X

À La Une

Juger les jihadistes en Irak, une option pour ne pas les rapatrier de Syrie

Justice

Les forces américaines ont déjà remis des détenus étrangers au contre-terrorisme irakien, escortant notamment de la zone kurde de Syrie en Irak un Australien et un Libanais jugé et condamné à mort.

OLJ/AFP/Ali CHOUKEIR et Sarah BENHAIDA
11/02/2019

Pour éviter des rapatriements et en raison de l'impossibilité de les juger en Syrie, les jihadistes étrangers, notamment français, pourraient comparaître devant la justice en Irak, s'inquiètent familles et défenseurs des droits humains.

Ce pays voisin a déjà lourdement condamné des centaines d'étrangers du groupe Etat islamique (EI), dont certains venus de Syrie, pays en guerre où l'organisation ultra-radicale est en passe d'être totalement vaincue, selon la coalition internationale qui combat l'EI depuis 2014. L'Irak s'est lui déjà déclaré "vainqueur" de l'EI en 2017.

Selon des sources françaises, une soixantaine de jihadistes adultes français sont à ce jour détenus par les forces kurdes en Syrie.

En août, l'AFP a assisté au procès de Lahcène Gueboudj, un Français de 58 ans qui avait assuré à ses juges irakiens avoir été capturé par des rebelles syriens avant d'être transféré par des soldats américains en Irak.

Si ce scénario se reproduisait pour les Français aux mains des Kurdes syriens, "ce serait dramatique", estime Véronique Roy, membre du Collectif familles unies qui regroupe 70 familles françaises dont des proches ont rejoint un territoire tenu par l'EI. Car, une fois en Irak, ils "risquent d'être torturés et jugés de façon inéquitable", affirme à l'AFP Belkis Wille, de Human Rights Watch (HRW).

Pourtant, ajoute-t-elle, "dans cinq cas au moins", il semblerait que les forces américaines ont déjà remis des détenus étrangers au contre-terrorisme irakien. Outre M. Gueboudj, elles ont escorté de la zone kurde de Syrie en Irak un Australien et un Libanais jugé et condamné à mort.


(Lire aussi : Jihadistes : dans un village français, l'attente d'un retour de Syrie)


"Dans la nature"
Devant des tribunaux de leurs pays, des avocats auraient pu plaider que ces transferts s'apparentaient à des enlèvements. En laissant l'Irak les juger, les pays d'origine seraient assurés que ce point de procédure ne sera pas soulevé, selon des observateurs.

En outre, les précédents procès en Irak de jihadistes étrangers semblent indiquer que les tribunaux de ce pays ont fait le choix de la sévérité. En tout, selon des sources judiciaires irakiennes, plus de 300 personnes -dont une centaine d'étrangères- y ont été condamnées à mort et autant à la perpétuité pour avoir rejoint l'EI.

Des procès en Syrie voisine sont impossibles. Les Etats-Unis, décidés à se retirer de Syrie, poussent avec leurs alliés kurdes syriens les pays d'origine à rapatrier leurs ressortissants prisonniers.

La France, frappée ces dernières années par des attentats revendiqués par l'EI et parfois planifiés depuis la Syrie, était jusqu'ici opposée à leur retour. Mais, avec le départ annoncé des Américains, elle dit désormais examiner "toutes les options", dont le rapatriement. Il faut "éviter qu'un certain nombre de jihadistes se retrouvent dans la nature et se dispersent", a plaidé cette semaine à Bagdad la ministre française des Armées Florence Parly.

Avec l'option irakienne, toutes les parties pourraient trouver leur compte, assurent des sources irakiennes, alors que les autorités politiques et judiciaires irakiennes sont muettes.


(Lire aussi : Paris face au casse-tête du retour des Français de Syrie)


"Dans le secret"
Tout a été négocié "au plus haut niveau et dans le secret", affirme le spécialiste des mouvements jihadistes Hicham al-Hachémi qui évoque un accord donnant satisfaction aux deux parties.

D'un côté, les pays d'origine n'ont pas à gérer des retours qui suscitent l'hostilité de leurs opinions publiques. De l'autre, l'Irak recevrait de ces pays "des armes ultra-modernes et d'importants équipements militaires", dit à l'AFP ce fin connaisseur des rouages politiques et sécuritaires irakiens.

Mais "comment justifier de la compétence des tribunaux irakiens" pour des faits commis depuis le territoire syrien?, s'interroge l'avocat français Vincent Brengarth, en charge des dossiers de Français en Syrie, dont celui de Margaux Dubreuil.

En vertu de la loi antiterroriste en Irak, quiconque ayant rejoint un "groupe terroriste", qu'il ait combattu ou non, risque la peine de mort. C'est sur ce point que peuvent s'appuyer les juges irakiens, assure M. Hachémi: "l'Irak jugera tous ceux qui sont passés par son territoire, même s'ils n'y ont pas combattu et l'ont seulement traversé pour rejoindre la Syrie". Et cela pourrait concerner des centaines d'étrangers, poursuit-il.

Plusieurs Occidentaux ont déjà été condamnés à la peine capitale en Irak mais pas les trois Français jugés jusqu'ici: comme M. Gueboudj, Mélina Boughedir, 28 ans, et Djamila Boutoutaou, 29 ans, ont écopé de la perpétuité, équivalente à 20 ans de prison en Irak. Néanmoins, plaide Mme Roy, "on recule le problème mais on ne le règle pas. La France n'a pas à sous-traiter".


Lire aussi

Après avoir rallié l'EI à 15 ans, elle veut rentrer en Allemagne

En Syrie, un Irlandais ayant rallié l'EI raconte les derniers jours du "califat"

Yasmine, 4 ans, de retour de Syrie grâce au combat acharné de sa mère


Pour mémoire

La Belgique face au drame des enfants retenus en zone jihadiste

Jamais sans mes enfants ? Le dilemme des Françaises jihadistes en Syrie

Des enfants de présumés jihadistes français rapatriés d'Irak



À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Talaat Dominique

il ne faut pas avoir de pitiés pour les daeshi
comme ils n'ont pas eut de pitié pour leurs victimes

Citoyen

Il est tout à fait normal que ces barbares qui ont torturé, tué et brisé des familles, soient condamnés à de lourdes peines et dans les pays où ils ont volontairement voulu y aller. Pleurer des larmes de crocodile ne sert à rien aujourd'hui. Le vers a déjà infiltré le fruit.

AIGLEPERçANT

Après les avoir envoyé, voilà qu'on les abandonne à leur triste sort.

Une leçon pour ceux qui auront encore envie de croire aux balivernes des occidentaux, comme leur avoir promis monts et merveilles si ces bactéries wahhabites participaient à leur complot.

Avis à tous ces idiots utiles.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.