X

À La Une

Les Etats-Unis nomment John Abizaid, d'origine libanaise, ambassadeur en Arabie saoudite

diplomatie Cet ancien général a occupé le poste de commandant des forces américaines au Moyen-Orient (CentCOM) pendant quatre ans, de 2003 à 2007. 
OLJ/AFP
14/11/2018

Le président américain Donald Trump a annoncé mardi la nomination de l'ancien général John Abizaid au poste d'ambassadeur en Arabie saoudite, une position jusque-là vacante dans l'administration Trump. John Abizaid, 67 ans, est l'ex-patron des forces américaines au Moyen-Orient. Cet ancien général quatre étoiles d'origine libanaise parle l'arabe couramment et a passé 34 ans dans l'armée américaine. Lorsqu'il était à l'université d'Harvard, il a notamment écrit un mémoire sur l'Arabie saoudite.

D'après le quotidien américain The Washington Post, M. Abizaid, en sa qualité de commandant des forces US au Moyen-Orient, a supervisé les opérations américaines en Irak quelques mois après la chute de Bagdad, de même que dans une vingtaine d'autres pays. Le Post souligne que ce choix met en évidence l'importance que Donald Trump accorde au partenariat militaire entre les Etats-Unis et l'Arabie, qui fait partie des principaux clients du marché américain des armes. 

Donald Trump a laissé vacants plusieurs postes de son administration, mais l'absence d'ambassadeur américain à Riyad, depuis quatre ans, a été soulignée pas la crise diplomatique entre Washington et son allié traditionnel au Moyen-Orient, après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Jamal Khashoggi a été tué le 2 octobre à l'intérieur du consulat saoudien à Istanbul. Après avoir d'abord affirmé que le journaliste avait rapidement quitté le consulat, puis soutenu qu'il était mort dans une rixe, Riyad a fini par évoquer une "opération non autorisée" par le pouvoir.

Depuis, le ton s'est durci entre les Etats-Unis et la monarchie wahhabite, le gouvernement américain pressant Riyad d'élucider ce crime.
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a prévenu dimanche le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane que Washington allait "demander des comptes à toutes les personnes impliquées dans le meurtre de Jamal Khashoggi". Cet échange intervenait deux jours après l'annonce de l'arrêt des ravitaillements par les Américains des avions de la coalition sous direction saoudienne qui combat les rebelles houthis au Yémen.

La nomination de John Abizaid doit encore être confirmée par le Sénat américain. Après sa retraite en 2007 il avait déclaré qu'il "était possible de vivre avec un Iran nucléaire". Donald Trump est partisan d'une ligne dure contre la république chiite, grand adversaire de l'Arabie saoudite.


Pour mémoireLa Task Force honore trois « Success Stories » libanaises aux USA : le général John Abizaid, Sam Moore et Al Coury 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L’azuréen

C’est bon de voir un libanais , américain d’adoption, arriver à un tel poste stratégique de premier plan auprès de la première puissance militaire du monde. Comme quoi dans une telle démocratie tout est possible lorsque l’on est compétent et travailleur.

Wlek Sanferlou

Une preuve que le Libanais sait profiter et servir une démocratie si l'opportunité lui est offerte et si ses voisins lui laissent la paix.
Abizaid n'est qu'un de ceux qui ont très bien réussi loin de la pagaille syrienne, israélienne, iranienne, sectaire etc.

Eleni Caridopoulou

Félicitation

DAMMOUS Hanna

Si les responsables libanais servaient leur pays comme les libano-Américains servaient leur pays d'adoption le Liban sera un pays, premier de classe.

Citoyen

C'est l'histoire de voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Moi je vois plutôt un libanais qui a réussi dans un pays qui permet une ascension en fonction du mérite et de la compétence. C'est malheureusement pas le cas dans notre Liban où, l'hégémonie et la main mise du Hezbollah sur le pays d'un coté, la corruption de la clique des hommes politiques, génétiquement renouvelables de l'autre, ne le permet pas. On part là où l'herbe est verte, là où la vraie liberté n'est pas bafouée, là où l'homme est respecté pour ce qu'il est et non pas pour ses relations et pour son compte en banque.Là où l'égalité des chances est loi.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

COMME QUOI QUAND LE LIBANAIS SORT HORS DES CARCANS COMMUNAUTAIRES QUI L,ENCHAINENT ET LE SUFFOQUENT DANS SON PAYS, IL REUSSIT ET PRETEND AUX POSTES LES PLUS HAUTS DANS SON PAYS D,ADOPTION. IL FAIT HONNEUR A SA PATRIE D,ORIGINE CONTRAIREMENT AUX ABRUTIS QUI NOUS GOUVERNENT...

Le pont

C'est une fierté nationale d'avoir cette personnalité d'origine libanaise dans l'enceinte d'une capitale aussi influente.

Le Liban ne peut que bénéficier de sa présence au Moyen- Orient. c'est réjouissant!

ACE-AN-NAS

Il ne fera que servir son pays d'adoption , il appartient au systèmes predatif des usa , rien de plus .

Mais bon , c'est bon à savoir sans plus .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : lorsque sonne l’heure...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué