X

À La Une

Après les Émirats, Bahreïn pourrait rouvrir son ambassade à Damas

conflit

Ce pays du Golfe a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi la "poursuite" des travaux à son ambassade en Syrie, signifiant son intention de la rouvrir.

OLJ/AFP
28/12/2018

Après les Émirats arabes unis, qui ont rouvert jeudi leur ambassade à Damas, nouveau signe d'un possible réchauffement des relations entre les pays arabes et le pouvoir syrien de Bachar al-Assad, Bahreïn pourrait suivre.

Ce pays du Golfe, qui avait fermé sa mission diplomatique à Damas en mars 2012, a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi, quelques heures après l'annonce des Émirats arabes unis, la "poursuite" des travaux à son ambassade en Syrie, signifiant son intention de la rouvrir.

Bahreïn est "soucieux de poursuivre les relations" avec la Syrie et souhaite "renforcer le rôle arabe et le réactiver afin de préserver l'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie et prévenir le risque d'ingérence régionale dans ses affaires intérieures", a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué en arabe.


"Activer le rôle arabe"
L'initiative émiratie est intervenue au moment où les forces pro-gouvernementales syriennes, soutenues par les deux indéfectibles alliés, l'Iran et la Russie, contrôlent aujourd'hui près des deux-tiers du pays, multipliant les victoires face aux rebelles et aux jihadistes.

La Syrie avait été mis au ban du monde arabe dès la fin 2011, et des pays, notamment du Golfe, avaient rappelé leurs ambassadeurs, pour protester contre la répression menée par le pouvoir de Damas contre des manifestations pro-démocratie, avant de soutenir pour certains l'opposition en exil et les rebelles armés.

Jeudi, le drapeau des Émirats arabes unis a été hissé sur le bâtiment de l'ambassade, dans le quartier huppé d'Abou Roumaneh, lors d'une cérémonie à laquelle ont été conviés des diplomates en poste en Syrie, notamment arabes, a constaté un correspondant de l'AFP.

"L'ambassade des Émirats arabes unis à Damas a repris ses activités", a annoncé dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères émirati, précisant qu'un chargé d'affaires par intérim prenait ses fonctions à compter de jeudi.

"Un rôle arabe en Syrie est devenu encore plus nécessaire face à l'expansionnisme régional de l'Iran et de la Turquie", a justifié sur Twitter Anwar Gargash, ministre d'État aux Affaires étrangères des Émirats. "À travers leur présence à Damas, les Émirats cherchent à activer ce rôle" arabe, a-t-il souligné.

La réouverture de l'ambassade était évoquée depuis plusieurs semaines alors que des travaux de rénovation étaient menés dans le bâtiment.


(Lire aussi : En Syrie, Israël sait désormais qu’il ne peut compter que sur lui-même)



Normalisation arabe ?
C'est en février 2012 que les Émirats et les autres pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) avaient annoncé le retrait de leurs ambassadeurs de Syrie, dénonçant dans un communiqué commun le "massacre collectif" commis par le pouvoir syrien.

La répression des manifestations s'est rapidement transformée en un conflit complexe aux multiples acteurs, dont plusieurs puissances étrangères et groupes jihadistes, qui a fait plus de 360.000 morts.

La réouverture de l'ambassade des Émirats semble être un pas de plus vers une normalisation des relations entre la Syrie et les pays arabes, sept ans après le déclenchement de la guerre.

"La reprise des activités à l'ambassade, c'est une invitation pour la reprise des relations et la réouverture des autres ambassades arabes", a indiqué le chargé d'affaires émirati Abdel Hakim al-Naïmi.

Le 16 décembre, le président soudanais Omar el-Béchir avait effectué une visite surprise à Damas pour rencontrer Bachar el-Assad. Il s'agissait de la première visite d'un chef d'État arabe dans la capitale syrienne depuis 2011.

Le plus haut responsable des services de sécurité syriens, le général Ali Mamlouk, s'est rendu au Caire le 22 décembre pour s'entretenir avec son homologue égyptien, sa deuxième visite officielle depuis 2016 en Égypte, où siège la Ligue arabe.

Par ailleurs, il semblerait que la suspension de la Syrie à la Ligue arabe, décidée en novembre 2011, ne fasse plus l'unanimité. Mais le secrétaire général adjoint de cette organisation, Hossam Zaki, avait déclaré le 24 décembre qu'il n'y avait pas de "consensus" au sein de l'organisation pour un retour de la Syrie à la Ligue, qui doit tenir son sommet annuel fin mars à Tunis. "Cela n'écarte pas la possibilité d'un changement de la position arabe à l'avenir", avait toutefois ajouté M. Zaki, sans donner plus dé détails.


(Lire aussi : Retrait américain de Syrie : pourquoi et quelles conséquences ?)


Reconstruction en vue
Outre le front diplomatique, les autorités syriennes cherchent également à relancer les liens économiques avec les voisins régionaux. En octobre, le poste-frontière de Nassib, à la frontière avec la Jordanie, une plaque tournante du commerce régional, a été rouvert en grande pompe.

La compagnie aérienne privée syrienne Cham Wings a par ailleurs effectué jeudi un vol commercial avec la Tunisie, le premier depuis 2011. "Ce vol est une reprise des liens touristiques entre Damas et la Tunisie", a indiqué à l'AFP le directeur de la compagnie aérienne, Moataz Tarbin.

Et alors que les combats en Syrie ont baissé en intensité, la reconstruction se profile à l'horizon, dans un pays ravagé par des années de guerre, où des villes entières ne sont plus que champs de ruine. "L'Arabie saoudite a désormais accepté de dépenser l'argent nécessaire pour aider à reconstruire la Syrie, à la place des États-Unis", a annoncé lundi sur son compte Twitter le président américain Donald Trump.


Lire aussi

Rare visite du chef de la Sûreté syrienne en Égypte

Ankara travaillerait avec Assad en cas d’élection démocratique

Le Parlement arabe pour la réintégration de la Syrie au sein de la Ligue

Les Etats-Unis n'essaient pas de se "débarrasser d'Assad"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ON DIT QUOI ?

Comment se fait il qu'ils se bousculent tous ces bensaouds wahabites pour renouer avec le héros Bachar al Assad ?

NE voient ils pas que c'est le même homme et la même politique syrienne du héros qu'ils vont EMBRASSER.

À défaut d'avoir pu la briser.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUTE NORMALISATION ENTRE LES PAYS ARABES EST LA BIENVENUE... MAIS IL FALLAIT ATTENDRE LES REFORMES DEMOCRATIQUES PROMISES EN SYRIE, A MOINS QUE PAR CES DEMARCHES ON POUSSE DANS CE SENS !

Sarkis Serge Tateossian

Ce sont des mouvement diplomatiques intenses et positifs.

Les pays arabes doivent se renforcer en Syrie cela est tout a fait normal.
D'ailleurs un rapprochement global des pays divisés dans la régions y compris Arabie et Iran, pourrait être bénéfique à tous, au Liban aussi..

La Turquie a trop rêvé de ces divisions régionales pour s'y incruster durablement. Le rêve criminel ottoman est encore vivant dans les esprits des simplets.



Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants