X

À La Une

Poutine défend ses forces, l'Ukraine dénonce la détention "illégale" de ses marins

Tensions

L'incident survenu dimanche en mer Noire pourrait mettre en péril la rencontre prévue entre les présidents russe et américain en marge du sommet du G20 qui s'ouvrira vendredi en Argentine, Donald Trump ayant menacé de l'annuler.

OLJ/AFP
28/11/2018

Vladimir Poutine a répété mercredi que les forces russes avaient fait "leur devoir" en arraisonnant par la force trois navires ukrainiens au large de la Crimée, la colère ne redescendant pas en Ukraine qui dénonce la détention "illégale" de ses 24 marins capturés. Cet incident survenu dimanche en mer Noire pourrait mettre en péril la rencontre prévue entre les présidents russe et américain en marge du sommet du G20 qui s'ouvrira vendredi en Argentine, Donald Trump ayant menacé de l'annuler.

Votée lundi par le Parlement, la loi martiale est par ailleurs entrée en vigueur mercredi en Ukraine. Si les conditions de son application sont encore floues, elle a été introduite pour 30 jours dans dix régions frontalières et côtières de ce pays.

Alors que Kiev ne décolère pas après ce qu'elle considère être une agression de son gigantesque voisin, Vladimir Poutine a insisté sur le fait que, selon lui, les gardes-côtes russes avaient simplement "rempli leur devoir avec précision". "Que s'est-il passé ? Ils (les Ukrainiens) n'ont pas répondu aux demandes de nos gardes-frontières. Et sont entrés dans nos eaux territoriales", a assuré le président russe, qualifiant l'accrochage de "provocation" organisée par Petro Porochenko, mal en point dans les sondages à quelques mois de l'élection présidentielle en Ukraine.

Mercredi, les neuf derniers marins capturés par la Russie qui devaient comparaître devant un tribunal ont été placés en détention provisoire jusqu'au 25 janvier, comme leurs 15 camarades l'avaient été la veille. Une détention "illégale" et un acte de "barbarie", a réagi Kiev. Une note de protestation contre "la poursuite par la Russie de ses actions illégales" a à cet égard été envoyée au ministère russe des Affaires étrangères, a annoncé la diplomatie ukrainienne qui considère ces hommes comme des "prisonniers de guerre" et réclame leur libération "immédiate".

Les gardes-côtes russes ont arraisonné dimanche trois navires de la Marine ukrainienne en mer Noire, non loin de la péninsule ukrainienne de Crimée annexée par la Russie en 2014, tirant sur eux et faisant trois blessés parmi les marins à leur bord. Il s'agit de la première confrontation militaire ouverte entre Moscou et Kiev depuis cette annexion et le début la même année d'un conflit armé dans l'est de l'Ukraine entre forces ukrainiennes et séparatistes prorusses qui a fait plus de 10.000 morts.



Rencontre Trump-Poutine annulée ?
Une affaire qui pourrait avoir des répercussions sur le sommet du G20. "Peut-être que je ne ferai pas cette entrevue" prévue avec M. Poutine dans ce cadre, a averti Donald Trump, soulignant "ne pas aimer cette agression", dans un entretien avec le Washington Post.

Côté russe, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pourtant assuré que la préparation de la rencontre "se poursuivait". "Les deux parties ont un besoin identique de cette rencontre", a renchéri le conseiller du Kremlin Iouri Ouchakov, évoquant une rencontre en "deux parties : un tête-à-tête et un entretien avec les membres clés des délégations des deux pays". Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a toutefois parallèlement accusé les Etats-Unis et "certaines capitales européennes" de tolérer les "caprices" de Kiev.

Ces nouvelles tensions ukraino-russes ont également été au cœur de conversations téléphoniques séparées mercredi entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et ses homologues russe et ukrainien. Selon la présidence ukrainienne, M. Porochenko a appelé "le président turc à renforcer la pression sur la Russie en vue de la libération des marins et navires ukrainiens". Mardi soir, Petro Porochenko avait accusé la Russie d'avoir drastiquement renforcé sa présence militaire à la frontière ukrainienne, mettant en garde contre "la menace d'une guerre totale" avec son puissant voisin. "Nous devons tous être prêts à repousser l'agression de notre ennemi qui était il y a peu" seulement "notre voisin", a quant à lui déclaré Volodymyr Groïsman, à l'ouverture mercredi du Conseil des ministres.

Face aux inquiétudes, les autorités ukrainiennes ont assuré à plusieurs reprises que la loi martiale, qui permet de mobiliser les citoyens, réguler les médias et limiter les rassemblements publics, avait un caractère "préventif". "L'objectif de la loi martiale consiste à montrer que l'ennemi payera très cher s'il décide de nous attaquer. Cela sera comme un douche froide qui arrêtera les fous ayant le projet d'attaquer l'Ukraine", avait par exemple déclaré mardi soir à la télévision le président Porochenko.

L'accrochage en mer Noire s'est produit lorsque des bâtiments de la Marine ukrainienne ont tenté de traverser le détroit de Kertch pour entrer dans la mer d'Azov, d'une importance cruciale pour les exportations de céréales ou d'acier produits dans l'est de l'Ukraine.

Les considérations de politique intérieure se mêlent aux enjeux stratégiques et militaires dans ce nouveau bras de fer. Vladimir Poutine a vu sa cote de popularité dégringoler sur fond de problèmes économiques et de fronde contre une impopulaire réforme des retraites. Petro Porochenko, qui cherche à se faire réélire pour un deuxième mandat, est confronté à des problèmes similaires.


Lire aussi
« Les Russes veulent enfoncer le clou de l’annexion de la Crimée »


Pour mémoire
Conflit en Ukraine : Le Drian accuse directement la Russie

La menace russe "plus grande" que celle de l'EI, juge le chef de l'armée britannique


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Le clown va annuler la rencontre avec Poutine en marge de G20.

Dernières NOUVELLES , POUTINE vient de se suicider dans son palais à st Pétersbourg.

Hahahahahaha...

MDR.

SOUS LES PAVÉS LA PLAGE

Si Poutine a aidé à la raclée pour mettre fin aux bactéries wahabites créées par l'occident prédateur en Syrie, c'est pas l'Ukraine manipulée qui l'impressionnera .

Surtout qu'ils agissent pour le compte des usurpateurs qui ont depuis le 17 septembre leur aviation clouée au sol. S300 oblige.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

À table

Quatre mouloukhyés à goûter

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants