X

Liban

Face à l’ambassade américaine à Awkar, la manif rituelle « anti-impérialiste »

Protestations

Une centaine de militants libanais (PCL et prosyriens) et palestiniens se sont rassemblés pour critiquer la visite, aujourd’hui, du secrétaire d’État américain à Beyrouth.


22/03/2019

Attendu aujourd’hui à Beyrouth, après un passage éclair au Koweït puis en Israël, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo n’a pas laissé une partie de la gauche libanaise et les sympathisants prosyriens indifférents. Ces derniers ont manifesté hier, à l’appel du Parti communiste libanais (PCL), devant l’ambassade des États-Unis à Awkar, devenue le symbole de « l’impérialisme » à chaque fois qu’un responsable américain de haut niveau se rend au Liban.

Une centaine de personnes se sont donc massées hier après-midi à quelques mètres de l’ambassade, sous haute surveillance policière. Craignant des débordements, comme cela a été le cas lors de sit-in précédents, les commerçants du quartier avaient préféré fermer leurs magasins. Sauf que la manifestation a été étonnamment calme. Les manifestants sont même arrivés sur place avec 45 minutes de retard, en raison des embouteillages monstres de la capitale hier.

Quelques jeunes portant le keffieh palestinien étaient accompagnés d’un groupe d’intellectuels de la gauche libanaise et de plusieurs militants du PCL. À la tête du groupe, se trouvait Hanna Gharib, secrétaire général du Parti communiste, et un représentant du Front démocratique pour la libération de la Palestine, Ali Fayçal. Les manifestants portaient des pancartes affichant un dessin représentant M. Pompeo et sur lesquelles on pouvait lire : « Vos projets ne passeront pas, nous ferons face et serons victorieux... » Le tout accompagné de slogans antiaméricains et de chansons vantant des exploits guerriers.


(Lire aussi : Pompeo à Beyrouth pour confirmer le maintien de l’influence américaine)



Les « dictées » de Pompeo

Pour Hanna Gharib, la visite de Mike Pompeo à Beyrouth sert avant tout à « dicter » au Liban une ligne de conduite sur plusieurs dossiers. « M. Pompeo essaie d’imposer au Liban l’acceptation de l’implantation des réfugiés palestiniens, dans le cadre du “deal du siècle” (concernant le plan de paix israélo-palestinien du conseiller de Donald Trump, Jared Kushner) qui se fera aux dépens du Liban », a dit le chef du PCL lors d’un discours. « Il veut également imposer une délimitation des frontières maritimes avec Israël de façon à permettre à l’État hébreu de voler nos richesses gazières et pétrolières », a-t-il ajouté.

Selon M. Gharib, le secrétaire d’État américain travaillerait également « à empêcher le retour sécurisé des réfugiés syriens en coopération avec Damas », et chercherait surtout à « monter les Libanais contre la résistance du Hezbollah ». « M. Pompeo cherche à resserrer l’étau autour de la résistance, et en même temps, il refuse que l’armée libanaise soit armée par quelqu’un d’autre que les Américains », a-t-il dit, dénonçant « une ingérence flagrante dans les affaires internes du Liban ».

« Lors des visites du secrétaire d’État adjoint américain par intérim aux Affaires proche-orientales David Satterfield (en février dernier) et de l’adjoint de Mike Pompeo pour les Affaires politiques David Hale (en janvier dernier), on a vu que certaines parties politiques qui font partie de ce gouvernement qu’on dit d’union nationale ont un avis différent du nôtre par rapport à tout cela. M. Satterfield ne s’est réuni qu’avec ces personnes-là », a lancé le chef du PCL.

« Nous mettons en garde contre le danger de la visite de Mike Pompeo sur la situation au Liban (…) Il y a risque d’une explosion sécuritaire. Nous mettons également en garde contre le fait que certaines parties politiques internes suivent ses directives », a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Le Hezbollah menace la stabilité du Moyen-Orient, affirme Pompeo en Israël)


Non au « deal du siècle »

Ali Fayçal, membre du bureau politique du FDLP, affirme pour sa part être venu manifester pour dire son refus du « deal du siècle ». « À travers sa tournée dans la région, Mike Pompeo essaie de faire accepter ce deal (…) Nous sommes là pour faire face au projet d’implantation des Palestiniens au Liban. Nous demandons le droit au retour et le droit d’établir un État palestinien », a-t-il lancé.

Parmi les manifestants, Jamal Skaff, frère de Yahya Skaff, un des hommes qui ont fait partie, en 1978, du commando du Fateh et de l’Organisation de libération de la Palestine ayant pris d’assaut un autobus circulant sur la route côtière reliant Haïfa à Tel-Aviv. Le sort de Yahya Skaff demeure inconnu jusqu’à aujourd’hui, mais le Hezbollah est convaincu qu’il est emprisonné en Israël.

« Mon frère croupit depuis 41 ans dans une prison en Israël, a assuré M. Skaff qui est venu exprès de Minié (Nord) pour manifester. Les Américains soutiennent Israël qui occupe la Palestine et qui détient en prison des milliers de personnes dont mon frère. La moindre des choses est de dire que nous sommes contre la politique israélienne », a-t-il lancé.

Un autre manifestant interrogé par L’Orient-Le Jour a expliqué être contre les ingérences dans les affaires internes du Liban, quelle qu’en soit l’origine. « Si l’Iran s’ingérait dans nos affaires, je manifesterais contre lui, mais il ne le fait pas », a-t-il déclaré. Même son de cloche du côté de Salam, une sympathisante du PCL présente sur place. « Nous savons ce qui est bien pour nous et ce qui ne l’est pas... M. Pompeo veut que nous partagions le pétrole et le gaz avec Israël, mais nous n’accepterons pas », a-t-elle lancé.



Lire aussi
Pompeo et Netanyahu unis contre l'Iran, les élections israéliennes en toile de fond

Pompeo à Beyrouth : trois dossiers à hauts risques, le décryptage de Scarlett HADDAD

L’Irak, nouvel « eldorado » diplomatique du Moyen-Orient

Pompeo vendredi prochain à Beyrouth, porteur d’un dossier lourd, celui du Hezbollah


Pour mémoire
Les USA et l’influence du Hezbollah au Liban...
, le décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo : Au Liban, la présence du Hezbollah reste majeure. Mais nous n’accepterons pas ce statu quo

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ANTI-IMPERIALISTE D,UN COTE... PRO-IMPERIALISTE DE L,AUTRE... COMME CA LEUR CONVIENT !

Pierre Hadjigeorgiou

Ça existent encore les communistes?

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants