X

Liban

Le sommet économique arabe face à un « sérieux risque » de dérapage dans la rue ?

Affaire Moussa Sadr

« Tout est possible », se contentent de souligner les milieux de Nabih Berry, sans exclure un possible boycottage de l’événement.

Yara ABI AKL | OLJ
12/01/2019

Le conflit déclenché par les milieux du président de la Chambre Nabih Berry, articulé autour de l’invitation de la Libye au sommet économique arabe prévu en principe les 19 et 20 janvier à Beyrouth, semble courir le risque de dégénérer en dérapage dans la rue, même si les préparatifs de l’événement se poursuivent.

Et pour cause : à l’heure où les proches du chef du législatif continuent d’exprimer un veto catégorique quant à la tenue de ce meeting organisé par la Ligue arabe, avec la participation d’une délégation libyenne (sur fond de l’affaire de la disparition en 1978 de l’imam Moussa Sadr, fondateur du mouvement Amal actuellement dirigé par M. Berry), le Conseil supérieur chiite s’est invité dans la polémique, prenant naturellement fait et cause pour M. Berry et mettant en garde contre « les réactions populaires qui pourraient découler de l’invitation d’une délégation libyenne à Beyrouth ». Une allusion à un possible étalage de force dans la rue.

« Nous condamnons l’invitation des autorités libyennes à participer au sommet économique, alors qu’il était demandé à l’État libanais d’utiliser tous les moyens de pression possibles sur la Libye afin de découvrir ce qui est arrivé à l’imam Moussa Sadr et à ses frères », a indiqué le Conseil dans un communiqué, publié à l’issue d’une réunion urgente vendredi, mettant en garde contre « les réactions populaires qui pourraient en découler ». Soulignant qu’il s’agit d’une « question de principe », le Conseil a déploré le fait que les autorités libyennes ne remplissent pas leur devoir concernant cette affaire.

Contacté par L’Orient-Le Jour, un observateur politique qualifie le risque de recourir à la rue de « sérieux ». « D’autant que c’est une autorité religieuse qui a évoqué cette possibilité », note-t-il, tout en confiant que les limites de cette escalade sont encore difficiles à identifier.

Cette éventualité, les milieux proches de Aïn el-Tiné, ne semblent aucunement l’exclure, sans pour autant la confirmer. « Tout est possible », se contente de lancer un proche de Nabih Berry contacté par L’OLJ. « Nous refusons toute présence de la Libye à un événement qui se tient au Liban, à l’heure où le flou continue d’entourer l’affaire de l’imam Sadr », déclare-t-il sans détour, insistant lui aussi sur le fait qu’il s’agit d’une position de principe. « D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que le mouvement Amal affiche une telle prise de position », souligne-t-il, assurant que le président de la Chambre, tout comme le parti qu’il dirige, ne fait que plaider pour que le sort de l’imam Sadr soit dévoilé une fois pour toutes. « C’est sur la base de cette logique que nous nous opposons à la participation de la Libye au sommet arabe », précise le proche du chef du législatif.


(Lire aussi : Galerie de fantômes, l'édito de Issa GORAIEB)


À la question de savoir si le leader du mouvement Amal finira par boycotter le sommet de Beyrouth, il se contente de répondre : « Chaque chose en son temps. »

Sauf que de nombreux observateurs rappellent qu’en 2002, la participation de la Libye au 14e sommet de la Ligue arabe à Beyrouth avait déjà fait polémique. Le leader libyen Mouammar Kadhafi avait refusé la tenue de cet événement à Beyrouth en raison de prises de position hostiles des milieux chiites libanais. Kadhafi avait enfin levé son veto, contre l’assurance que l’affaire Moussa Sadr ne sera pas évoquée lors du sommet, mais avait toutefois refusé d’y assister en personne. Il y avait été représenté par son ministre des Affaires étrangères, Ali Abdel Salam Triki.

Interrogé à ce sujet, la personnalité proche de M. Berry a refusé de répondre clairement à une question portant sur d’éventuelles pressions extérieures sur le mouvement Amal et son chef. « Mais, en 2002, les Syriens auraient peut-être exercé un forcing dans le sens de la tenue du sommet arabe de Beyrouth en présence d’une délégation libyenne », reconnaît-il.

D’ailleurs, la présence de la Libye au sommet de Beyrouth (2002) était au centre d’un communiqué publié hier par le comité chargé de l’organisation du meeting prévu la semaine prochaine. « M. Berry avait informé les membres de la commission de la Ligue (arabe) de son approbation de l’invitation de la Libye au sommet, tant que cette invitation passait par les canaux diplomatiques concernés », souligne le texte, qui ajoute : « Cela a été fait via le représentant de la Libye au sein de la Ligue arabe », précise le texte. La Ligue rappelle par ailleurs qu’« une délégation libyenne de haut niveau avait participé au sommet arabe à Beyrouth, en 2002 ».

Sur un autre plan, le communiqué de la commission rappelle que les préparatifs ont été lancés en août dernier. « Le président du haut comité chargé de l’organisation du sommet, Antoine Choucair, et le président du comité exécutif, Nabil Chedid, se sont entretenus avec le président de la Chambre Nabih Berry et le Premier ministre Saad Hariri, ainsi qu’avec les ministres concernés. L’occasion de passer en revue les préparatifs en cours, les pays qui participeront à l’événement, les sujets qui pourraient être inclus à l’ordre du jour, ainsi que le budget approximatif nécessaire pour la tenue du sommet », souligne le communiqué. Et d’ajouter : « Tout le monde a avalisé ces points. Et les décrets relatifs au sommet ont été promulgués par la suite. »

Des affirmations auxquelles le pensionnaire de Aïn el-Tiné n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué publié hier, le bureau de presse de M. Berry a affirmé que « ces informations sont dénuées de tout fondement », exprimant son « vif étonnement » devant ces allégations fabriquées de toutes pièces.

À en croire le texte, le ministre sortant des Finances Ali Hassan Khalil (bras droit de Nabih Berry) s’est entretenu avec le président de la République, sur recommandations du chef du législatif, « pour dénoncer l’invitation adressée aux autorités libyennes » au sommet de Beyrouth.


(Lire aussi : L’échange acerbe entre Jreissati et Bazzi se poursuit sur fond de l’affaire Kadhafi)


Bassil : Gare aux surenchères

Cette polémique est en tout cas venue s’ajouter à la querelle portant sur l’invitation adressée à la Syrie, M. Berry ayant été jusqu’à plaider ouvertement pour un report du sommet en l’absence d’une délégation syrienne, en arguant de l’absence d’un gouvernement en bonne et due forme.

Réagissant à ce nouveau point de crispation, Gebran Bassil a implicitement accusé Nabih Berry de faire de la surenchère. En tournée à Zahlé, M. Bassil a déclaré : « Notre relation avec la Syrie est dans l’intérêt du Liban dans toutes ses composantes et ne peut faire l’objet de surenchères internes de la part de certaines personnes qui voudraient améliorer leurs rapports personnels avec la Syrie aux dépens du Liban. » Et d’ajouter : « Nous sommes parmi les premiers à réclamer le retour de la Syrie au sein de la Ligue, et nous ne suivrons pas ceux qui se rendent en Syrie uniquement quand cela leur convient. » M. Bassil a également souligné qu’il était « normal que le Liban réclame aujourd’hui le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe ».

Quoi qu’il en soit, le comité d’organisation du sommet a tranché ce litige en affirmant que « cette question est liée à une décision du Conseil de la Ligue des pays arabes, au niveau des ministres des Affaires étrangères, et qu’il ne s’agit pas d’une décision qui doit être prise par le Liban ».

Dans ce contexte de tensions, le secrétaire général adjoint de la Ligue, Houssam Zaki, a déclaré, à son arrivée à Beyrouth, accompagné d’une délégation pour assurer le suivi des dernières préparations logistiques, que l’événement « aura lieu à la date prévue ». « Les tensions politiques internes du Liban ne concernent pas la Ligue arabe », a-t-il ajouté.


Lire aussi

En 2002, le sommet arabe de Beyrouth suscitait déjà des polémiques

La polémique enfle autour d’Hannibal Kadhafi avec en arrière-plan le sommet arabe

Les enjeux politiques d’un report éventuel du sommet économique

Pas de cabinet avant le sommet économique arabe ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

On invite la Perse ( l'Iran ) ils ont l'alphabe arabe , ça va non ?

Le point

Il convient de rebaptiser l’événement:
"fossé" au lieu de "sommet"

Le point

Pour certains si le ciel tomberait sur les 10'452 km2 eux seront épargnés.

Wlek Sanferlou

A un certain moment on nous a convaincu que notre pays n'est pas une patrie mais plutôt un ramassis de tribus diverses qui ne se comprendrons jamais. Mais ils nous ont caché le fait que , vraiment, ce n'était pas des tribus dont on parle mais plutôt des groupes de maladies mentales dans un Asfourieh doté d'un drapeau.
Quel malheur!

AIGLEPERçANT

2 pays agressés par l'occident allié aux bensaouds wahabites :

la Lybie et la Syrie .

La Lybie est dans un chaos total , mais comme l'occident y a encore une main qui maintient ce chaos , "on" décidera que la Lybie est un pays "propre" auquel on ne touchera pas .

La Syrie , à cause de sa résistance qui a foutu cet occident malfaisant en dehors de ses affaires , "on" décidera que ce pays est malpropre et mérite tous les coups possibles , en accusant bien sûr les alliés de ce pays du héros Bashar de tous les maux .

TEL EST LE FONCTIONNEMENT DE LA DEMOCRATIE EN OCCIDENT , ET DES VALEURS QU'ELLE INOCULE AUX IGNORANTS ET AUX NULS .

Bery tus

A ne pas oublier que lors de la visite du samahat el sayyed Moussa Sadr en Libye la Syrie et la Libye avait signer un pacte de défense mutuel et étaient très proches !!!

LIBAN D'ABORD

Il est evident aujourdh'ui que HN et Mr Berry gouvernent le pays

Dire que les chretiens devaient regagner tout leur prestige avec l'accession de M Aoun a la presidence avec le slogan du Liban fort

Vive le Liban fort ou les Chretiens sont devenus des pions de l'Iran sans que personne ne s'offusque ou n'ose ouvrir la bouche et ou les sunnites sont relegues a se taire pour ne pas envenimer la situation d'avantage

A se rythme de silence se sera bientot malheureusement 1/3 chretien 1/3 sunnites 1/3 chiites

QU'ATTENDEZ VOUS POUR VOUS REVEILLER VOUS LES PREMIERS "RESPONSABLES" ? VOTRE SILENCE EST UNE TRAHISON DE VOTRE SERMENT DE PROTEGER LA CONSTITUTION ET LE LIBAN .

UN PEU DE COURAGE MEME SI VOUS AVEZ PEUR DE FINIR COMME LE REGRETTE Mr RAFIC HARIRI OU TANT D'AUTRES PERSONALITES DU MONDE CHRETIENS ,SUNNITES OU DRUZE LACHEMENT ASSASSINNES PAR LA VOLONTE DE VOUS SAVEZ QUI ET PAR A MAIN DE VOUS SAVEZ AUSSI QUI



Le Faucon Pèlerin

Les milieux proches de Nabih Berry : Nous nous opposons à la participation de la Libye au sommet arabe.
Le 14-Mars s'oppose à la participation de la Syrie au sommet arabe. Ils s'opposent à l'invitation de la Syrie responsable de l'assassinat du mufti Hassan Khaled, Kamal Joumblatt, Gébran Tueini, Samir Kassir, Rafic Hariri, Bassel Fleyhan, Pierre Gemayel Jr, Antoine Ghanem, Walid Eidou, Wissam Eid, Wissam Hassan, Mohamed Chatah, René Mouawad, Riad Taha, Salim Laouzi...

Irene Said

Donc, maintenant c'est Tonton Berry qui gère le Liban et décréte ce qui se fait ou pas ???

Et notre PHARE de Baabda, plus d'ampoules pour le faire briller ???
Irène Saïd

Tabet Karim

Fumiers et fumistes qui nous enfument......Blackmail et surenchère. Either our way or the highway. De plus, réunion ou pas, la Ligue arabe est un organisme qui a depuis longtemps prouvé son inefficacité et son inutilité. Ecouter ou voir des nullards blatérer pendant des jours à nos frais pour finalement pondre un communiqué sans odeur ou saveur, non merci.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE EXCUSE QUE L,AFFAIRE DE L,IMAM SADR. LES MEMES SONT DERRIERE TOUS LES BLOCAGES ET LA DESTRUCTION ECONOMIQUE, FINANCIERE ET EXISTENTIELLE DE CE PAUVRE PAYS !
L,ABERRATION DES ABERRANTS !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le compromis présidentiel et les dommages collatéraux

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants