X

À La Une

"Nous allons continuer à agir contre l'Iran en Syrie", affirme Netanyahu

Israël

Le Premier ministre israélien cherche à rassurer après l'annonce du retrait américain.

OLJ/AFP
23/12/2018

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a cherché dimanche à calmer les inquiétudes dans son pays après l'annonce du retrait des soldats américains de Syrie, affirmant que l'Etat hébreu continuerait de lutter contre une implantation de l'Iran.

Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi un retrait complet des troupes américaines de Syrie, estimant avoir atteint son objectif de "vaincre" le groupe Etat islamique (EI) dans ce pays. Pour Israël, la présence américaine sur le sol syrien constituait un rempart contre l'implantation iranienne et un contrepoids à l'influence russe. La Russie, l'Iran et le Hezbollah sont des alliés du régime de Bachar el-Assad dans la guerre qui déchire la Syrie.

"La décision de retirer les 2.000 soldats américains de Syrie ne changera pas la cohérence de notre politique", a affirmé dimanche le Premier ministre israélien, en ouverture du conseil des ministres. "Nous allons continuer à agir contre la tentative de l'Iran d'établir une présence militaire en Syrie et, si besoin, nous élargirons même nos actions là-bas", a-t-il ajouté.

Précisant vouloir "apaiser ceux qui sont inquiets", M. Netanyahu a en outre assuré que la coopération avec les Etats-Unis était "pleinement" maintenue. Selon des médias israéliens, M. Netanyahu pourrait d'ailleurs s'entretenir du dossier syrien avec le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo au Brésil en marge de l'intronisation du président Jair Bolsonaro le 1er janvier. Le bureau du Premier ministre n'a pas confirmé.


(Lire aussi : Retrait américain de Syrie : pourquoi et quelles conséquences ?)


"A plein régime"
Le chef d'état-major israélien, le général Gadi Eisenkot, a lui aussi tenté dimanche de minimiser l'impact de la décision américaine. "Notre coopération avec les Etats-Unis se poursuit à plein régime et dans divers domaines opérationnels, des renseignements, et d'autres domaines sécuritaires", a-t-il souligné. "Nous gérons seuls ce front (syrien) depuis des décennies", a ajouté le général Eisenkot.

La décision du président Trump de retirer les troupes américaines de Syrie -et de réduire la présence en Afghanistan- a mené à la démission du secrétaire à la Défense Jim Mattis, en désaccord avec cette nouvelle stratégie. L'émissaire des Etats-Unis pour la coalition internationale antijihadistes Brett McGurk a également présenté sa démission

Ce retrait américain prive les Américains d'influence dans la Syrie dévastée par la guerre et laisse notamment la milice kurde des YPG, alliée de Washington dans la lutte antijihadistes, sans soutien militaire alors que le président turc Recep Tayyip Erdogan menace de l'attaquer.

Israël a mené des dizaines de frappes en Syrie depuis le déclenchement de la guerre dans ce pays en 2011, contre des positions du Hezbollah et des intérêts iraniens mais aussi contre des convois d'armes destinés, selon l'Etat hébreu, parti chiite. Mais ces opérations israéliennes en Syrie sont plus compliquées depuis qu'un avion militaire russe a été abattu par erreur par la défense antiaérienne syrienne, après un raid israélien dans ce pays le 17 septembre.

La Russie a, depuis, annoncé de nouvelles mesures de sécurité visant à protéger son armée engagée en Syrie, dont le renforcement de la défense antiaérienne du régime, avec des batteries S-300 et le brouillage des communications d'avions se trouvant à proximité.


Pour mémoire

Israël va intensifier ses opérations contre l'Iran en Syrie

Retrait américain de Syrie: Israël étudie les retombées mais "saura se défendre", dit Netanyahu

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Depuis 1967 et juste après l'accession du premier Assad en Syrie, 15 ministres Israéliens se sont succédés au pouvoir en Israèl, 3 guerres majeures et des escarmouches ont été gagnées par Israèl et la politique du moyen orient s'est en grande partie axée autour de ce pays qu'est Israèl.
Entre temps les pays du moyen orient, arabes ou non, y compris l'Iran et la Turquie, ont vécus des guerres internes fratricides ou entre frères voisins. Des guerres qui ont finis par des miulliers et des millions de morts, une aggravation des fractures entre frèrots arabes à bases religieuses, sectaires et éthniques.
Les Israé;liens malgré leurs mésententes purement démocratiques ne cessent d'être unis et mieux armés que jamais...
Faut ils se nettoyer les monocles pour comprendre notre environnement ou tout juste garder le monocle même quand on se fourre la tête dans le sable?

AIGLEPERçANT

Nathanmachintruc sait mieux que personne au monde ce qui pourrait lui tomber sur la tête en cas d'erreur sur la résistance libanaise du hezb.

Donc il parle, radote ,déblatére toute sorte de menace facile .

La vérité il l'a connaît et comme tout POLTRONS qu'il est avec son armée de tsahhaal ( voyage) il n'osera jamais se frotter au hezb de la résistance libanaise.

AIGLEPERçANT

C'est bien ce que nous avions tjrs dit , il tente de calmer le front intérieur.

Mais jusqu'à quand?

Parce que ça sent une forte odeur de débandade proche.

Ce CRIMINEL dictateur devra passer devant un tribunal pour crimes contre l'humanité avant une sentence des plus lourdes.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TARTARIN DE TARASCON !

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants