L’édito de Michel TOUMA

Petites politiques

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
26/02/2019

Plusieurs décennies de guerres, de conflits internes, de crises chroniques et d’interminables débats existentiels, ça use. Et surtout, ça rend le citoyen blasé… À tel point qu’il finit par banaliser les situations les plus surréalistes. Et pourtant, ce « laisser-faire, laisser-aller » doit être malgré tout jugulé pour éviter le dérapage incontrôlé et la chute libre dans l’abîme. C’est devenu une lapalissade que de dire nous ne sommes pas dans la République de Platon et qu’il faudrait s’abstenir de faire preuve d’angélisme béat. Certes… Mais il reste que certaines pratiques politiques dépassent tout entendement, même au Liban.

La lettre de « démission » que le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil a fait signer dès la formation du gouvernement aux ministres représentant le courant aouniste constitue un exemple de ces pratiques d’un autre monde. Un précédent à la limite risible, n’était sa signification politique en termes d’atteinte à la fonction de ministre. Mais en définitive, sa dimension essentiellement partisane et personnelle en limite relativement la portée. Peut-être le chef du CPL voudrait-il garantir d’avoir toutes les cartes en main au cas où il voudrait ébranler le cabinet…

Plus grave encore est l’attitude adoptée par le Hezbollah à la suite de la malencontreuse boutade lancée par Nawaf Moussaoui, lors du débat de confiance, au sujet des circonstances de l’élection des présidents Bachir Gemayel en 1982 et Michel Aoun. Indépendamment de ce que l’on pense du personnage, de ses orientations politiques ou de son comportement médiatique, Nawaf Moussaoui est un député élu. La « suspension » de son mandat parlementaire, même temporairement – pour une période d’un an (sic !), à en croire des sources du parti chiite –, sur base d’une décision partisane, à titre de sanction, constitue rien moins que du mépris à l’égard de ses électeurs. Et un dédain des institutions constitutionnelles et des usages démocratiques.

Encore plus troublante est la récente démarche, qui peut paraître anodine pour certains, mais qui reste inhabituelle, du chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad. À la réouverture du débat de confiance, M. Raad s’est levé au début de la session plénière de l’Assemblée, retransmise de surcroît en direct sur toutes les chaînes de télévision locales, pour désavouer solennellement Nawaf Moussaoui et présenter au nom de son parti des excuses publiques pour les propos tenus par son collègue, jugés déplacés et impulsifs.

Le Hezbollah aurait pu se contenter d’une simple mise au point lapidaire, en marge des séances parlementaires, pour lever toute équivoque concernant la petite phrase de Nawaf Moussaoui évoquant l’accession de Michel Aoun à la présidence de la République « grâce au fusil de la résistance ». Il aurait pu tout aussi bien ignorer l’allusion aux circonstances de l’élection de Bachir Gemayel en faisant fi – comme il en a l’habitude – des réactions particulièrement fiévreuses enregistrées sur ce plan sur les réseaux sociaux et au niveau d’une partie de la rue chrétienne. La tempête se serait rapidement estompée d’elle-même.

Pourquoi donc cette sanction spectaculaire, pour le moins qu’on puisse dire, pourquoi ces excuses solennelles et pourquoi autant d’égards pour une opinion publique que ce parti n’est pas accoutumé à ménager outre mesure? Il est devenu bien inutile de rappeler que les préoccupations (et le projet) du Hezbollah sont d’ordre essentiellement transnational et régional. Pour quelles raisons a-t-il donc accordé cette fois-ci une telle importance à une question à caractère somme toute local qu’il aurait pu très bien banaliser avec condescendance, comme il le fait souvent ?

Le parti chiite prépare-t-il d’ores et déjà son retour de Syrie en cherchant à montrer patte blanche et à redorer son blason, à donner de lui une image de respectabilité et d’ouverture ? D’où le souci du nouveau ministre (hezbollahi) de la Santé d’afficher l’attitude de celui qui « ne veut pas faire de politique » et qui désire se concentrer sur sa tâche ministérielle technique. Ou bien le parti chiite fait-il face à des difficultés financières et structurelles, du fait de la guerre syrienne, qui le poussent à vouloir calmer le jeu sur la scène interne? Le Hezbollah verrait-il aussi poindre à l’horizon des moments difficiles pour lui et son mentor iranien, de sorte qu’il chercherait à avoir « zéro problème » dans ses rapports avec les parties libanaises, surtout chrétiennes ?

Quelle que soit l’interprétation qui peut leur être donnée, de tels actes partisans ne peuvent, en aucun cas, ébranler sérieusement la culture démocratique qui a toujours fait la raison d’être du pays du Cèdre.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

BOSS QUI BOSSE

Il s'agissait en fait de tuer la RAGE qui est en lui, Mr Touma.

Hitti arlette

Le même axe , bien sûr

Hitti arlette

Diaboliser la même axe de cette manière récurrente et sempiternelle et ne trouver aucun défaut ou une défaillance chez son opposé est contraire à la logique . L'opposé ,selon vous M.Touma ,est toujours du nickel et pourtant ...
Il n'en reste pas moins que l'analyse politique perd ainsi de son rationnel et tombe malheureusement dans le sectaire .

BOSS QUI BOSSE

Certain(e)s "lisent et écrivent " le français qu'ils ont appris à l'école avec des prestations plus ou moins bien évaluées.

D'autres "vivent" le français au quotidien depuis leur naissance sans jamais avoir eu le choix ou l'option d'avoir à choisir autre chose au départ de leur vie .

Toujours est il qu'ils comprennent qu'une langue n'est qu'un vecteur de connaissance et d'idées, sans jamais être forcément une adhésion à une culture , quelle qu'elle soit.

Irene Said

Il suffit pourtant de savoir lire et écrire le français...et tout devient très, très clair et compréhensible !
Irène Saïd

BOSS QUI BOSSE

Michel Touma est de ceux qui , quand ils ont une chose en tête, ils ne l'ont pas ailleurs .

Je ne sais pas s'il a approuvé les excuses publiques du hezb libanais de la résistance, ou s'ils les condamnent .

Ou alors aurait il fallu que le hezb libanais de la résistance s'excuse dans les termes et de la façon qui plairaient à Mr Touma , pour que enfin , Mr Touma puisse écrire quelque chose de positif , qui corresponde à ce qu'il pense du hezb libanais de la résistance.

Ne nous y trompons pas , si le hezb avaient fait comme le suggère Mr Touma , on aurait lu écrit de sa main , que des excuses publiques , à l'endroit où la maladresse de Moussawi a été commise auraient été celles qui conviendraient le mieux à ses désirs.

Qui veut tuer son chien l'accuse de rage .

Mr Touma n'a pas encore tranché, faut il tuer le chien ou la RAGE ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : divergences minimes dans un grand dialogue de sourds

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants