X

À La Une

Pourquoi les frites vont être chères, en Europe, en 2019

Climat

Le nord du continent européen a été touché par une terrible sécheresse en 2018. Avec de lourdes conséquences notamment pour les agriculteurs.

OLJ/AFP
17/12/2018

Forêts parties en fumée en Suède, récolte de pommes de terre au plus bas historique, abattages de troupeaux par manque de fourrage... Les agriculteurs européens ne comptent plus les conséquences de la sécheresse qui a frappé le nord du continent en 2018. Selon le service météorologique allemand (DWD), la sécheresse de cet été est la plus longue depuis que les relevés ont débuté, il y a 140 ans.

Partout, rendements et volumes de légumes, fruits, céréales, ou fourrage ont chuté. Rare exception, la vigne, qui a plutôt profité de la chaleur. Le millésime s'annonce notamment exceptionnel en Champagne. Mais les frites vont être chères. La production de pommes de terre de conservation a en effet reculé "d'au moins 20%" par rapport à l'an passé dans quatre des cinq pays producteurs majeurs en Europe (Allemagne, Belgique, France et Pays-Bas), avec des volumes à un plus bas historique en Allemagne. La Suède a même produit moins de pommes de terre qu'en 1867, année de grande famine. Et sa récolte de céréales a dégringolé de 59% par rapport à 2017, selon l'agence d'Etat pour l'agriculture.


(Lire aussi : L'année 2018 en bonne voie d'être parmi les plus chaudes enregistrées, selon l'ONU)


Aides d'urgence

En Autriche, les dommages sont évalués à plus de 210 millions d'euros, dont 130 pour le seul fourrage. En France, le Grand-Est, la Bourgogne-Franche Comté, le Massif Central et les Alpes manquent particulièrement de fourrage, et les pertes totales sont estimées entre 1,5 et 2 milliards d'euros par la première organisation agricole FNSEA. "70 départements français (sur 101, NDR) devraient bénéficier du régime des calamités agricoles, soit une sécheresse aussi forte que celle de 2003, déjà classée historique", souligne Joël Limouzin, un responsable de la FNSEA.

La sécheresse ayant été exceptionnelle par sa longueur, les prairies n'ont pas reverdi à l'automne par manque de pluie. En France, 30% des surfaces semées de colza n'ont pas levé. Des aides d'urgence ont été débloquées: 340 millions d'euros en Allemagne, 115 millions en Suède, 60 en Autriche... Et le versement des aides européennes a été avancé dans la plupart des pays concernés.


(Lire aussi : Climat : À Katowice, un deal a minima arraché en dernière minute)


Abattages anticipés

Face au manque de fourrage et de paille, qui ne se trouvaient souvent qu'à des prix exorbitants, des abattages anticipés de vaches ont eu lieu. En Haute-Autriche, principale région d'élevage bovin du pays, ils ont été de 7% supérieurs à la normale, et les prix payés aux éleveurs ont chuté de 18% par rapport au printemps. Au Royaume-Uni, les abattages ont augmenté de 30.000 bêtes, et le pays compte un million d'agneaux manquants par rapport à 2017, selon le National Farmers Union (NFU). En France, la "décapitalisation" du cheptel laitier a commencé avec une hausse de 7,5% des abattages de vaches laitières en octobre par rapport à octobre 2017, alimentant en retour une chute des cours de la viande. Certaines bêtes sont vendues à 2,80 euros le kilo en décembre, "alors qu'il faudrait 4,50 euros pour couvrir les coûts de production" se désole M. Limouzin, qui craint un "arrêt massif" d'exploitations d'élevage au printemps prochain.


(Lire aussi : La sécheresse pousse des Afghans à vendre leurs enfants)


Adapter la nouvelle PAC au climat

Pas d'abattage exceptionnel en Allemagne. Ni aux Pays-Bas, où les éleveurs disposaient de réserves de foin des années précédentes. Mais la future Politique agricole commune (PAC) européenne, en cours d'élaboration pour l'après 2021, devra "aider les producteurs à faire face aux effets du changement climatique", avertit Esther de Snoo, de l'organisation agricole néerlandaise LTO. Au Royaume-Uni, qui s'apprête à quitter l'UE, le NFU souhaite aussi des mesures permettant au secteur d'affronter les sécheresses à l'avenir. Il demande que la production de biens alimentaires soit considérée prioritaire pour l'approvisionnement en eau, et l'investissement dans des réservoirs favorisé.

Face aux enjeux climatiques, les Etats de l'UE devraient pouvoir utiliser une partie des fonds jusqu'à présent réservés aux aides directes aux agriculteurs, pour l'environnement, a souligné la semaine dernière à Bruxelles Aymeric Berling, de la Direction générale agriculture de la Commission, face à la presse.

"Le maître-mot c'est l'innovation et l'anticipation", estime M. Limouzin, "il faut que la PAC permette aux agriculteurs d'avoir une vraie gestion de risques, et de prévention, par exemple pour permettre le stockage de l'eau, et amplifier le système assurantiel", y compris pour les prairies, grâce aux cartes satellites de plus en plus précises. Or, selon une étude récente, les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) destinées à réduire les prélèvements en eau pour l'irrigation, prévues par la PAC 2014-2020, ont été "globalement peu efficaces" en Grèce, Chypre, Roumanie, Italie et Espagne, car peu souscrites par les agriculteurs.


Lire aussi

L’Irak « en mode survie » sur la gestion des ressources hydrauliques

Californie: la sécheresse alimente des incendies meurtriers

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Et AUSSI à cause de la cherté de la vie toute l'Europe se rue sur les patates.

C'est le moins cher.

L'Orient-Le Jour

Merci pour votre remarque, l'erreur a été corrigée.
Bien à vous

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PREMIERE LIGNE : LE NORD DU CONTINENT ETC...

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pourquoi je (ne) quitte (pas) « L’Orient-Le Jour »

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de plan général pour déstabiliser le Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants