X

À La Une

Des dizaines de milliers de "gilets jaunes" encore dans la rue, malgré le "grand débat"

France

"Grand débat l'arnaque", accuse une pancarte. "C'est de l'enfumage, les dirigeants ont surtout peur de perdre leurs places en or", estime un manifestant.

OLJ/AFP
19/01/2019

Des dizaines de milliers de "gilets jaunes" manifestent pour le dixième samedi consécutif à travers la France, dans la crainte renouvelée de violences et malgré le lancement par le président Emmanuel Macron du "grand débat" qui peine à apaiser cette fronde populaire vieille de plus de deux mois.

27.000 personnes défilaient à travers la France en début d'après-midi, selon des chiffres officiels encore temporaires et régulièrement contestés par les manifestants. A la même heure samedi dernier, ils avaient été 32.000.

"Macron démission !", pouvait-on entendre dans un cortège de plusieurs milliers de manifestants qui défilaient à Paris. "Grand débat l'arnaque", accuse une pancarte de tête. "C'est de l'enfumage, les dirigeants ont surtout peur de perdre leurs places en or", estime auprès de l'AFP Bernard Saidani, 66 ans. "On divorce d'avec nos élites", résume Michel, 53 ans. "On ne se remet pas avec son ex", ajoute-t-il pour expliquer pourquoi il ne participe pas au "débat national".

Manifester ou débattre: le nombre des participants aux défilés de samedi sera un marqueur de l'efficacité du "Grand débat national" (GDN) lancé par le président Macron afin de juguler la crise sociale, la pire depuis son élection en 2017.

"Une mobilisation au moins égale à la semaine dernière est attendue", a indiqué une source policière à l'AFP. Le 12 janvier, plus de 80.000 personnes avaient été recensées par les autorités, contre 50.000 une semaine auparavant, douchant les espoirs du gouvernement qui misait sur une confirmation de l'essoufflement du mouvement observé lors des fêtes de fin d'année.

Quelques centaines de milliers de "gilets jaunes" avaient manifesté les samedis de novembre et décembre, réclamant en particulier un allégement de la fiscalité et l'établissement d'un référendum d'initiative citoyenne. Des concessions du gouvernement visant à accroître le pouvoir d'achat des plus modestes, d'un coût de 10 milliards d'euros, n'avaient pas suffi à calmer la tempête.

Samedi en fin d'après-midi, des tensions apparaissaient comme traditionnellement, avec des jets de gaz lacrymogène à Paris, où 7.000 "gilets" ont défilé selon les autorités, à Toulouse (sud-ouest, 5.000 manifestants) et Rennes (nord-ouest, 2.000). Mais ces heurts n'avaient aucune commune mesure avec les scènes d'émeutes urbaines qui ont pu marquer d'autres samedis. Les vidéos des violences ont fait le tour du monde, écornant l'image de la France, première destination touristique mondiale. Comme samedi dernier, environ 80.000 policiers et gendarmes sont mobilisés en France.

A Paris, certains manifestants arboraient une rose en hommage aux victimes depuis le début du mouvement le 17 novembre. Dix personnes sont mortes, pour la plupart lors d'accidents à des barrages, et plus de 2.000 ont été blessées (du côté des manifestants ou des forces de l'ordre). Une vive polémique s'intensifie sur l'usage du lanceur de balles de défense (LBD) par les forces de l'ordre, que la France est un des rares pays européens à utiliser, et sur les blessures graves subies par de nombreux manifestants. "On n'arrête pas l'histoire avec des flashball", pouvait-on lire sur une pancarte des manifestants.


(Lire aussi : De Carlos Ghosn aux gilets jaunes : la responsabilité en question)


"Le grand bluff"
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a encore défendu vendredi l'usage du LBD, sans qui, selon lui, les forces de l'ordre n'auraient plus d'autre option que le "contact physique".

Parallèlement, le président Emmanuel Macron poursuit sa tournée à travers la France avec des débats marathons réunissant des centaines de maires, dans le cadre du GDN. "Je vous mets en garde, monsieur le président: il ne faudra pas que ce débat devienne le grand bluff !", a averti un maire.

Outre les discussions avec les élus, le GDN mis en place à travers la France se traduit par l'organisation de discussions entre citoyens sur les thèmes du pouvoir d'achat, de la fiscalité, de la démocratie et de l'environnement.

Le président promet d'entendre les doléances exprimées lors des débats mais nombre de "gilets jaunes" voient dans le GDN le moyen d'enterrer leurs revendications. "Il (Emmanuel Macron) parle, mais n'écoute pas", assurait Laeticia, manifestante en Bretagne (ouest). "Il faut baisser les taxes et mettre fin aux avantages des parlementaires (...) Pour nous, le combat continue", promettait-elle.


Lire aussi

Macron poursuit le "grand débat" avec des maires qui lui demandent du concret

Lettre d'Emmanuel Macron aux Français : les principaux points

Macron s'engage à ce que le grand débat national soit suivi d'effets

Pas d’effet gilets jaunes pour la gauche radicale

Macron exhorte les Français à l'"unité" et à "faire mieux" en 2019

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

A voir les longues prises de parole de Macron lors du lancement du grand débat national, l’habitude de Fidel Castro et d’Hugo Chavez de prononcer des discours pendant plusieurs heures était régulièrement à l’époque le sujet de plaisanteries.

Les deux interventions de Macron à l’occasion du lancement cette semaine du grand débat national, j'attire l’attention sur la longueur de ses discours.

Ces derniers jours, Macron est intervenu pendant sept heures sans pause dans le cadre des débats nationaux organisés par le pouvoir pour résoudre la situation de crise dans le pays. Et ils se moquaient de Castro et Chavez».

Le grand débat national a été lancé ce mardi par Macron qui a tenu près de sept heures d’échanges avec 653 maires normands dans l’Eure. Ces débats se sont poursuivis vendredi dans le Lot où le Président a parlé plus de six heures devant 600 autres maires.

Selon un sondage Opinion Way pour LCI réalisé juste après l’intervention d’Emmanuel Macron devant les maires de Normandie, les Français ne sont pas convaincus que le grand débat répondra à leurs préoccupations. Ainsi 70% des sondés répondent «non» à la question «Pensez-vous que le grand débat national permettra de répondre à vos préoccupations» contre 29% qui répondent «oui» (et 1% ne se prononce pas).

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ABRUTISSEMENT S,ETEND DE PAR LE MONDE. PLUS DE LOGIQUE HELAS !

Chucri Abboud

Cette Europe , avec le Brexit, les Gilets Jaunes , les migrants , avec ce libéralisme imposé épousant paradoxalement le totalitarisme , croule sous les probñèmes de toutes sortes ! C'est le printemps arabe qui dévie pour envahir la France , et après elle , toute l'Europe ! Tel est pris qui croyait prendre !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Quand la lutte contre la corruption fait des dégâts collatéraux...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.