X

À La Une

Le retrait américain de Syrie doit se faire en "assurant" la défense des alliés de Washington, affirme Bolton

conflit

En visite en Israël, le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison Blanche annonce que les États-Unis souhaitent que la Turquie garantisse la protection des Kurdes en Syrie, selon NBC News.


OLJ/AFP
07/01/2019

Le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton a affirmé dimanche à Jérusalem que le retrait américain de Syrie devait se faire de telle sorte que la défense d'Israël et "d'autres amis" de Washington dans la région soit "absolument assurée".

"Nous allons discuter de la décision du président Donald Trump sur le retrait, mais il faut faire cela (...) de telle sorte que l'Organisation de l'Etat islamique soit défaite (...) et que la défense d'Israël et d'autres amis dans la région soit absolument assurée", a affirmé M. Bolton au journalistes à l'occasion d'entretiens avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

M. Bolton a également souligné que le retrait militaire américain de Syrie annoncé le mois dernier par le président Trump tiendra également compte "de ceux qui ont combattu avec nous contre l'Organisation de l'Etat islamique et d'autres groupes terroristes". M. Bolton avait auparavant affirmé que des conditions devaient être réunies avant le retrait des troupes américaines de Syrie, telle que la sécurité de leurs alliés kurdes.

En visite en Israël depuis samedi, M. Bolton a annoncé devant les journalistes que les États-Unis souhaitaient que la Turquie garantisse la protection des Kurdes en Syrie, selon la chaîne de télévision américaine NBC News.

Ankara ne cache pas son intention de lancer une offensive contre eux pour éviter la formation, à ses portes, d'un embryon d'Etat kurde susceptible de raviver le séparatisme des Kurdes de Turquie.


(Lire aussi : Les armes chimiques restent une ligne rouge pour les USA, affirme Bolton)


"Souveraineté israélienne sur le Golan"

Jusqu'ici alliés de Washington dans la lutte contre les jihadistes, les combattants kurdes en Syrie craignent que le retrait américain ne les laisse démunis face à la Turquie.

Depuis son annonce, qui a ébranlé de nombreux alliés de Washington, Donald Trump a assuré que le retrait se ferait "sur un certain temps" et pas "du jour au lendemain", semblant avoir pris acte des appels à éviter un départ précipité.

M. Netanyahu s'est pour sa part engagé à poursuivre ses efforts pour empêcher l'Iran de s'implanter militairement en Syrie. Il a également appelé de nouveau les Etats-Unis a reconnaître l'annexion israélienne du plateau syrien du Golan conquis en 1967.

"Demain si le temps le permet nous allons monter sur le plateau du Golan (...) qui est extrêmement important pour notre sécurité, et je pense que lorsque vous y serez vous serez en mesure de comprendre parfaitement que nous ne quitterons jamais le plateau du Golan et pourquoi il est important que tous les pays reconnaissent la souveraineté israélienne sur le Golan" , a affirmé M. Netanyahu en s'adressant à M. Bolton.

L'annexion du Golan n'a jamais été reconnue par la communauté internationale y compris les Etats-Unis.

Israël a lancé des centaines de frappes aériennes en Syrie contre ce qu'il qualifie de cibles de l'armée iranienne et de livraisons d'armes perfectionnées au Hezbollah, soutenu par Téhéran.

"Notre position est claire", a déclaré dimanche M. Netanyahu. "Nous continuons à agir pour le moment contre le renforcement de l'armée iranienne en Syrie et contre quiconque saperait ou tenterait de menacer la sécurité d'Israël."


Lire aussi

Retrait américain de Syrie : vers un nouvel ordre régional ?

#Retro2018 Au Moyen-Orient, le tableau commence à devenir plus clair

Ce que disent les propos de Trump sur sa politique anti-iranienne

Les régions kurdes en Syrie : vers un possible morcellement?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Le rêve en couleurs de l'arc-en-ciel aide à faire planer les gouttelettes d'eau.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UN REVIREMENT DE 180 DEGRES ! LES AMERICAINS NE SE RETIRONT PAS AVANT D,ASSURER LA PROTECTION DES KURDES, LEURS ALLIES, ET CELLE PLUS IMPORTANTE POUR EUX D,ISRAEL. DES FLOUS. A L,AVENIR ON VERRA CERTES L,AUGMENTATION DES FORCES AMERICAINES ET NON LEUR DEPART...

VIRAGE CONTRÔLÉ

Ouais c'est c'la... partez donc !

Arrêtez de faire comme si vous étiez indispensable alors que la présence des américains a été des plus néfastes.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants