L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le Hezbollah (pas) libanais

L’édito
04/03/2019

Cela fait des décennies que les Libanais demandent au Hezbollah de se libaniser. Cela fait des décennies que le Hezbollah se moque de la grande majorité des Libanais. Et en lançant tout récemment sa croisade contre l’ancien Premier ministre Fouad Siniora dans le cadre de sa volonté affichée tous azimuts – beaucoup plus show off et bling bling qu’autre chose – de lutter contre la corruption, le Hezb est passé à la vitesse supérieure : là, il prend définitivement les Libanais pour d’incurables crétins.

Ce n’est plus l’hôpital qui se fout de la charité, c’est un dispensaire au fin fond de l’Amazonie qui fait un doigt d’honneur à l’Organisation mondiale de la santé. Parce que le tableau de déshonneur du Hezbollah, truffé d’accusations et de soupçons en tout genre, est long comme un jour sans chocolat : la liste des attentats hors du Liban depuis 1990 dans lesquels le Hezb serait impliqué est interminable ; les trafics de drogues seraient devenus une des principales sources de revenus pour le parti, qui lèverait des centaines de millions de dollars en Amérique latine, dans la zone de la triple frontière entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay, mais aussi en Afrique de l’Ouest, sans compter les soupçons de trafic de diamants, la contrebande de cigarette ou les escroqueries par cartes de crédit… Naturellement, il n’y a aucune preuve tangible, aucun arrêté de cour de justice, qui condamnerait sans équivoque le Hezb à tous ces niveaux – en attendant néanmoins que le TSL rende bientôt son jugement à l’encontre de quatre hommes, tous membres présumés du Hezbollah, soupçonnés d’être à l’origine de l’assassinat de Rafic Hariri le 14 février 2005. Mais il n’y a jamais de fumée sans feu, et là ce n’est plus de fumée qu’il s’agit, mais d’une infinie nappe de brouillard.

Indépendamment de ses qualités d’homme d’État auxquelles personne, dans l’histoire immédiate du Liban, ne peut prétendre, Fouad Siniora pourrait, comme tant, comme tellement d’autres hommes politiques libanais, être coupable de corruption. Mais seule une justice indépendante et pugnace serait à même de le dire et de le prouver – et sûrement pas un parti hypocrite sur lequel pèsent des douzaines d’accusations. Et c’est encore moins à ce même parti de s’autoproclamer fer de la lance de cette indispensable, de cette urgente lutte contre la corruption. Surtout qu’il vient à peine de finir ses combats pour protéger la barbarie du gang Assad. Surtout qu’il vient pour la première fois d’exiger un ministère de services, et pas n’importe lequel : celui de la Santé.

Oui, les ministres hezbollahis qui se sont succédé au gouvernement ont tous fait, Hussein Hajj Hassan en tête, plus ou moins un très bon travail. Mais ce n’est pas ainsi que le parti de Dieu va se libaniser.

Un rapide retour sur l’implication crescendo du Hezb dans la praxis politique libanaise n’aide pas non plus – loin de là. En participant pour la première fois aux législatives en 1992, le Hezbollah, qui ne cachait pas sa haine et son mépris absolus pour l’accord de Taëf conclu deux ans auparavant, entendait avant toute chose asseoir son autorité au sein de sa communauté, et saper autant que faire se peut le monopole du mouvement Amal de Nabih Berry. En entrant pour la première fois au gouvernement en 2005, le Hezb avait en tête de ronger autant qu’il le pouvait la souveraineté du Liban, et de mettre l’exécutif devant les faits accomplis, voire essayer de le terroriser avec son arsenal militaire – épée de Damoclès – la guerre décidée unilatéralement contre Israël en juillet 2006 et l’anschluss de Beyrouth et de la Montagne en 2008 confirmeront davantage la stratégie de Hassan Nasrallah. Ensuite, en signant avec Michel Aoun et son CPL le document de Mar Mikhaël en février 2006, le Hezb trouvait pour la première fois une sorte de dimension et de caution nationales – mais tout cela ressemblait plus à un immense rictus, armé jusqu’aux dents, asséné à la face des sunnites, des druzes et des chrétiens non aounistes.

Ce n’est assurément pas ainsi que le Hezbollah va se libaniser.

Hassan Nasrallah aura beau – mais c’est déjà ça… – avoir juré en 2009 reconnaître enfin « officiellement la formule libanaise, et la richesse de la diversité religieuse et sociale qui caractérise notre société », sans que cela n’empêche le Hezb d’interdire, entre autres initiatives inacceptables, la vente d’alcool dans plusieurs régions qu’il contrôle, son parti n’a toujours aucune libanitude volontairement décidée et assumée. Parce que se libaniser équivaut tout d’abord à renoncer à incarner le bras armé de l’Iran, son agenda et son vilayet el-faqih dans le bassin méditerranéen. Cela équivaut à renoncer donc, dans l’esprit et dans la lettre, au concept milicien, à livrer son arsenal à la troupe, à reconnaître le principe de l’État, sa primauté, sa souveraineté, son prestige, son autorité. Cela équivaut, bien sûr, à renoncer à toute forme de mercenariat possible et imaginable en Syrie, au Yémen, en Irak, peu importe. Cela équivaut à renoncer à cette arrogance gigantesque et ce sentiment d’impunité divine qui a contaminé l’ensemble des partisans du Hezb ; cela équivaut, c’est-à-dire, à reconsacrer l’égalité entre tous les citoyens libanais – sans elle, sans cette égalité, il n’y aura plus jamais de coexistence, encore moins de convivialité entre les différentes communautés qui (dé)font la mosaïque libanaise. Cela équivaut donc, pour le Hezbollah, à génétiquement modifier son ADN.

Il n’y a pas de Hezbollah branche politique et de Hezbollah branche militaire. Il y a un Hezbollah qui n’est fondamentalement pas près de se libaniser. Et ces gesticulations, cette façon hystérique, tout récemment, de gigoter, index levés et menaçants à l’appui, ne leurreront personne : aussi libanais que soit l’ensemble de ses membres, et ils le sont profondément, leur parti ne se libanisera que lorsqu’ils auront enfin compris que le Liban est, forcément et férocement, leur unique patrie. Définitive.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Lebinlon

"qu'en termes concis les choses sont bien dites". Il est indiscutable que le hezbollah est un parti de la pensée unique autour d'un leader unique.je me permet d'apporter une petite correction: le hezbollah a été condamné par plusieurs juridictions. le Koweit, l'Egypte, La Bulgarie,Chypre, L'Argentine et j'en oublie surement.
il y a de lourds soupçons sur son implication dans l'assassinat d'opposants au régime Iranien en Europe. la toute récente rupture diplomatique entre les Pays-Bas et l'Iran et l'arrêt du distinguo politique-militaire de la GB ne sont probablement qu'un début.
la presence du Hezbollah a Ciudad del este n'est plus a prouver. (confluent entre le Brésil, l'argentine et le Paraguay à laquelle l'article fait allusion sans la nommer). tout comme il n'est plus besoin de prouver que cette ville est la plaque tournante du trafic de drogue en AmSud

L’azuréen

Une filiale iranienne reste une filiale iranienne.
Maintenant , il s’agit de savoir si dans ce mouvement englué de persitude hautement persillé il y’a des réformateurs tourné principalement vers la nation libanaise .

Hitti arlette

Cet acharnement récurrent à condamner le hezb et rien que lui devient de plus en plus barbant . C'est meme exaspérant d'autant qu'il n'y a pas de preuves tangibles ( comme vous le dites si bien monsieur) à l'appui . Accuser sans preuves est acte nul . Ce qui donne davantage à votre article le teint arbitraire c'est la complaisance envers des personnalités qui dament le pion au parti de Dieu dans la corruption ,l'affairisme la malversation etc...

HIJAZI ABDULRAHIM

Hallucinant... de lire un article aussi insultant dans un journal qui se veut respectable. Mais qui êtes vous monsieur pour distribuer des certificats de libanité? En quoi vous êtes plus libanais que des milliers de chiites, qui approuvent la politique du Hezb face à Israël et aux terrorisme... c'est quand même grâce aux sacrifices des familles chiites qui ont perdu quelqu'un que vous vous trouvez en paix , pour écrire des sornettes pareille. Votre tribunal international qui vit avec nos dons n'a rien trouvé depuis qu'il cherche, Seniora saura se défendre ... que vous n'appréciez pas sa ligne politique c'est votre droit, mais de grâce, n'utilisez pas l'OLJ pour insulter .... ce n'est pas digne de la démocratie que vous défendez....

TROLL & PSEUDONYMES

Rien à reprocher sauf quand on reprend les arguments à charge, comme une campagne de diabolisation, et s’il est persan, il doit revenir dans le giron libanais,adopter pleinement une ""libanitude"", quel drôle de mot, bref changer d’ADN comme vous le dites, et abandonner une tare contre une autre. Mais qui dans les interviews, ou autres déclarations à la presse, reprend ces arguments à charge du Hezb divin ? Même pas sûr les ennemis régionaux du Hezb, quand il leur arrive de le présenter comme Frankenstein.
C.F.

Yeomans Roger

Encore que ce ne soit pas un sujet sur toutes les lèvres en Grande Bretagne, i'interdiction complète du Hezbollah a suscité une grande approbation.

Lecteurs OLJ

Bravo Ziyad Makhoul pour votre pugnacité. Excellent texte où tout est dit. Mais vous relevez les torchons au niveau des serviettes quoique tous deux en fin de compte se valent.
Le Hezbollah pour son non Libanisme avéré et M. Siniora pour ses entourloupes financières.
Il est dommage que des personnalités qui auraient pu être considérées par l’Hisroire comme de grands home d’état, soient aveuglés par les matières sonnantes et trébuchantes, pour se retrouver au ras des pâquerettes.
Georges Tya

gaby sioufi


ne le sommes nous pas- tous - ?
compte non tenu de nos sympathies ou ideologies politiques ?
MEA MAXIMA CULPA !

AIGLEPERçANT

Article (pat)hibulaire mais presque.

La rage de la mauvaise foi est mauvaise conseillère.

Quand on est à ce point atteint de jugements embués, on garde un silence respectueux .

Tina Chamoun

Article (pas)thétique!

yves kerlidou

si il fallait un exemple supplémentaire on pourrait aussi citer quel pays a été le premier a réagir, y compris avant le Liban, à l’annonce de la grande Bretagne de mettre la branche politique du Hezbollah au banc des organisations terroristes

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

FORMIDABLE ZIYAD MAKHOUL ! TOUT AURAIT ETE DIT SI VOUS AURIEZ MENTIONNE AUSSI L,AEROPORT, LES PORTS ET LES FRONTIERES ET PROBABLEMENT CE QUI SE PASSE... LES MILLIARDS DE DOLLARS QUE L,ETAT PERD ET QUI GONFLENT LA DETTE PUBLIQUE...

Yves Prevost

Demander au Hezbollah de se libaniser c'est lui demander de renoncer à son essence même, le wilayet et faqih. Dans 20 ans, peut-être, quand l'Iran aura fait - inch'llah - sa contre-révolution, mais avant, impossible!

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.