X

Liban

Une nouvelle étude accablante sur la pollution de l’eau dans la Békaa

Ressources hydrauliques

Il existe une importante infiltration d’eaux usées dans les canalisations d’eau potable à l’ouest et au centre, selon l’UL.

S.B. | OLJ
25/01/2019

L’eau d’une bonne partie de la Békaa (Ouest et centre) est imbuvable en raison d’une importante pollution bactériologique. Telle est la principale conclusion d’une étude récente menée par le Centre national de la qualité du médicament, de l’alimentation, de l’eau et des produits chimiques, relevant de l’Université libanaise. Cette étude, effectuée à la demande de l’Office national du Litani, porte sur un certain nombre de domiciles de la Békaa-Ouest et centrale. Les conclusions ont montré une grave contamination bactériologique des eaux superficielles et souterraines, qui passe par les réseaux de distribution et, par conséquent, dans l’eau potable du robinet.

Interrogé par L’Orient-Le Jour sur la portée de cette étude, Nazih Bou Chahine, directeur du Centre national de la qualité du médicament, de l’alimentation, de l’eau et des produits chimiques, assure que les tests ont révélé des taux de pollution encore plus graves que ceux auxquels on aurait pu s’attendre, rappelant que de nombreux cas de maladies pouvant être causées par la pollution sont constatés dans ces régions-là.

Suivant l’étude, à titre d’exemple, le puits Chamsine qui alimente la localité de Barr Élias a montré des taux de contamination bactériologique dépassant le taux autorisé, une pollution causée par l’infiltration des eaux usées.

Dans les résultats de tests envoyés par M. Bou Chahine, il est possible de voir que plusieurs sites placés sous étude ont montré des taux anormalement élevés de quatre bactéries : les entérocoques intestinaux (des pathogènes causant des septicémies et des infections urinaires et abdominales d’origine intestinale) ; le bacille pyocyanique (une bactérie du genre Pseudomonas) ; les coliformes dits « thermotolérants » (des bactéries coliformes qui peuplent l’intestin et peuvent être identifiées par leur tolérance à une température de 44-45 °C, et dont la présence est une preuve d’une contamination par matières fécales) ; et des coliformes totaux (un groupe bactérien utilisé comme indicateur de la qualité microbienne de l’eau parce qu’il contient notamment des bactéries d’origine fécale).

Si l’étude est récente, M. Bou Chahine estime que la pollution, elle, dure depuis longtemps.

Des traces de métaux lourds ont également été décelées dans l’eau de ces régions, ainsi qu’une bactérie spécifique du milieu hospitalier qui a été retrouvée dans l’eau distribuée dans des établissements scolaires… Il évoque également pour L’OLJ la pollution d’origine agricole et ses conséquences : des tests effectués sur 167 habitants de cette région qui s’alimentent à partir de terrains contaminés ont montré des traces de nitrate dans l’urine. Ce diagnostic est inquiétant sans nul doute, mais il n’est pas unique dans le pays. L’état de vétusté d’une grande partie de l’infrastructure explique une telle infiltration des eaux usées dans les canalisations d’eau potable. De telles études donnent cependant des indications précises sur le taux de pollution auxquels sont exposés les citoyens. Reste à savoir sur quelles mesures elles déboucheront…


Pour mémoire

Beaucoup de confusion autour de l’affaire Mimosa

Usines polluantes le long du Litani : la justice se met en branle

Les eaux du Berdawni deviennent noires, des responsables s’insurgent

Les eaux du Berdawné teintées de rouge


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Stes David

L'eau c'est une grande richesse du Liban en géneral et aussi certainement de la plaine du Békaa spécifiquement. L'étude était à "la demande de l’Office national du Litani", le Litani d'après mon souvenir un petit ruisseau ce n'est pas un fleuve ou une rivière énorme, éspèrons qu'on trouve des solutions pour protèger ce ruisseau et la qualité de l'eau. Il faut aussi dire qu'en Europe aussi malheureusement beaucoup de rivières sont polluées et il semble que souvent on pense d'abord à l'économie et seulement après à la qualité de l'environment.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MALEDICTIONS, OEUVRES DE NOS ABRUTIS IGNORANTS, CORROMPUS ET INCOMPETENTS FRAPPENT LES LIBANAIS DANS TOUT ET PARTOUT. JUSQU,A QUAND LE BAUDET SE VERRA BOUSCULE SANS DONNER UN BON ET GRAND COUP DE PIED ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants