X

À La Une

Gouvernement : les sunnites prosyriens persistent et signent

Liban

"La situation reste inchangée, jusqu'à nouvel ordre", affirment les députés de la "Rencontre consultative". 

OLJ
17/12/2018

Les six députés sunnites pro-8 Mars ont annoncé lundi qu'ils refuseraient "toute initiative qui ne respecte pas (leur) droit à être représentés au sein du futur gouvernement", une revendication qui bloque depuis plusieurs semaines la formation du cabinet, rejetant ainsi tout compromis.

"Avec tout le respect que nous devons au président de la République, Michel Aoun, et bien que nous comprenons les risques auxquels doit faire face le pays en raison de la situation économique et financière délicate, nous assurons qu'aucune initiative qui ne prend pas en compte notre droit à participer à un gouvernement d'union nationale ne pourra voir le jour", a déclaré le député de Denniyé Jihad Samad, à l'issue d'une réunion des six députés dits de la "Rencontre consultative" sunnite. "La situation reste donc inchangée, jusqu'à nouvel ordre", a-t-il ajouté.

Interrogé au sujet d'une initiative du directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui pourrait soumettre à ces députés "de nouvelles idées pour régler la crise gouvernementale", le député Samad a affirmé que la Rencontre consultative annoncera "toute nouveauté concernant une éventuelle nouvelle initiative". 

Cette initiative du général Ibrahim, proche du Hezbollah, qui soutient la revendication des députés sunnites, serait lancée alors que le président de la République, Michel Aoun, poursuit ses efforts afin de débloquer la crise gouvernementale. Le chef de l'Etat avait précédemment mandaté le ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, pour régler cette crise. 

Dans la soirée, le député de Tripoli, Fayçal Karamé, a insisté sur le fait que l'un des six députés sunnites pro-8 Mars devait être représenté au sein du prochain cabinet, assurant qu'ils n'étaient pas téléguidés par le régime syrien.

Plus tard, des informations de la chaîne locale LBCI ont indiqué que les six députés allaient remettre mardi à M. Ibrahim une liste de noms sur la base de laquelle le président Aoun choisira l'un d'eux afin de les représenter au sein du futur gouvernement.

Les six députés sunnites, dont le Premier ministre désigné Saad Hariri, refuse la participation au sein du futur gouvernement, sont Abdel Rahim Mrad (Békaa-Ouest), Adnane Traboulsi (Beyrouth) Jihad Samad (Denniyé), Walid Succarié (Baalbeck-Hermel), Fayçal Karamé (Tripoli) et Kassem Hachem (Rachaya). 



Lire aussi
Gouvernement : malgré une lueur d’espoir, le surplace risque de persister

Formation du gouvernement : "Nous sommes dans les 100 derniers mètres", assure Hariri

Les haririens plus que jamais déterminés à affronter le Hezbollah

Gouvernement : on tourne en rond !, le décryptage de Scarlett Haddad

Cadeaux de saison, l'éditorial de Issa GORAIEB

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Remy Martin

Est-ce que ces faux jetons ont au moins leur Bac +1 ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS SAVENT LA SITUATION DANGEREUSE ECONOMIQUE DU PAYS ET ILS SONT PRETS A LE SACRIFIER POUR UNE REVENDICATION PERSONNELLE ET ILLEGALE. VOILA QUI SONT CES SIX !

Eleni Caridopoulou

Honte, honte, honte aux six sunnites

Cherif Bedran

Écrabouillez la pelouse!

Il en restera quelque chose pour les brebis galeuses. Déjà on ne peut payer que les salaires des fonctionnaires et retraités.

Tout le monde se bat pour gagner (c’est un match de foot ne vous en déplaise) et le pays en pâti.

Un ministère en plus pour sa majesté, un ministère en moins pour son excellence et 19 membres du parlement non représentés, des chrétiens qui devraient avoir leur place comme les sunnites dans un gouvernement « d’union nationale ».

Puisque tout le monde s’en mêle, je clame leur droit haut et fort.

Illy sta7ou matou.

PAUL TRONC

Excusez moi. Je voulais dire que la balle etait renvoyée chez eux DE Syrie.

carlos achkar

Comment des personnes ont voté pour ces énergumènes ? Je n'arrive pas à comprendre certains de mes compatriotes. Une vraie honte.

Gebran Eid

QUE DES MERCENAIRES QUI S'AJOUTENT À DES MERCENAIRES. ET ÇA BOUCLE LE "GOUVERNEMENT"

PAUL TRONC

C'est comme dans un match de foot.
Si celui qui mène ne marque pas de but, il s'expose à une contre attaque qui pourrait renverser la situation à son avantage.

Les sunnites ont perdu en Syrie du HÉROS BASHAR EL ASSAD, la balle leur est renvoyée chez eux en Syrie.

Bras de fer interne.

Sarkis Serge Tateossian

Ont-ils eu le temps de se connaître, d'établir un projet commun, définir des objectifs à atteindre, créer une association ou un parti politique afin de mener une campagne ? Comme c'est le cas de la plus part des blocs qui sont naturellement issus des partis souvent centenaires ...Non ?

Quel est leur principal objectif pour le pays ?

Pardon ? Nuire à Saad Hariri ?
Ahhh... je comprends mieux.

Espérons malgré tout une formation rapide de ce gouvernement dans l'intérêt stricte du pays et du peuple libanais dans son ensemble.

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants