X

À La Une

A Dubaï, Hariri affiche sa détermination à mener les réformes

Liban

"Les Libanais doivent s'habituer à voir des femmes occuper des postes de haut niveau", a déclaré le Premier ministre libanais.

OLJ
10/02/2019

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a affiché dimanche à Dubaï la détermination de son gouvernement à mener les réformes préconisées par la conférence de Paris (CEDRE), estimant que le Liban avait une "opportunité en or".

"Nous avons formé un gouvernement sur la base d'un programme clair et sincère pour remettre le Liban au premier plan", a déclaré M. Hariri dans un discours prononcé dans les locaux du consulat du Liban aux Émirats arabes unis, indiquant que le pouvoir allait œuvrer à "modifier de vieilles lois". "Nous sommes parvenus à casser la dynamique de division dont le Liban a été la victime", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement libanais va se concentrer sur le champ économique et va travailler à mettre en place des réformes qui ont été adoptées lors de la conférence de Paris", a affirmé le Premier ministre. Lors de cette réunion, qui avait eu lieu en avril 2018 à Paris, la communauté internationale s'était engagée à soutenir financièrement le Liban, à hauteur de près de 11 milliards de dollars, en échange de la mise en application de profondes réformes structurelles. 

"Le Liban a une opportunité en or. Celui qui cherche à arrêter cette marche pour des raisons politiques aura affaire à moi", a-t-il lancé, tout en estimant qu'"il y a un consensus politique pour lancer le train des réformes". Sur un autre plan, M. Hariri a remercié les Émirats pour l'accueil réservé aux Libanais qui leur a permis d'y travailler.


(Lire aussi : Gouvernement : les réformes économiques au cœur de la déclaration ministérielle)


"Dernière opportunité" d'attirer des investissements
Interrogé par des journalistes émiratis, le chef du gouvernement a assuré que les formations politiques libanaises, dont le Hezbollah, se sont mis d'accord pour "mettre de côté les différents régionaux et mener des réformes qui profitent au citoyen libanais", ajoutant que la lutte contre la corruption et le gaspillage sont les principaux défis que le cabinet aura à affronter.

Plus tôt dans la journée, Saad Hariri avait tenu un discours similaire lors du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï, soulignant que le nouveau cabinet, formé fin janvier après huit mois de tractations, "a préparé un programme clair de réformes qui permettront d'encourager les investisseurs étrangers à revenir au Liban". "Dans la déclaration ministérielle (qui doit être présentée en début de semaine au Parlement, NDLR), et lors de la conférence de Paris, nous avons préparé un programme pour redresser l'économie et réformer certaines lois, a affirmé M. Hariri. Le plus important, aujourd'hui, c'est de faire revenir les investisseurs" au pays du Cèdre, a-t-il ajouté. 

Il a dans ce contexte souligné qu'une partie des lois requises par la réunion de Paris avaient été adoptées au Parlement et que les législations nécessaires restantes avaient été mentionnées dans la déclaration ministérielle et seront adoptées rapidement par la Chambre. "Ce qui a changé entre hier et aujourd'hui, c'est que nous avons décidé, à l'unanimité, de sauver le Liban", a encore indiqué le Premier ministre. Et de poursuivre : "L'unanimité politique prévaut également dans notre volonté de lutter contre la corruption, un des plus grands défis auquel nous devons faire face. C'est notre dernière chance d'attirer des investissements au Liban", a-t-il affirmé. 


(Lire aussi : Hariri hausse le ton : Celui qui me fera face devra démissionner)


Gagner la confiance

De son côté, le vice-président du Conseil, Ghassan Hasbani, a déclaré qu'il s'attendait à ce que les "alliés du Liban" aident le pays à "préserver la stabilité du taux de change de la livre" en "déposant des fonds à la Banque du Liban".

"Dans la foulée de la promesse du Qatar d’investir 500 millions de dollars dans des obligations d’État en devises, le Liban cherche à gagner la confiance des pays arabes et des autres nations en vue d'effectuer des dépôts à la Banque du Liban, et ceci pourrait arriver dans peu de temps", a affirmé M. Hasbani dans un entretien accordé à la chaîne Bloomberg.

Mardi, le conseiller spécial de M. Hariri, Nadim el-Mounla, avait confié que le Liban avait engagé des pourparlers avec plusieurs pays alliés pour assurer le financement de sa dette publique, sans toutefois les citer.

Le numéro deux du gouvernement a ajouté à Bloomberg que la priorité du cabinet était de "réduire les déficits budgétaires et de lancer un grand plan d'investissements en direction des infrastructures, afin de stimuler la croissance et attirer les investissements privés".

Au sommet de Dubaï, le vice-président du Conseil avait affirmé que "grâce à la formation du gouvernement, le Liban est sur le point de pouvoir profiter des financements" de la conférence de Paris. "Ces fonds serviront surtout au financement des infrastructures", a-t-il souligné. 


Hariri fait la promotion des femmes
Sur un autre sujet, Saad Hariri a déclaré lors du Sommet des gouvernements que "les Libanais doivent s'habituer à voir des femmes occuper des postes de haut niveau" dans l'administration du pays, soulignant que le gouvernement "doit encourager les investisseurs à revenir au Liban". 

M. Hariri a souligné que "les femmes constituent 54% de la population libanaise". Il a dans ce contexte affirmé que "la nomination de Raya el-Hassan au poste de ministre de l'Intérieur est une vraie réforme, parce qu'elle est est une réformatrice et que ce ministère a réellement besoin d'être réformé". Mme el-Hassan est la première femme en charge d'un ministère de l'Intérieur dans les pays arabes. Elle fait partie des quatre femmes nommées au gouvernement de Saad Hariri, avec la ministre de l’Énergie, Nada Boustani, et les ministres d’État pour le Développement administratif, May Chidiac, et pour l’Autonomisation économique des femmes et des jeunes, Violette Khairallah Safadi. C'est la première fois au Liban que quatre femmes d'un coup occupent des postes ministériels. 

"Les Libanais doivent s'habituer à voir des femmes occuper des postes de haut niveau" dans l'administration du pays, "jusqu'à la présidence de la République et du Parlement", a insisté M. Hariri. Il a encore indiqué que si le Liban "ne soutient pas les femmes à travailler dans tous les secteurs professionnels", le pays connaîtra "une grande perte de productivité dans la région". "Les femmes et les jeunes sont une part indissociable de notre économie", a-t-il affirmé.

Le chef de l'Éxécutif a enfin appelé à "changer les mentalités, améliorer le secteur technologique et l'économie, afin d'y intégrer la jeunesse".

Au cours de sa visite à Dubaï, Saad Hariri a été reçu dimanche par le prince héritier d’Abou Dhabi et homme fort des Émirats, le cheikh Mohammad ben Zayed, avec qui il a discuté des relations bilatérales entre les deux pays et de la situation dans la région. M. Hariri s'est également entretenu avec le chef des Kataëb Samy Gemayel, et avec le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire. 


Lire aussi

Au ministère de l’Intérieur, Raya el-Hassan met l’accent sur le renforcement de la protection des femmes

Quatre femmes ministres : si peu... pour un record

Qui sont les femmes ministres du gouvernement Hariri ?


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LIBAN D'ABORD

"Les Libanais doivent s'habituer à voir des femmes occuper des postes de haut niveau" dans l'administration du pays, "jusqu'à la présidence de la République et du Parlement", a insisté M. Hariri.

TIENS IL A OUBLIE DE MENTIONNER LE HAUT NIVEAU DE
PREMIER MINISTRE

lapsus probablement

BRAVO QUAND MEME Mr HARRIRI
WELL DONE

Citoyen

Arrêtons les discours creux et mettez vous vite au travail. C'est plus qu'urgent. Bonne chance aux femmes et avant de commencer à les critiquer laissez les travailler.

Tabet Karim

Il en fallait plus que 4 ! Seules les femmes sont capables de faire bouger les choses dans le bon sens.

Antoine Sabbagha

Saluons la détermination de M. Hariri à mener les réformes pour donner espoir au pays . Bonne chance .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ALLEZ, MENEZ-LES SANS CORNEMUSES ET TAMBOURS MAIS AVEC DETERMINATION ET EFFICACITÉ !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC PLAISIR MAIS QU,ELLES SOIENT COMPETENTES ET NON COMME NOS ETERNELS ABRUTIS...

ACQUIS À QUI

On est tous d'accord Saad, mais des femmes compétentes, parce que parmi les 4 du gouvernement actuel y en a une qui ne fait pas l'affaire, avec tout le respect que je dois aux femmes .

Eleni Caridopoulou

Bravo Hariri je t'aime bien

Tina Chamoun

Aucun doute que sur le sujet des femmes il s'est bien èmancipé de l'AS. Un homme de son temps quoi!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Relations libano-syriennes : des changements en douce sans polémique gouvernementale

Commentaire de Anthony SAMRANI

Arabes-Israël : une liaison dangereuse

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué