X

À La Une

Électricité : la ministre de l’Énergie détaille son plan

Liban

"Si nous ne mettons pas en application ce plan dès la semaine prochaine, l'Etat encaissera des pertes mensuelles à hauteur de 150 millions de dollars", prévient Nada Boustani.


OLJ
21/03/2019

La ministre libanaise de l’Énergie et de l'Eau, Nada Boustani, a tenu jeudi une conférence de presse afin de détailler son plan pour la production du courant électrique, après la décision du gouvernement de former une commission ministérielle qui se consacrera à l'étude de ce plan dans un délai d'une semaine.

"Pour que l'on puisse accorder une place au débat, nous nous sommes dirigés vers la formation d'une commission ministérielle qui étudiera le plan", a expliqué la ministre, qui a remercié le chef de l’État pour "sa fermeté et son efficacité, en accordant un délai d'une semaine à cette commission pour présenter son rapport au gouvernement".

"L'accord politique autour du contenu et de la forme de ce plan est la condition la plus importante pour son succès, car tout retard pourrait affecter l'application de ce plan global", a prévenu la ministre.

"Ce plan a deux objectifs principaux : réduire le déficit budgétaire d’Électricité du Liban (EDL) et améliorer les services en matière de fourniture du courant électrique à travers trois facteurs, à savoir la réduction des pertes (au niveau de la production électrique), l'augmentation de la production de courant, et l'augmentation des tarifs", a expliqué Mme Boustani.

Elle a souligné que la réduction du déficit de production de courant doit se faire aux niveaux techniques et autres (en allusion aux infrastructures vétustes, ndlr), et en mettant un terme aux violations dans toutes les régions (concernant la collecte des factures ou les branchements illégaux sur le réseaux électrique, ndlr).

Elle a ainsi promis d’œuvrer pour la collecte des montants rétroactifs dus à l’État, soulignant que "cela représentera plus de trois mille milliards de livres libanaises" (deux milliards de dollars).



(Pour mémoire : Boustani lie le déficit public à la tarification figée d’EDL)



Augmenter la compétitivité et la transparence
Nada Boustani a ensuite fait savoir que "toutes les techniques d'augmentation de la production du courant, tous les types de combustibles et tous les emplacements géographiques possibles sont envisageables" dans ce plan.

"Nous combinons entre les solutions temporaires et les solutions durables, ce qui aura pour résultat d'augmenter la compétitivité et la transparence à travers un appel d'offre international et des mesures administratives rapides, sans être hâtives", a ajouté la ministre. Et de poursuivre : "Il n’y aura pas de centrales pour le court terme sans centrales pour le long terme. Un seul appel d’offre inclura ces deux volets. Pour ceux qui nous parlaient des navires-centrales, nous souhaitons leur dire qu’aujourd’hui dans ce plan nous proposons une (stratégie) pour se passer des navires-centrales".

"Nous allons œuvrer rapidement pour des solutions temporaires capables de fournir 1 450 mégawatts afin de pouvoir pallier aux générateurs privés. Ces solutions temporaires ne seront plus nécessaires par la suite", a ajouté Mme Boustani.

"Nous allons œuvrer pour la construction de centrales permanentes capables de fournir 3 100 MW, dans un premier temps dans les régions de Zahrani, Selaata et Hraïché, et dans un second temps, nous allons remplacer nos vieilles centrales à Zouk, Jiyé et Tyr par de nouvelles centrales respectueuses de l'Environnement", a-t-elle promis. "Nous allons augmenter les tarifs d'EDL afin que les Libanais ne soient pas obligés de payer deux factures, l'une à cet office, et l'autre aux propriétaires des générateurs privés".

"Si nous ne mettons pas en application ce plan dès la semaine prochaine, l'Etat encaissera des pertes mensuelles à hauteur de 150 millions de dollars", a prévenu la ministre.

Le gouvernement a décidé aujourd'hui, en Conseil des ministres, de créer une commission ministérielle présidée par M. Hariri, pour faire le suivi de ce dossier. Le ministre de l'Information, Jamal Jarrah, a fait savoir à l'issue de la réunion que cette commission devra transmettre ses recommandations au gouvernement dans un délai d'une semaine. "Le gouvernement est d'accord sur les principes généraux (inclus dans ce plan) mais les détails nécessitent davantage d'étude", a souligné M. Jarrah.



Lire aussi
Où en est le projet de parc éolien dans le Akkar ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

Virez la centrale de Zouk, vendez ce fabuleux terrain en bord de mer, et pour le prix construisez deux centrales en retrait...
C’est pas une bonne idée ça?

Wlek Sanferlou

Pour une fois je suis étrangement optimiste mais, bien sûr, je garde une ou plusieurs bougies à porté de main.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DU : TITI TITI...

Sarkis Serge Tateossian

Rien de nouveau et le "provisoir" continue à s'éterniser avec les mêmes procédés.
C'est regrettable.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Quand la lutte contre la corruption fait des dégâts collatéraux...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.