Liban

Les petites phrases de David Hale et la formation du gouvernement

Décryptage
18/01/2019

C’est vrai que le Liban officiel est désormais plongé dans les préparatifs et le déroulement du sommet arabe économique pour le développement dont les réunions préliminaires commencent aujourd’hui, mais le dossier de la formation du gouvernement n’est pas pour autant oublié. Il est simplement mis de côté, le temps d’en finir avec cette actualité pressante. À partir de la semaine prochaine, il devrait donc revenir en tête de l’actualité.

La question qui se posera alors est la suivante : faut-il relancer les efforts pour la formation du gouvernement ou se contenter de relancer le gouvernement démissionnaire pour notamment présenter au Parlement un projet de budget et traiter d’autres dossiers économiques et sociaux pressants ?

Cette suggestion avait été faite il y a quelques semaines par le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, et elle avait suscité à ce moment-là un tollé de la part de nombreuses parties politiques, sous prétexte qu’elle équivaudrait à éliminer les possibilités de formation d’un nouveau gouvernement.

Aujourd’hui, l’idée revient sur le tapis, véhiculée cette fois-ci par le secrétaire d’État américain adjoint pour les affaires politiques. On se souvient en effet du communiqué lu par David Hale à l’issue de sa rencontre avec le Premier ministre désigné Saad Hariri, lorsqu’il a conseillé aux autorités de prendre au plus vite des mesures économiques nécessaires, même si cela doit se faire dans le cadre du gouvernement chargé d’expédier les affaires courantes. Cette phrase a été perçue comme un encouragement direct américain à renflouer le gouvernement démissionnaire. De plus, la phrase suivante lue par David Hale explique la première, lorsqu’il a affirmé que la formation du gouvernement concerne les Libanais, et eux seuls. Par contre, a déclaré M. Hale, la nature et la composition du gouvernement intéressent tous les pays qui vont traiter avec lui.

À travers ces deux phrases, l’émissaire américain a révélé en quelque sorte le maillon secret qui bloque la formation du gouvernement. Peut-être qu’au début, les entraves étaient purement internes et relatives au poids de chaque partie participant au gouvernement. Mais désormais, avec les deux phrases de David Hale, la situation est devenue plus claire, et il semble évident qu’une partie des entraves à la formation du gouvernement vient de l’étranger, notamment du refus des Américains et de leurs alliés de permettre au Hezbollah d’obtenir des portefeuilles importants et d’augmenter son influence sur l’exécutif. On revient ainsi à l’équation de départ, entre une partie qui souhaite un gouvernement dans lequel les rapports de force politiques sont sensiblement similaires à ceux qui régissent l’actuel cabinet, et une autre qui souhaite la formation d’un gouvernement qui reflète les résultats des élections législatives.


(Lire aussi : Pour Michel Sleiman, la visite de Hale souligne l’importance de la politique de distanciation par rapport aux conflits régionaux)


Le conseil que David Hale a adressé aux dirigeants libanais en suggérant la relance de l’activité du gouvernement démissionnaire semble confirmer cette interprétation. En proposant de laisser le gouvernement démissionnaire prendre des mesures économiques urgentes, l’émissaire américain laisse entendre que l’administration de son pays préfère dynamiser l’action de l’actuel gouvernement plutôt que de laisser les autorités concernées former un gouvernement dans lequel le Hezbollah et ses alliés ont la majorité en plus de portefeuilles importants.

S’il faut donc tenir compte de la déclaration de David Hale, on peut aisément penser que la formation du gouvernement est reportée. L’administration américaine utiliserait ainsi son influence sur certaines parties libanaises pour empêcher le Hezbollah et ses alliés de former un gouvernement qui leur donne le poids qu’ils ont acquis à travers les élections législatives. Le Hezbollah et ses alliés, à travers notamment les députés sunnites de la Rencontre consultative, ont, par ailleurs, les moyens d’entraver la formation d’un gouvernement qui ne respecte pas leurs exigences.

Face à ces positions inconciliables, les accusations lancées contre le chef du CPL d’entraver la formation du gouvernement en exigeant le tiers de blocage sont essentiellement destinées à jeter de la poudre aux yeux, tout en réglant de vieux comptes internes et en détournant l’attention générale du véritable problème.

Il a donc fallu attendre près de neuf mois après la désignation de Saad Hariri (le 24 mai 2018) à la tête du gouvernement en gestation pour que les positions se clarifient et pour que les véritables obstacles apparaissent au grand jour.

Mais si, aujourd’hui, le diagnostic peut être précis, cela signifie-t-il que le problème est insoluble et que le Liban devra probablement rester sans nouveau gouvernement pour une durée indéterminée ? La déclaration du directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, hier, après sa rencontre avec le président de la Chambre, dans laquelle il affirme qu’il n’a plus rien à voir avec le dossier gouvernemental, semble confirmer cette possibilité. Mais les milieux proches de la présidence de la République affirment que le chef de l’État compte proposer une nouvelle initiative pour relancer le processus de formation du gouvernement dès la semaine prochaine, après en avoir fini avec le sommet arabe économique pour le développement. Hier, il a invité les Libanais à ne pas se laisser aller à la peur, affirmant qu’il continuera à lutter pour le sauvetage du pays.


Lire aussi

La mésentente entre Bassil et l’axe irano-syrien s’amplifie

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Amère Ri(s)que et péril.

Une grande découverte en sorte , les yankys se mêlent de nos affaires !

Mais ça a toujours été le cas depuis l'indépendance et depuis 1948 tout court .

qui par le passé s'en était plaint , qui ? ohhhh personne ne répond , les conséquences sur notre pays n'allant qu'en se dégradant avec l'implantation des palestiniens , la guerre civile et l'occupation du pays par leur enfant gâté , c'était tout bénef pour nous , tiens on a pris ça dans la gueule pendant tout ce temps , et c'était la bienvenue .

david hale nous remet ça et trouve la proposition de geagix assez relevante , parce qu'entre 2 maux choisissons le moindre , une résistance en périphérie vaut mieux qu'une au centre .

Dites nous les yankys , c'est quand que vous allez reconnaître votre défaite ?

Mauvais joueurs va ! et

POLTRONS EN PLUS .

Tina Chamoun

Les petites phrases Halemporte pièce ne font pas les grands discours!

gaby sioufi

verite de la palice que de sous-entendre que le mechant yankee se mele de ce qui ne le regarde pas.
WOW, quel mechant loup.arrogant au possible.

une autre verite de la palice- celle-ci omise bien entendu- est que le yankee n'a pas de representants ""per se " au Liban, d'ou le besoin pour un officiel yankee de dire lui-meme les choses.
Contrairement aux autres intervenants regionaux qui eux en ont treize a la douzaine.

Aref El Yafi

Très bien dit ! Les présidents Aoun et Hariri devraient former un gouvernement composé d’officiers intègres et incorruptibles de l’armée to drain the swamp.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN ARTICLE TRES OBJECTIF DE LA TRES CHERE MADAME SCARLETT HADDAD. CE QUI DOIT ETRE DIT EST DIT. LA FORMATION DU GOUVERNEMENT D,INTERNE EST DEVENUE SUJETTE A DES INTERVENTIONS MULTIPLES SYRIENNE, IRANIENNE, SAOUDITE ET AMERICAINE... IL FALLAIT SEULEMENT, CHERE MADAME, NOMMER TOUTES LES INTERVENTIONS !

Bery tus

Wow par ces 2 phrases ... vous avez décrypter que les usa suivent le Hakim et non le contraire ,est ce que Hale a rencontrer le Hakim?
Par ces 2 phrases vous avez aussi déduis que le blocage vient de l’ouest et non de l est où même du centre sans même mention que le président lui même en a fait allusion !!

Wow c est fort j aimerai pouvoir être comme vous

LA VERITE

Hier, il a invité les Libanais à ne pas se laisser aller à la peur, affirmant qu’il continuera à lutter pour le sauvetage du pays.

Ce n'est pas de peur que les Libanais ont: c'est de pouvoir manger a leur faim et nourrir leurs enfants de trouver un travail avoir de l'electricite de l'eau et ne pas avoir des dechets dans la rue

Le President a un gendre formidable qui reve de devenir President apres lui au lieu des personnes qui devraient etre normalement en lice MM GEAGEA ET FRANGIE


Le President ne peut pas lutter contre ceux qui sabotent son regime car c'est leur allie dans la realite car c'est eux qui l'on fait President apres le moi ou personne. Donc peut etre un ministere des affaires courante jusqua la fin du mandat de M Aoun meme si les mechantes langues diront que c'est les Etats Unis qui l'impose comme toujours

Esperons que le gendre ne dira pas la meme chose ( moi ou personne ) quand cela arrivera

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants