X

Économie

Moody’s déclasse les obligations du Liban

Finance

L’agence de notation financière sanctionne le retard dans la formation du gouvernement et le lancement des réformes que le Liban s’est engagé à mettre en oeuvre lors de la CEDRE.

P.H.B. | OLJ
22/01/2019

Moody’s, l'une des trois principales agences de notation américaines, avec Fitch et Standard & Poor’s (S&P), a annoncé dans un communiqué publié tard lundi soir, sa décision de déclasser la note souveraine du Liban, de « B3 » à « Caa1 », tout en révisant la perspective du pays de « négative » à « stable ». Les obligations d’Etat libanaise changent ainsi de catégorie, passant de celle regroupant les titres considérés comme hautement spéculatifs à celle comprenant les titres considérés comme de mauvaise qualité.

L’agence a justifié, dans un communiqué, sa décision en soulignant qu'il existe un « risque accru » que le gouvernement soit contraint de procéder à un rééchelonnement de la dette publique du pays ou toute autre opération de « gestion du passif, ce qui correspondrait à un défaut de paiement selon la définition de Moody’s ». L'agence ajoute que le retard dans la formation du gouvernement augmente la pression sur la situation financière du Liban.

Moody’s souligne cependant qu’un éventuel défaut pourrait être évité si un nouveau gouvernement était formé et prenait rapidement les mesures d’assainissement fiscal que le précédent exécutif s’est engagé à mettre en oeuvre lors de la conférence de Paris, dite CEDRE, en avril dernier. Des réformes auxquelles est notamment conditionné le déblocage de plus de 11 milliards de dollars d’aides en prêts et dons mis sur la table par les soutiens du pays.


Timing surprenant

Or la formation du gouvernement est bloquée depuis les législatives de mai dernier, tandis que le déficit public a explosé en 2018 (+124 % à fin septembre, pour 4,5 milliards de dollars). La dette publique a, elle, atteint 83,6 milliards de dollars à fin novembre (+5,2 %), selon le ministère des Finances, tandis que le ratio dette/PIB du pays, un des plus élevé du monde est attendu à 154,6 % par la Banque mondiale.

La décision de Moody’s survient environ un mois après la dernière révision de l’évaluation du pays effectuée par l’agence, qui avait décidé de maintenir le « B3 » du Liban, mais de dégrader sa perspective de « stable » à « négative ». Fitch lui avait alors emboîté le pas (« B- », « négative »), tandis que S&P maintient la même notation depuis 2016 (« B- »avec perspective « stable »).

Si la situation financière du Liban, et donc la valeur et les rendements de ses obligations en devises, sont sous pression depuis de longs mois, la situation s’est compliquée après la publication d’un article du quotidien al-Akhbar le 10 janvier qui, dans lequel le ministre sortant des Finances Ali Hassan Khalil, évoquait la possibilité d’une imminente restructuration de la dette du pays. Le ministre, ainsi que plusieurs responsables dont le président de la République, étaient ensuite montés au créneau pour écarter ce scénario. Mais les prix des eurobonds - titres de dettes en dollars - s’étaient effondrés, avant de progressivement regagner du terrain.

Le timing de la décision de Moody’s de dégrader la note du Liban, quelques heures seulement après l’annonce faite par le Qatar de son intention d’acheter pour 500 millions de dollars de titres de dette en devises émis par le gouvernement libanais, peut surprendre, même si le riche émirat gazier n’a pas encore communiqué de calendrier. Par ailleurs, plus tôt dans la journée, Fitch avait de son côté décidé de maintenir à « B- » les notations financières de Bank Audi et Byblos Bank, tout en dégradant leur perspective de « stable » à « négative » sur les dépôts à long terme, une révision répercutant sur le système bancaire libanais la mise à jour de son évaluation en décembre.

La prochaine série d’eurobonds arrivant à maturité - et totalisant également un demi-milliard de dollars - est prévue pour avril.


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MAKE LEBANON GREAT AGAIN

Quand on joue avec le feu on se brule

Les agences attendaient les resultats de la reunion economique de la ligue Arabe apres les declarations puis les negations du Sieur perpetual des finances sur la dette Libanaise
Vu le fiasco evident de celle ci et l'abscence de gouvernement qui fait que probablement CEDRE NE SE FERA PAS DANS LES MEMES CONDITIONS qu'il y a presque un an
personne n'est surprise de cette degradation des notes

Pour ceux qui ne comprenne pas tres bien le resultat il faut leur dire que le vrai probleme est que des societies d'Etats ou prives ne peuvent pas acheter des bons en C de par leur lois internes cad vous privez une masse enorme d'entites d'acheter ses bons meme si elles le voudraient
C'est la ou le bas blaisse

MIROIR ET ALOUETTE

On devrait prononcer le nom de cette agence en français svp . Avec plein de OOOOOOO.... lol...

Tina Chamoun

Une agence qui porte bien son nom. Lol

Marionet

Si seulement le (l'ex/futur?) ministre des Finances évitait de dire une chose et son contraire, ça serait déjà faire preuve de patriotisme en évitant les comptes d'apothicaires pseudo-confessionnels.

Bustros Mitri

On peut raconter ce que l' on veut sur la place locale, mais pas à des agences de notation internationales...
Le prix du(es) clivage(s)qui minent le pays...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MALHEUREUSEMENT SUR LA VOIE DE LA GRECE... ET LES DIFFERENCES INTESTINES DE NOS ABRUTIS, IGNORANTS ET INCOMPETENTS QUI DETRUISENT LE PAYS CONTINUENT...

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les messages internes de Nasrallah et leurs différentes interprétations

Pause verte de Suzanne BAAKLINI

Déchets : de l’urgence de sortir de l’improvisation et d’instaurer un vrai débat

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants