore le soutien à l’industrie agroalimentaire, entre autres.


Pour mémoire

La BERD alloue 20 millions de dollars à BUS


Lire aussi

CEDRE : Ferid Belhaj évoque la « déception » de la Banque mondiale

CEDRE : le gouvernement attendu au tournant pour le budget 2019

Des prêts approuvés et un budget 2019 qui se fait attendre

Situation financière au Liban : quelques clés pour comprendre la fébrilité actuelle


La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), dont le Liban est devenu le 66e membre en 2017, a officiellement lancé ses activités dans le pays il y a un peu plus d’un an. Son vice-président chargé des stratégies et des partenariats, Pierre Heilbronn, entame aujourd’hui une visite de deux jours à Beyrouth pour rencontrer des dirigeants locaux ainsi que des...

commentaires (2)

Dans cette ambiance plombée, merci à la BERD et à son Vice-Président de venir nous annoncer des nouvelles si positives et de nous offrir une bouffée d'oxygène tellement importante pour le moral du peuple libanais, qui est désespéré par les dissenssions lamentables de ses politiques et par leur ignorance...!

Salim Dahdah

11 h 40, le 01 avril 2019

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Dans cette ambiance plombée, merci à la BERD et à son Vice-Président de venir nous annoncer des nouvelles si positives et de nous offrir une bouffée d'oxygène tellement importante pour le moral du peuple libanais, qui est désespéré par les dissenssions lamentables de ses politiques et par leur ignorance...!

    Salim Dahdah

    11 h 40, le 01 avril 2019

  • DE POTENTIEL LE PAYS IL EN A... DE VRAIS RESPONSABLES IL N,EN A PAS !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    08 h 16, le 01 avril 2019

Retour en haut