X

À La Une

Après le Qatar, l'Arabie saoudite veut soutenir le Liban "par tous les moyens"

Economie

"Nous avons intérêt à la stabilité du Liban", a déclaré le ministre saoudien des Finances, Mohammad al-Jadaan.

OLJ
22/01/2019

Le ministre saoudien des Finances, Mohammad al-Jadaan, a assuré mardi que Riyad allait soutenir le Liban "par tous les moyens", deux jours après que le Qatar, avec qui le royaume est en froid depuis juin 2017, a déclaré son intention d’acheter de la dette libanaise alors que la situation financière du pays fait l'objet de spéculations.

"Nous avons intérêt à la stabilité du Liban et nous le soutiendrons par tous les moyens", a déclaré dans la journée M. Jadaan, présent à Davos en Suisse pour la réunion annuelle du Forum économique mondial, à la chaîne américaine CNBC en marge de la réunion. "Nous sommes également déterminés à faire en sorte que nous jouions notre rôle de catalyseur de stabilité dans la région", a-t-il ajouté.

Le ministre saoudien était présent lors du sommet économique arabe qui s’est tenu à Beyrouth entre le 18 et le 20 janvier et à l’issue duquel le Qatar, avec qui le royaume est en froid depuis juin 2017, a déclaré son intention d'investir un demi-milliard de dollars dans la dette du Liban.

Lundi soir, Moody’s, l'une des trois principales agences de notation américaines avec Fitch et Standard & Poor’s, a annoncé sa décision de dégrader la note souveraine du Liban, de "B3" à "Caa1", tout en révisant la perspective du pays de "négative" à "stable". Un déclassement qui fait passer les obligations du pays de la catégorie des titres considérés comme hautement spéculatifs à ceux de mauvaise qualité. L’agence a justifié sa décision en invoquant un "risque accru" que le pays soit contraint de procéder à un rééchelonnement de sa dette publique ou toute autre opération de "gestion du passif", ce qu’elle assimile à un défaut de paiement. L'agence a ajouté que le retard dans la formation du gouvernement augmentait la pression sur la situation financière du Liban.

En réaction à la décision de Moody’s, le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil, a assuré mardi que la situation financière et monétaire du pays est "stable". "Les besoins du Trésor sont assurés", a-t-il notamment affirmé sur son compte Twitter, ajoutant que le pays était "capable d'honorer tous ses engagements" financiers. Le ministre a enfin déclaré que l’annonce faite lundi par le Qatar, qui a indiqué son intention d’investir 500 millions de dollars dans des obligations émises par le gouvernement libanais, allait "renforcer la confiance" dans le pays.


Lire aussi

Sommet économique arabe : deux annonces et un cafouillage

Sommet arabe : l’Iran défend « sa » Syrie face à l’Arabie

Sommet arabe : pour Bassil, l’émir du Qatar a permis de « lever l’embargo »

Des centaines de manifestants à Beyrouth contre l'effondrement économique et la corruption


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

Bon le Qatar c’est fait , l’Arabie c’est pour bientôt....le problème crucial c’est : où va l’argent après ??

LIBAN D'ABORD

Tiens c'est bien le ministre des finances qui represente l'Arabie Seoudite a Davos pas leur ministre des affaires etrangeres

Mais le Liban est plus competent surtout pour mendier de l'argent aux autres pays

Merci quand meme au Qatar qui fait que l'Arabie Seoudite mettra aussi ses mains dans sa poche pour ne pas faire moins que le demi frere d'ou

MERCI AUSSI A L'ARABIE SEOUDITE

QUI VA SUIVRE POUR NE PAS ETRE EN RESTE?
AU SUIVANT...………….

Gebran Eid

LE RÉSULTAT DE L'ENQUÊTE INTERNE DU DÉCOUPAGE DU JOURNALISTE KHASHOGGI EST FINI: "KABADNA ALA AL MAKTOUL, WA FALLA AL KATEL". JE TRADUIT: ON A ATRAPÉ UN MORT, UNE VICTIME, MAIS L'ASSASSIN A PRIS LA FUITE.

AIGLEPERçANT

Eh bien mr le ministre bensaoud le Liban n'est pas à vendre.

Trop tard la place est prise, circulez y a rien à voir ! Ouste.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants