X

La Dernière

Mayaline Hage avec Assafina et vers la lumière

Positive Lebanese
19/12/2018

Nous sommes tous différents. Chacun ses particularités et son caractère. Chacun ses qualités et ses défauts. Chacun ses forces et ses faiblesses. Et surtout, chacun son regard et les perspectives de ce regard. Et quand on pense aux mille façons de considérer le monde qui nous entoure, on en ressent comme un vertige. Mais un vertige salutaire, enivrant, enrichissant. Un vertige qui nous oblige à sortir de notre zone de confort, de notre chemin tout tracé, d’enlever nos lunettes parfois étriquées. Nous sommes tous prisonniers d’un système qui nous étouffe. Les choses semblent être toutes à leur place, alors qu’en réalité elles font de l’ombre à l’empathie, aux rêves, aux envies et aux besoins de transcender l’immobilisme. Autour de nous, c’est souvent familier. Mais parfois, c’est autrement. Juste autrement. D’autres hommes et femmes aux besoins différents pour qui chaque geste du quotidien ressemble à un défi majeur. Pour qui le monde autour n’est pas accessible, tranquille, lisse et évident. Des hommes et des femmes qui ont besoin d’un accompagnement journalier, d’une attention spécifique et surtout d’amour et de considération.

Assafina est une association qui accueille une cinquantaine d’adultes ayant des incapacités motrices et cognitives, dont 14 en internat. Fondé il y a une vingtaine d’années, ce centre offre aux bénéficiaires les soins dont ils ont besoin, mais aussi l’écoute et surtout l’accompagnement dans des activités diverses qui les font sortir de leur isolement.

Ayant suivi des études de psychologie clinique, c’est pourtant vers la musique que s’est d’abord tournée Mayaline Hage. Avec son groupe Lumi, la jeune femme enchaînait les répétitions et les concerts avant de faire un break et de rencontrer les jeunes d’Assafina. L’association avait alors besoin de restructuration et surtout d’une solide vision d’avenir. Accueillir chaque jour ces adultes dont les âges varient entre 27 et 60 ans ne suffisait plus. Il fallait aussi les aider à montrer leurs capacités, leurs dons, leurs talents et leur amour de la vie. Et c’est là, dans cette vieille maison libanaise qui leur sert de foyer, que commence à naître chez Mayaline Hage, alors directrice de l’association, l’idée de créer de vrais ateliers de travail.

C’est naturellement vers l’art que se tourne la jeune femme, puisque la créativité et la création sont sources de joie et de vie. Diverses activités sont mises en place avec l’aide plus ou moins ponctuelle d’artistes et de volontaires. Travaux manuels, jardinage, cuisine, méditation, théâtre et surtout un atelier de photographie géré par un jeune professionnel qui a su diriger les regards de ces hommes et ces femmes vers l’essentiel. L’expérience s’est avérée magnifique et en 2017, A Different Perspective, une exposition et un livre exceptionnels, est née de ces énergies individuelles prouvant qu’en chacun se cache une petite fenêtre artistique qui ne demande qu’à s’ouvrir et laisser entrer la lumière.

Et de la lumière, il y en avait beaucoup dans les yeux de ces photographes amateurs. Tellement qu’il n’était plus question de s’arrêter là. L’objectif de Mayaline Hage est clair : trouver les fonds nécessaires pour développer le centre en en faisant un lieu de vie permanent pour ces bénéficiaires qui n’ont souvent pas d’autre recours, créer une vraie académie d’art pour personnes aux besoins spécifiques, une académie d’art qui réunira professeurs et élèves, formations et apprentissages, découvertes et émerveillements et qui permettra à Assafina de faire la part belle aux activités artistiques. Faire éclore les talents et inclinations de chacun et permettre leur développement et leur expression. Chacun de nous peut aider et chacun de nous peut avoir la chance de participer à cette belle aventure humaine dont on ressort grandi. A Different Perspective vraiment pour que nos regards pleins de bienveillance croisent les yeux éblouis de ces hommes et femmes et soutiennent leurs belles énergies lumineuses.


*Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative se tient une Libanaise ou un Libanais courageux, innovant, optimiste et plein d’amour pour son pays.


Dans la même rubrique 

Mayaline Hage avec Assafina et vers la lumière

Jean-Paul Fares, quand mission rime avec passion

Alice Eddé au pays des merveilles de Byblos

Raymond Nahas, ou l’esquisse d’un Liban tant aimé


À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants