X

Économie

Situation financière au Liban : quelques clés pour comprendre la fébrilité actuelle

Conjoncture

« L’Orient-Le Jour » fait le point sur ce qu’il faut savoir pour comprendre les tenants et aboutissants des débats qui entourent ce climat d'incertitude.

23/01/2019

Beyrouth n’aura pas savouré longtemps le vent d’optimisme soulevé par l’intention de Doha, annoncée lundi, d’acheter des titres de dette en devises émis par le gouvernement libanais (eurobonds) pour une valeur de 500 millions de dollars, et qui devait pouvoir rassurer momentanément des marchés en émoi face au blocage de la formation du gouvernement depuis huit mois. Quelques heures plus tard, la décision de Moody’s, l’une des trois principales agences de notation américaines, de déclasser les obligations du Liban au rang de titres spéculatifs de mauvaise qualité est tombée comme un couperet, exacerbant davantage la fébrilité ambiante.

Nous faisons le point sur ce qu’il faut savoir pour comprendre les tenants et aboutissants des débats qui entourent ce climat incertitude.

Le cœur du problème : un déficit public qui ne cesse de se creuser

Depuis le début du ralentissement de la croissance économique en 2011, suite à l’éclatement du conflit en Syrie et la désertion des riches ressortissants des pays du Golfe, l’État libanais a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts. Les difficultés rencontrées par le secteur privé se sont de fait répercutées sur ses recettes fiscales qui n’ont que très légèrement évolué : elles s’élevaient à 8,8 milliards de dollars en 2011, et n’atteignent que 8 milliards de dollars à fin septembre 2018, selon les derniers chiffres disponibles. Alors qu’entre-temps, ses dépenses n’ont cessé de croître : 13,2 milliards de dollars à fin septembre 2018 contre 11,6 milliards de dollars en 2011. Les trois principaux postes de dépenses publiques, qui ont progressivement augmenté durant ces années, sont le service de la dette (montant que paie l’État chaque année pour honorer ses dettes), les salaires et traitements de la fonction publique et les transferts du Trésor à Électricité du Liban pour combler le déficit de cette dernière. Résultat, le déficit public qui était de 2,3 milliards de dollars en 2011 atteignait déjà 4,5 milliards de dollars à seulement fin septembre 2018. Et selon plusieurs experts, celui-ci dépassera certainement la barre des 6 milliards de dollars sur l’ensemble de l’année 2018.



(Lire aussi : Moody’s déclasse les obligations du Liban)



Pourquoi les banques sont-elles directement concernées ?

Pour couvrir ce déficit croissant, l’État a de plus en plus besoin de s’endetter. La dette publique est en effet passée de 54 milliards en 2011 à 83,6 milliards de dollars à fin octobre 2018. Au Liban, ce sont les banques locales qui prêtent à l’État, soit directement en souscrivant à des obligations (des bons du Trésor en livres et des eurobonds en dollars), soit indirectement à travers la Banque du Liban, en y effectuant des dépôts, qui sont ensuite utilisés par la BDL pour souscrire à des obligations.

Or pour pouvoir continuer à financer l’État, les banques doivent pouvoir compter sur une croissance de leurs dépôts. Mais celle-ci ralentit de plus en plus au moment où les besoins d’endettement augmentent. La croissance des dépôts repose principalement sur les envois de fonds de la diaspora, qui diminuent pour deux raisons : la crise dans le Golfe, mais aussi une baisse de la confiance des expatriés dans la pérennité du système financier libanais du fait d’un risque politique accru et d’une situation géopolitique instable. Entre 2008 et 2011, les dépôts bancaires augmentaient chaque année de 17 % en moyenne. Depuis, ce rythme de croissance ne cesse de décélérer : sur les huit premiers mois de 2018, les dépôts n’ont augmenté que de 3 %.

Quel est le rapport avec la formation du gouvernement et la CEDRE ?

Pour arrêter ce creusement du déficit public et donc contenir les besoins d’endettement de l’État, un gouvernement doit être formé afin de mener les réformes visant à réduire ce déficit : en baissant les dépenses de l’État et en augmentant ses revenus. C’est ce sur quoi le Liban s’est principalement engagé, lors de la conférence dite CEDRE, qui s’est tenue à Paris en avril. Et qui est présenté par les différents rapports d’organisations internationales sur le Liban comme l’unique sortie de crise.

Pour augmenter ses revenus, l’État doit pouvoir lutter contre l’évasion fiscale et améliorer ainsi la collecte ou bien hausser une nouvelle fois les taxes. Pour diminuer ses dépenses, il devra agir sur ses trois principaux postes de dépenses évoqués plus haut : une réforme de la fonction publique (supprimer les emplois inutiles, créés pour maintenir le clientélisme politique) ; une réforme de l’électricité (à travers la construction de nouvelles centrales et la hausse des tarifs); et une baisse du service de la dette.

Cette dernière semble être la solution la plus réalisable à court terme, puisqu’elle permettra à l’État de gagner du temps, et d’éloigner ainsi tout risque de défaut de paiement, qui impacterait directement son principal emprunteur, le secteur bancaire libanais, et donc ses déposants, les citoyens libanais.



(Lire aussi : Le Qatar veut investir un demi-milliard de dollars dans la dette libanaise)



Quelles sont les principales options pour réduire le service de la dette ?

Plusieurs options sont possibles pour parvenir à une réduction du service de la dette. La publication d’un article du quotidien al-Akhbar citant le ministre sortant des Finances Ali Hassan Khalil, dans lequel ce dernier évoque une imminente restructuration de la dette du pays avait provoqué un regain de tension sur les marchés. Le ministre avait rapidement démenti en expliquant avoir parlé d’un rééchelonnement de la dette.

• Un rééchelonnement de la dette signifie que l’État renégocie avec les banques les termes de la dette en revoyant à la baisse les taux d’intérêt et en repoussant les échéances (payer sur dix ans au lieu de cinq ans, par exemple).

• Une restructuration de la dette signifie en revanche que l’État négocie avec les banques pour revoir à la baisse le principal (le montant du capital emprunté et pas seulement les intérêts). Dans ce cas-là, les banques encaisseront d’importantes pertes, qui se répercuteront sur les dépôts des épargnants. Elles pourraient donc consentir à un rééchelonnement de la dette pour éviter ce scénario.

• Une inflation à travers une dévaluation de la livre signifie que la BDL décide de baisser la valeur de la livre par rapport au dollar pour réduire la taille de la dette en livre et augmenter les revenus de l’État. Malgré les spéculations, le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, s’est toujours montré très ferme en écartant totalement cette éventualité. « On entend parler de dévaluation, mais tant que l’économie est dollarisée, nous n’avons aucun intérêt à abandonner la stabilité du taux de change, puisque cela nuira à la productivité et au pouvoir d’achat, sans pour autant qu’on observe une amélioration de la compétitivité », avait-il déclaré fin décembre.

• Une forte croissance économique permettrait aussi d’augmenter les recettes fiscales de l’État, mais les prévisions écartent cette possibilité. La BDL table sur une croissance entre 1 et 1,5 % pour 2018, et la Banque mondiale et le Fonds monétaire international sur 1 %.

Comme souligné par nombre d’experts, la formation rapide d’un nouveau gouvernement permettrait d’éviter les scénarios les plus pessimistes.



Lire aussi

Sommet économique arabe : deux annonces et un cafouillage

Sommet arabe : l’Iran défend « sa » Syrie face à l’Arabie

Sommet arabe : pour Bassil, l’émir du Qatar a permis de « lever l’embargo »

Des centaines de manifestants à Beyrouth contre l'effondrement économique et la corruption

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

JE DOIS REVER SI J'AI BIEN COMPRIS

un gouvernement doit être formé afin de mener les réformes visant à réduire ce déficit : en baissant les dépenses de l’État et en augmentant ses revenus.

CELA VEUT DIRE DES QU UN GOUVERNEMENT SERA FORME ON PAIERA PLUS D'IMPOTS et evidement la reforme ne se fera pas de reduire le deficit puisque qu'aucun fonctionnaire ne pourra etre renvoye et que la corruption continuera

Peut etre dans ce cas rester comme nous sommes SANS GOUVERNEMENT est excellent car la corruption a baisse puisqu'on ne vote pas de nouveaux achats bidons et aucune nouvelle taxe peut etre votee

C'EST DONC CE QUE PENSENT NOS ELITES PUISQUE C'EST APPAREMENT LA SOLUTION IDEALE POUR LE LIBAN FORME DE GENS COMPETENTS CAPABLE DE RESOUDRE TOUS LES PROBLEMES DIXIT LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERE A DAVOS A CNN

Mounir Doumani

Le cœur du problème que vous décrivez n'a rien à voir avec le cœur du problème.

Le problème est que nous avons mis en place en 1992 un système qui rend tout investissement productif irrationnel et nous avons donc détruit toute capacité de production.

Ce qui en résulte est un besoin constant de transfert en dollars pour pouvoir acheter des "choses" de l'extérieur. Or, ces dollars prennent la forme de dépôts, qui se traduisent en dettes publique et privée.

Étant donne le niveau d'endettement public et prive, ramener plus de dollars coute de plus en plus cher d'où l'intenabilité de la situation.

La seule solution aujourd'hui est de reconnaitre ces pertes et de les distribuer de façon équitable (Ceux qui ont plus ou qui ont profité plus, paient plus) et rationnel (il est nécessaire de donner les moyens à ce qui reste des secteurs productifs de survivre à la crise).

Plus on tarde à engager cette correction volontaire, plus les plus faibles de la société paieront le prix.

Il sera nécessaire de donner aux gens quelque chose en contre partie des sacrifices qu'ils sont forces de faire. La contrepartie acceptable est l'établissement d'un état véritable : laïque, démocratique, juste et efficace, capable de gérer pour remplacer la coalition de communautés qui « gère » aujourd'hui le pays.

Antoine Sabbagha

Bonne analyse ou la situation financière est précaire et laisse les libanais plus inquiets .

Nicolas Sbeih

L'analyse est percutante, mais elle est incomplète. Plusieurs éléments manquent à l'appel, dont je vais citer ici uniquement l'un d'eux. Il est vrai que l'augmentation des dépôts bancaires est ralentie. Est-ce que cela veut dire que cette petite augmentation des dépôts est incapable, ou sera incapable très bientôt de financer les besoins des secteur public (cad le déficit) et privé? FAUX, car les banques ont une réserve de liquidités (en dollars) de 65 milliards de dollars non utilisés, qu'elles placent à la BDL et dans les banques correspondantes, et qu'elles peuvent utiliser pendant des années encore pour financer l'économie au cas où l'augmentation annuelle des dépôts n'est en pas capable.

Aref El Yafi

Votre analyse, Kenza, est indiscutable. Cependant votre conclusion : « la formation rapide d’un nouveau gouvernement permettrait d’éviter les scénarios les plus pessimistes. » est erronée et est d’ailleurs hors sujet. Elle n’a rien à voir avec l’article.

Comment un gouvernement, même en admettant qu’il soit formé de ministres des plus honnêtes et des plus compétents (ce qui est loin de la réalité) peut-il augmenter les revenues de l’état ou relancer la croissance économique quand la plupart des facteurs sont indépendants de sa volonté et incontrôlables vu les options politiques que les Libanais, tous les Libanais, volontairement ou involontairement ont choisi, à savoir, le support au Hezb Iranien armé jusqu’aux dents, la réélection (avec ou sans trucage) de la même classe politique qui est 100% responsable de l’état des choses et une corruption viscérale.

J’aurai dit : Cela donnerait quelques mois (et non quelques années) de répit à l’Etat, si et seulement si Cèdre est immédiatement accordé.

Tabet Karim

Très bon article qui resume le marasme économique.

L’azuréen

Bougez vous messieurs les responsables et arrêtez de tergiverser ou de rêver. La vraie guerre est économique donc vamos !

Gebran Eid

ILS GAGNENT DU TEMPS NOS POLITICIENS EN RACONTANT DES MENSONGES POUR QUE LES PAUVRES GENS LAISSENT LEURS ÉCONOMIES FIXE DANS LES BANQUES. SI ON OBSERVE LE TRAIN DE VIE DE NOS RESPONSABLES POLITIQUE, PRÉSIDENT, PREMIER MINISTRE ET LES MINISTRES ET TOUT CE MONDE QUI PROFITE AUTOUR, DES VOITURES DE LIXE, DES GARDES CORPS POUR CHACUN, LES VOYAGES LES DÉPLACEMENTS ETC...ETC...ET ET, ET ET, ON VOIT MAL DANS LA SITUATION OÙ LE PAYS SE TROUVE COMMENT LA SITUATION VA S'AMÉLIORER ? C'EST UNE QUESTION DE TEMPS.. UNE DÉVALUATION DE LA LIVRE OU UNE FAILLITE DES BANQUES EN CHÊNE NOTAMMENT LE BORDEL DANS LE PAYS.

Wlek Sanferlou

La formation d'un gouvernement efficace, pointé vers la résolution des problèmes,

Sarkis Serge Tateossian

Un gouvernement est fait pour protéger le citoyen, gérer l'économie, anticiper les obstacles, orienter le pays vers la prospérité...
On attend ce gouvernement.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué