société

Mariage civil au Liban : Raya el-Hassan relance le débat, les réactions fusent

Les instances sunnites s'insurgent alors que plusieurs responsables politiques appuient les propos de la ministre, elle-même sunnite de Tripoli.

La ministre libanaise de l'Intérieur, Raya el-Hassan. REUTERS/Mohamed Azakir

Les instances sunnites sont montées au créneau après des déclarations de la ministre libanaise de l'Intérieur, Raya el-Hassan, qui a affirmé vouloir "ouvrir la porte au dialogue pour faire reconnaître le mariage civil" au Liban, alors que des responsables politiques appuyaient ses propos.

"Personnellement, je suis pour qu'il y ait un cadre régulant le mariage civil", a affirmé Mme Hassan, première femme ministre de l'Intérieur du monde arabe, lors d'une interview sur la chaîne Euronews. "Je vais essayer d'ouvrir une porte pour un dialogue sérieux et profond", à ce sujet, a souligné la ministre, elle-même sunnite de Tripoli, au Liban-Nord. Et d'ajouter : "En prenant en compte toutes les dimensions politiques et confessionnelles, je voudrais lancer le dialogue avec toutes les instances religieuses et autres, avec le soutien, je l'espère, du Premier ministre Saad Hariri, pour que le mariage civil soit reconnu", a ajouté la ministre, du Courant du Futur.


Le Liban, où coexistent dix-huit confessions religieuses, n'a pas de code de statut personnel unifié et toutes les questions relatives au statut personnel, qu'il s'agisse de mariage, divorce, garde des enfants, héritage, etc. sont donc soumises au droit relatif au statut personnel de sa communauté. Les unions civiles célébrées à l'étranger sont toutefois reconnues. 

Réagissant lundi à ces déclarations, Dar el-Fatwa, l'instance religieuse sunnite, a proclamé dans un communiqué "le refus catégorique du mariage civil au Liban", soulignant qu'il s'agit d'un point de vue "connu depuis des années". 

"La ministre Hassan ne mesure pas ce que signifie le mariage civil, dans sa dimension islamique et elle n'a pas réfléchi avant de s'exprimer à ce sujet", a de son côté réagi le mufti de Tripoli et du Liban-Nord, Malek el-Chaar. "Le mariage civil est une violation de la charia et la priorité est de se concentrer sur les spécificités des différentes confessions religieuses", a-t-il ajouté. 

Le député sunnite prosyrien Adnane Traboulsi a pour sa part souligné que le mariage civil avait "toujours été refusé par les chefs de gouvernements et toutes les personnalités et communautés musulmanes". "Il s'agit d'une ligne rouge et nous ne permettrons pas que soit manipulée l'organisation du statut personnel chez les musulmans", a-t-il ajouté. 



(Lire aussi : Divorce au Liban : ce qu'il faut savoir sur ces lois discriminatoires à l'égard des femmes)



Déclarations "audacieuses"
Les propos de Mme Hassan ont toutefois été salués par plusieurs responsables et organisations politiques. 

Le leader druze Walid Joumblatt s'est dit "partisan du mariage civil et de l'adoption d'un code du statut personnel civil". "Est-il possible de donner son avis sur le mariage civil sans être taxé d'hérésie, s'est-il interrogé. C'en est assez de l'utilisation de la religion pour créer des dissensions entre les citoyens". 

Le Bloc National a affiché son soutien aux déclarations "audacieuses" de la ministre de l'Intérieur. "Le mariage civil est le premier moyen de lier tous les citoyens. La famille est la première cellule qui rassemble en son sein les citoyens, avant d'autres cadres comme les partis et les communautés", a souligné le parti dans un communiqué. Le Bloc National a assuré qu'il allait "soutenir toutes les initiatives" promouvant le mariage civil. 




Pour mémoire

Droits de la femme au Liban : une année marquée par une grande dynamique et peu de réalisations

Droits de l’homme et violence domestique : pour une stratégie « des petits pas »

Kafa fait campagne pour un code civil du statut personnel


Les instances sunnites sont montées au créneau après des déclarations de la ministre libanaise de l'Intérieur, Raya el-Hassan, qui a affirmé vouloir "ouvrir la porte au dialogue pour faire reconnaître le mariage civil" au Liban, alors que des responsables politiques appuyaient ses propos.

"Personnellement, je suis pour qu'il y ait un cadre régulant le mariage civil", a affirmé Mme...

commentaires (18)

Par la perte du droit sur le statut personnel des citoyens c’est la perte du pouvoir des prélats religieux, c’est inacceptable, ils veulent garder le troupeau dans leurs girons.

DAMMOUS Hanna

10 h 37, le 19 février 2019

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Par la perte du droit sur le statut personnel des citoyens c’est la perte du pouvoir des prélats religieux, c’est inacceptable, ils veulent garder le troupeau dans leurs girons.

    DAMMOUS Hanna

    10 h 37, le 19 février 2019

  • Le mariage civil est interdit au Liban mais le divorce civil est permis! Arrêtons cette hypocrisie qui perdure depuis des décennies! Assez de bigoterie! Finissons en avec le commerce des religions!

    Dounia Mansour Abdelnour

    01 h 58, le 19 février 2019

  • Si le féodalisme et le confessionnalisme pouvait disparaître une fois pour toute !

    TrucMuche

    23 h 06, le 18 février 2019

  • Je trouve que notre ministre Raya el-Hassan est d'une grande classe et d'une vision politique, sans précédent. Elle est capable de casser les codes pour servir son pays au plus près de ses citoyens. Les libanais devraient en être fier.

    Sarkis Serge Tateossian

    23 h 06, le 18 février 2019

  • Le mariage civil est un des principaux constituants d'une république moderne. Ce retard énorme que notre pays accuse, doit être au plus vite rattrapé. Le mariage civil est bénéfique pour les libanais à plusieurs égards. Cela favorisera d'une part les mariages tout court....(ce qui est une très bonne chose, et d'autre part ce mécanisme anodin pour d'autres pays sera d'une grande efficacité dans notre pays car il incitera les mariages mixtes entre confessions.... je répète, cela favorisera les mariages mixtes ce qui donnera une consistance et un sens à l'identité libanaise. L'ensemble des députés, le gouvernement et les institutions nationales doivent s'y adhérer.... C'est une chance pour le Liban.

    Sarkis Serge Tateossian

    23 h 00, le 18 février 2019

  • Bravo et chapeau Mme Hassan je vous souhaite de réussir et rapidement

    Georges Zehil Daniele

    20 h 15, le 18 février 2019

  • Un grand bravo pour Mme Hassan, qui nous montre jour apres jour qu'elle a l'etoffe d'une femme d'etat

    Le Phenicien

    19 h 33, le 18 février 2019

  • Enfin une petite lueur d'espoir pour le début d'entrée du Liban au 21ème siècle. Bravo Mme Hassan, let's cross our fingers !

    Remy Martin

    18 h 19, le 18 février 2019

  • EN AVANT ET CREVENT CEUX QUI JETTENT DU BOIS DANS LES ROUES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    17 h 49, le 18 février 2019

  • Personnellement je suis pour. Archi pour. Comme certains d'entre nous Chypre a été le lieu de célébration de mon mariage civil. Avant de célébrer le mariage religieux. Est ce qu'une seule communauté peut empêcher ce qui devrait être une possibilité de choix pour chaque couple? Ne pourrait on pas accorder le mariage civil aux ressortissants des communautés qui seraient pour? Ce serait un bon début. Non?

    Sybille S. Hneine

    17 h 08, le 18 février 2019

  • À première vue, je pense que le mariage civile serait une bonne chose pour le Liban. Après il faudrait que les religieux d’un autre côté nous explique calmement et raisonnablement pourquoi ils n’en veulent pas. D’ailleurs je me demande si tous les religieux sont contres? Si ça se trouve ce n’est pas le cas. Au Hezbollah par contre je pense que la position adoptée par ce parti sera très clair, se sera un “non” clair au mariage civile. Là pour le coup je ne partage pas leur avis mais en meme temps on a pas les éclaircissements nécessaires

    Chady

    16 h 47, le 18 février 2019

  • Mais que restera-t-il pour défendre la seule chose qui puisse encore sauvegarder le visage partiellement chrétien du Liban ? Il tomberait en désuétude peu à peu !

    Chucri Abboud

    16 h 27, le 18 février 2019

  • Quand la religion devient commerce et loin du spiritualisme on ne peut s'attendre de mieux de ces instances religieuses qui feront faillite si elles acceptent le mariage civil . Bravo enfin pour ce premier pas de Raya el-Hassan et courage , il faut continuer .

    Antoine Sabbagha

    15 h 41, le 18 février 2019

  • Position courageuse de Madame El-Hassan!! J'espère qu'elle sera soutenue par le premier ministre et le président...

    Alexandre Husson

    15 h 25, le 18 février 2019

  • Juste pour cette position on se doit de se réjouir de cette ministre. Allah yikoun maaa!

    Wlek Sanferlou

    15 h 19, le 18 février 2019

  • Ben oui...chez nous les religions ( toutes ! ) et leurs représentants bénéficient avant tout d'un commerce juteux... N'est-ce pas aussi une sorte de corruption, exercée au nom de DIEU ? Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 54, le 18 février 2019

  • Comme tout est question de business au Liban, pourquoi ne pas dans un 1er temps verser une dîme raisonnable aux religieux pour ceux qui décideraient de se marier au civil . Il faudra bien qu'un jour on en arrive à IMPOSER CE MARIAGE CIVIL , il ne peut pas en être autrement . Bordel !

    FRIK-A-FRAK

    14 h 38, le 18 février 2019

  • Oui, oui et oui au mariage Civil On les esclaves de toutes les Instances religieuses du Liban! Les premiers maitres chanteurs!

    Jack Gardner

    14 h 19, le 18 février 2019