X

La Dernière

Alice Eddé au pays des merveilles de Byblos

Positive Lebanese
14/11/2018
Inlassablement, et à l’image de ce pays qui ne sait pas baisser les bras, des hommes et des femmes soufflent tous les jours sur les braises de l’espoir. Les entendre parler, raconter leurs projets, partager leur enthousiasme et surtout leur amour pour ces forêts, ces villes, ces villages, ces rivages, ce peuple et ces traditions, c’est à chaque fois rouvrir les yeux sur des possibles et des certitudes. Loin des tensions et des calculs, des blocages et des menaces, il faut juste rencontrer ceux qui soulèvent des montagnes.

C’est avant la guerre en 1973 que Alice Eddé pose les pieds sur la terre libanaise. Cette Américaine du Missouri, interprète de formation, est une grande voyageuse. Dans le cadre de son travail, elle vient de passer un an et demi à Téhéran et a envie d’Orient et de Méditerranée avant de regagner l’Europe. D’une simple escale, le Liban deviendra un pays destin. Elle y rencontre son mari Roger Eddé, patriote dans l’âme, et décide de lier sa vie à ce territoire si petit, mais si riche. La guerre va l’obliger à partir, mais Byblos ne quittera jamais son cœur. Byblos… son histoire millénaire, son port historique, ses vestiges si riches et son peuple si résilient. Même pendant les pires heures du conflit, Alice Eddé supervisera les travaux de sa maison à Eddé, dans le village de son mari. Définitivement de retour au début des années 90, cette lady à l’énergie foisonnante et aux idées pétillantes se met au service de cette ville de bord de mer si chère à son cœur. Amoureuse des marchés et des produits authentiques, de l’artisanat et du savoir-faire ancestral, elle n’a de cesse d’insuffler de la vie et de la lumière dans les souks de Byblos. Nouvellement réhabilité par la municipalité, le souk attend d’accueillir des idées et des énergies. Un restaurant français se met en place, puis une librairie dédiée aux ouvrages autour du Liban. Et bien sûr une boutique d’objets artisanaux made in Lebanon choisis avec soin. Dès lors, le souk s’anime, le souk accueille et le souk offre aux touristes le meilleur du Liban. Un magasin d’herbes, d’épices et d’objets de décoration, un autre dont le thème est les jardins et les fleurs, idée si chère à Alice Eddé, et le ton est donné. Des événements s’organisent, des ateliers se mettent en place et la distillation de la sauge, la fabrication du savon, la récolte de la lavande n’ont plus de secrets pour personne.

Sans oublier le « Farmer’s market » tous les samedis après-midi où des agriculteurs de toute la région viennent vendre leurs produits et montrer leur savoir-faire. Ce marché appelé « Via Appia », du nom d’une association créée par l’ancien maire de Byblos, Raphaël Sfeir, et qui renvoie à la route romaine, est une véritable occasion de mettre en valeur les traditions de la région. Miel, vins, araks, huiles essentielles, artisanat côtoient légumes, fruits et fleurs. Les jeunes se mêlent aux anciens dans un foisonnement de couleurs, de vie et d’idées. Des idées qui ne manquent pas à Alice Eddé, toujours déterminée à aller plus loin dans ses tentatives de faire renaître les habitudes ancestrales de cette belle région. Avec Najwa Bassil, consultante en développement local, Mona Yazbeck et Sana Tawil, c’est le travail de la feuille de palmier qui sera remis à l’honneur avec l’aide d’une artisane libanaise, venue directement des États-Unis où elle réside, enseigner à des femmes ce patrimoine qui ne saurait disparaître. À l’approche des fêtes, la dame de Byblos est très occupée. Outre le marché de Noël qui va se tenir du 8 au 22 décembre avec des activités diverses et variées, Jbeil accueille deux chefs italiens de la ville de Bari spécialisés dans la pêche, afin de développer ce secteur. Le port de la ville sera ainsi le théâtre d’ateliers destinés à souligner l’importance de cette activité.

Infatigable et déterminée, Alice Eddé nourrit une véritable passion pour cette ville qu’elle a dans le sang et une vraie motivation de dire aux jeunes Libanais que leur terre, leurs origines, leurs traditions et leur histoire sont leur véritable avenir et leur vraie identité.

Positive Lebanon est un concept basé sur les initiatives concrètes de la société civile libanaise. Ces initiatives qui font que le pays tient encore debout. Mais derrière chaque initiative, se tient un Libanais ou une Libanaise courageux, innovant, optimiste et plein d’amour pour son pays.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wlek Sanferlou

Merci pour cet article succulent et merci a Alice pour avoir adopté le Liban!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants