X

Liban

Après Hariri, Aoun dans le collimateur du Hezbollah

Gouvernement

« Nous sommes les parangons de l’attente. Depuis 1 300 ans, nous attendons l’imam al-Mahdi », avertit Raad.


Yara ABI AKL | OLJ
29/11/2018

Le Hezbollah semble déterminé à affaiblir le Premier ministre désigné Saad Hariri, mais aussi le mandat de son allié stratégique de longue date, le président de la République Michel Aoun. C’est ainsi que l’on pourrait interpréter la léthargie gouvernementale actuelle née de l’insistance du Hezbollah à voir ses alliés prosyriens intégrer le futur cabinet par le biais d’un ministre qui relèverait du lot de M. Hariri. D’ailleurs, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah n’avait pas mâché ses mots. Lors de son discours, le 10 novembre, le leader chiite avait déclaré sans détour : « Nous voulons que les députés sunnites (du 8 Mars) soient représentés au cabinet par un ministre relevant de la quote-part du chef du gouvernement désigné. »

Il va sans dire qu’à travers ces propos, Hassan Nasrallah a tenté d’exclure le chef de l’État, en sa qualité d’allié du parti, du bras de fer opposant sa formation à la Maison du Centre. Sauf que Baabda semble désormais être dans le collimateur du Hezbollah qui ne serait pas prêt à faciliter la tâche de Saad Hariri.

C’est ainsi qu’il conviendrait d’interpréter des propos d’une importance capitale tenus hier par Mohammad Raad, chef du groupe parlementaire du parti de Hassan Nasrallah. « Le Hezbollah n’est pas concerné par la crise de la formation du gouvernement et ne l’a pas provoquée », a-t-il lancé lors d’une cérémonie à Ghaziyé, au Liban-Sud. Soulignant que la solution réside en un dialogue avec les six députés sunnites (du 8 Mars), il a déclaré : « Celui qui s’attend à ce que nous modifions notre position à ce sujet, attendra indéfiniment, tant que ces députés insistent pour leur représentation gouvernementale. » Et d’ajouter : « Nous sommes les parangons de l’attente. Depuis 1 300 ans, nous attendons l’imam al-Mahdi. Ils nous ont déjà testés lors de l’élection présidentielle. » « Un gouvernement d’union nationale devrait inclure tous ceux qui ont droit à être représentés », a-t-il encore dit soulignant que « les députés sunnites qui ont soutenu la résistance ont droit à être représentés. Et le Premier ministre n’a pas le droit de les priver de cela ».

Il est évident que par cette escalade verbale, Mohammad Raad répondait implicitement à l’appel aux concessions lancé samedi dernier par le chef de l’État, dans ce qui a sonné comme un message politique au Hezbollah. D’autant que les deux alliés divergent sur le fameux « nœud sunnite », Michel Aoun appuyant la position de Saad Hariri à ce sujet.


(Lire aussi : Gouvernement : les attaques contre Hariri mobilisent sa base


Le tiers de blocage

À cela s’ajoutent des propos tenus à Aïn el-Tiné par Jihad Samad, membre de la Rencontre consultative sunnite, en marge des audiences du mercredi. « Le gouvernement pourra voir le jour incessamment si (le chef du Courant patriotique libre) Gebran Bassil accepte d’obtenir dix ministres au lieu de onze, pourvu que nous obtenions un ministre », a-t-il affirmé dans un entretien accordé à la MTV.

Bien au-delà de l’obstacle sunnite, cette prise de position de M. Samad est à n’en point douter liée à une volonté manifeste du Hezbollah d’empêcher le camp de Baabda d’obtenir le tiers de blocage au sein de la future équipe ministérielle pour des raisons articulées autour de probables calculs politiques, voire présidentiels, à long terme.

Selon certains observateurs, le Hezbollah chercherait aussi à affirmer sa présence dans les rangs de la communauté sunnite, en vue d’y affaiblir le courant du Futur. Une autre interprétation voudrait également que cette escalade ne saurait être dissociée du bras de fer opposant les États-Unis à l’Iran, qui s’est vu infliger de nouvelles sanctions américaines renforcées.

S’ils n’écartent aucunement cette dimension, les milieux de la Maison du Centre contactés par L’Orient-Le Jour placent les positions des ténors du parti chiite et ses alliés dans le cadre d’un processus que le Hezbollah suit afin de contrôler la décision politique, stratégique et souverainiste du pays. Mais ils s’empressent de préciser que le Premier ministre n’entend aucunement céder aux desiderata du Hezbollah. Il ne rencontrera donc pas les députés sunnites pro-Assad.

Il n’en reste pas moins que les milieux haririens continuent de faire valoir que la seule façon de régler la question de la représentation des députés hostiles au courant du Futur serait de nommer une personnalité indépendante qui puisera son poste ministériel chez le chef de l’État.


(Lire aussi : Aoun prend l’initiative en vue d’un déblocage du nœud sunnite)


Pas de « ministre-roi »

En face, Baabda n’en démord pas : il n’est pas question de surmonter l’obstacle sunnite aux dépens du président de la République. Des sources informées citées par l’agence locale al-Markaziya soulignent dans ce cadre que Michel Aoun n’est pas concerné par l’entrave actuelle, rappelant que c’est à la faveur de son sens des responsabilités qu’il a chargé le chef du CPL de trouver une solution à même de satisfaire tous les protagonistes.

Se voulant plus claire, une source au sein du bloc Le Liban fort parrainé par le courant aouniste interrogée par la même agence écarte la possibilité d’un recours à la formule du « ministre-roi ». Une démarche consistant à nommer un ministre sunnite proche du Hezbollah mais qui relèverait du lot présidentiel.

Toujours selon les mêmes sources, Gebran Bassil attend les réponses des protagonistes à ses « idées » de solutions discutées mardi lors d’un entretien avec le président de la Chambre, Nabih Berry, pour décider de la prochaine étape de son initiative.

Quant à M. Berry, il poursuit son forcing dans le sens de la genèse d’un gouvernement, sans pour autant passer à l’action. S’exprimant lors des audiences du mercredi, le chef du législatif a insisté sur l’importance d’une formation rapide de l’équipe ministérielle pour faire face aux défis socio-économiques, faisant état de « nouvelles formules » pour régler ce problème. Une allusion sans doute à la démarche de Gebran Bassil.



Lire aussi 

Lorsque ressurgissent les démons du passé, le décryptage de Scarlett HADDAD

Geagea propose à Aoun et Hariri de former un cabinet avec les ministrables déjà proposés

Gouvernement : la quadrature du cercle

Le cadeau du Hezbollah pour Noël... un cabinet ?

Gouvernement : la médiation de Bassil menacée d’enlisement

Nœud sunnite : Bassil renvoie la balle dans le camp de Hariri

Gouvernement : entre « invention de blocages » et crispations communautaires, l’horizon reste bouché

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Cela devient vraiment suspect d'entendre tous ces ténors politiques et même de simples citoyens défendre ou réclamer du matin au soir un ministre sunnite-pro-syrien au gouvernement...

Combien sont-ils payés pour cela ?

On voudrait nous faire croire que ces Sunnites, Chiites, Chrétiens, Druzes, se sentent brusquement investis d'une mission d'appui envers ces députés dont presque personne ne parlait il y a deux ou trois semaines ?
Irène Saïd

Georges MELKI

« Nous sommes les parangons de l’attente. Depuis 1 300 ans, nous attendons l’imam al-Mahdi », avertit Raad.
Et voilà! On sait maintenant combien on va attendre pour voir un nouveau gouvernement!

Bery tus

alors c'est oublier les resulats des elections legislative de 2009 ou Justement C'EST LE BLOC SOUVERAINISTES QUI LES AVAIENT GAGNER … APRES NOUS AVONS EU CE QUE VOUS AVEZ BLOCAGE SUR BLOCAGE PRETEXTANT QUE LE LIBAN NE PEUT ETRE GOUVERNER QUE PAR consensualisme !!!

ou alors votre memoire est COURTE ou vous faite preuve de mauvaise foi en sélectionnant ce que vous voulez et laissez tomber ce qui ne vous plait pas si c'est bien cela alors nous comprennons pq notre histoire du passer du liban n'est pas la meme !!!

BOSS QUI BOSSE

C'est de bonne " guerre" .

Imaginons que se soit le bloc haririen et ses alliés régionaux et internationaux qui avaient gagné la partie , ou plutôt voyons le sous une autre perspective , imaginons que se soit le hezb libanais de la résistance et ses alliés qui avaient perdu la partie face à ce bloc , pensiez vous que le bloc haririen et allié aurait fait montre de magnanimité??

Il faudrait arrêter de penser à la libanaise un peu, vous savez cette manière de dire " masseha bi hel da2enn " .

Les chiites attendent 1300 ans le Mehdi et qu'ils pleurent un martyr depuis 1400 ans , sur qui pourrait pleurer les haririen et consorts ?

Les chiites attendent de voir .

MGMTR

Je pense que le titre de l'article ne correspond pas à la réalité.

être dans le collimateur "c'est avoir sa cible à la portée d'un tir". Or il s'agit des deux alliés qui expérimentent le passage d'un épais nuage noir.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE BLOCAGE PAR LE HEZBOLLAH EST HONTEUX ET CRIMINEL !

Irene Said

Ce ne sont pas seulement Messieurs Aoun et Hariri qui sont dans le collimateur du Hezbollah, mais le Liban tout entier, en tant que nation indépendante !
Ce "parti de Dieu" est exactement comme Israël, il déteste la paix et fait tout pour entretenir un état de guerre permanent, afin de justifier les rentrées financières que lui fournit sons commanditaire, l'Iran.
Sa soi-disant "résistance" actuelle...quels résultats bénéfiques donne-t-elle pour la vie quotidienne de la population libanaise ?

Que Mohammad Raad, le champion des déclarations et des cérémonies soporifiques nous en cite une seule...une !!!
Irène Saïd

Bustros Mitri

Hariri devrait demander que Riad El Assad , Ibrahim Chamseddine, ou bien Ali El Amine soit pris dans le quote-part chiite..

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants