X

Liban

À Marseille, sera érigé un nouveau « bâtiment élégant et symbolique » conçu par Hala Wardé pour CMA CGM

Architecture

L’architecte libanaise a remporté la consultation lancée par l’armateur, notamment grâce au clin d’œil dans son projet à l’activité du groupe : un volume en forme de conteneur couronnant la tour.

15/03/2019

Elle sera élégante et tournée vers la mer, tel un phare veillant sur la Méditerranée. C’est hier, à Cannes, qu’a été présenté, dans le cadre du Marché international des professionnels de l’immobilier, grand événement du secteur organisé chaque année dans cette ville du sud de la France, le projet de la tour Le Mirabeau, conçu par l’architecte libanaise Hala Wardé, pour l’armateur de porte-conteneurs français CMA CGM. Une tour qui sera érigée, en partenariat avec l’entreprise Bouygues Immobilier, sur le front de mer marseillais.

Cette tour sera construite sur « un lieu chargé d’histoires », explique à L’Orient-Le Jour Tanya Saadé Zeenny, directrice générale déléguée du groupe. « C’est là que mon père, Jacques Saadé, a fondé la CMA (Compagnie maritime d’affrètement), après avoir quitté le Liban en 1978. Il n’y avait alors qu’un bureau et quatre personnes », raconte-t-elle. Plus de quarante ans plus tard, le groupe CMA CGM est n° 3 mondial du transport maritime par conteneurs, avec près de 37 000 employés. Et Mme Saadé de poursuivre : « Cet immeuble est aujourd’hui inoccupé, inadapté et vétuste, nous avons donc décidé de le remettre en valeur, et quoi de mieux que d’utiliser cet emplacement pour construire quelque chose de nouveau? » Elle souligne encore que la tour Le Mirabeau, du nom historique du bâtiment construit à cet emplacement, sera « un symbole de l’attachement du groupe à Marseille ». « Nous voulions un immeuble nouvelle génération, répondant aux standards de la construction et labellisé, tout en étant discret, simple, élégant mais solide, à l’image du groupe », indique encore Tanya Saadé. Une consultation a dès lors été lancée, il y a un an et demi, et de nombreux projets ont été présentés par des architectes de renom. Au final, c’est pour l’esquisse de Hala Wardé que les responsables de l’entreprise ont eu « un coup de cœur ». Non pas en raison des origines libanaises de Mme Wardé, mais bien du « clin d’œil à l’histoire du groupe » pensé par l’architecte : un volume en forme de conteneur sur le toit.

Mystère, simplicité et performance

Pour l’architecte, ce volume, qui vient couronner 21 étages de bureaux locatifs « tout en simplicité et élégance », peut également être perçu comme « un phare », dans une ambiguïté voulue et particulièrement caractéristique de l’ensemble. La tour, qu’elle préfère appeler « bâtiment » comme sont parfois appelés les navires, a en effet « un aspect ambigu et mystérieux, autant terrestre que maritime », affirme l’architecte. « Il s’agit d’un assemblage de volumes simples, avec des matériaux blancs et argent, qui reflétera la lumière et la mer, décrit l’architecte. Quand on le verra du large, on se demandera ce que c’est. »

Hala Wardé affirme encore qu’au-delà du côté symbolique du bâtiment, la construction se voudra « innovante et performante », avec des infrastructures dont l’architecte a veillé à ce qu’elles limitent au maximum la consommation d’énergie. Des efforts récompensés par l’obtention des certifications HQE Bâtiment durable et BREEAM, véritables références en matière de durabilité et performance du bâtiment.

L’arrangement des espaces intérieurs a également fait l’objet d’une intense réflexion entre les différents partenaires du projet. Lorsqu’il sera possible de pousser les portes de l’immeuble, d’ici à 2022, il sera évident que l’ensemble a été pensé pour répondre aux besoins et standards actuels en matière d’organisation professionnelle, assure l’architecte. Mmes Saadé et Wardé, présentes hier à Cannes, mentionnent notamment la présence d’espaces de coworking, de grandes salles de réunion et de lieux de réception, reflets d’une « vision innovante », qui se veut caractéristique de ce projet qu’est la tour Le Mirabeau.


Pour mémoire

Black-out autour de la mise à l’écart de Hala Wardé, lauréate du concours BeMA

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

Bravo et une belle fierté pour les libanais en général.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Hariri et Bassil, l’entente vacille, mais ne tombe pas

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué