Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Plus de 40.000 sportifs et amateurs et un nouveau record pour le 16e Marathon de Beyrouth

Cette année, le marathon a été particulièrement marqué par la campagne contre le viol lancée par l'organisation Abaad.

Les coureurs au départ du 16e Marathon de Beyrouth, le 11 novembre 2018. Photo tirée du compte Twitter officiel du marathon, Beirut Marathon

Plus de quarante mille personnes, sportifs de haut-niveau et amateurs, ont envahi dimanche matin les rues de Beyrouth afin de courir le 16e marathon annuel organisé dans la capitale libanaise. La course a été remportée par le Marocain Mohammad Reda el-Arabi, qui a franchi la ligne d'arrivée des 42 km en 2 heures, 10 minutes et 41 secondes, un record. En seconde position est arrivé le Libanais Hussein Awada, qui a bouclé le parcours en 2 heures, 31 minutes et 41 secondes, selon les résultats publiés sur le compte Twitter officiel du marathon. 

Du côté des femmes, c'est l’Éthiopienne Medina Deme Armino qui est arrivée en tête, en 2 heures, 29 minutes et 31 secondes. La Libanaise Nisrine Njeim, en deuxième position, a terminé les 42 kilomètres en 3 heures, 7 minutes et 56 secondes. 

En ce qui concerne la course réservée aux para-athlètes, Anna Orozoua est arrivée première chez les femmes, finissant le marathon en 1 heure, 22 minutes et 54 secondes, tandis que le Libanais Ahmed el-Ghoul est arrivé en tête de la course pour les hommes, en 1 heure, 25 minutes et 47 secondes. 

Les 21 km ont été terminés en 1 heure et 7 minutes par l'Iranien Mohammad Jafar Muradi pour les hommes, et en 1 heure, 20 minutes et 10 secondes, par Chirine Njeim, pour les femmes. 

Participant à la course, l'ambassadrice de l'Union européenne à Beyrouth, Christina Lassen, a salué sur les réseaux sociaux "la belle énergie" prévalant lors de la course, "qui rassemble plus de 45.000 personnes courant pour la paix et la coexistence". 


Campagne contre le viol
Cette année, le marathon a été particulièrement marqué par la campagne contre le viol lancée par l'organisation Abaad, qui milite pour des condamnations en justice plus sévères contre les responsables de violences sexuelles et pour changer la perception de l'opinion publique qui stigmatise souvent la victime et lui fait porter la responsabilité du viol plutôt que de dénoncer l'agresseur.

Le visage grave et parfois toute de noir vêtues, des militantes de l'ONG ont pris place sur le bord de mer, immobiles au milieu de la foule de coureurs qui les dépassaient, en brandissant des pancartes aux slogans percutants en arabe et en anglais, a constaté un photographe de l'AFP.

"Jugez le violeur, pas la victime" ou "Aujourd'hui je ne vais pas courir, je vais confronter ceux qui m'ont fait porter le blâme", pouvait-on notamment lire sur ces pancartes accompagnées du hashtag de la campagne: #MinElFelten? (#ShameOnWho, "Honteàqui")

Selon l'ONG, une femme sur quatre au Liban a été victime d'une forme d'agression sexuelle, et seuls 38% de ces cas sont rapportés.

L'événement permet d'"attirer beaucoup d'attention sur un sujet encore considéré comme tabou dans le pays et qui devrait rester derrière des portes closes", indique à l'AFP la directrice d'Abaad, Ghida Anani.

Revêtant des voiles noirs couvrant leur visage et des ballons rouges à la main, les militantes ont également organisé une marche, avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire les accusations que subissent parfois les victimes d'un viol: "elle a certainement dû le provoquer", "c'est de sa faute", "elle devait avoir bu". Ces pancartes ont ensuite été remplacées par les slogans de la campagne.

Maria, jeune marathonienne de 16 ans, a salué une prise de position "audacieuse". "C'est très fort, en général les femmes ont honte d'adopter cette attitude, alors que c'est ce qu'il faut. Il faut dire que le criminel doit être jugé", a estimé la jeune femme.

En août 2017, après une longue mobilisation citoyenne, le Parlement libanais avait abrogé un article décrié du code pénal qui permettait à un violeur d'échapper à une condamnation en épousant sa victime.


Lire aussi
Peter Mouracadé : D’une manière ou d’une autre, tout le Liban est acteur du marathon de Beyrouth

Qu’est-ce qui fait courir Tina, Lama et Lucy ?


Pour mémoire
Marathon de Beyrouth : pluie de records pour la 15e édition




Plus de quarante mille personnes, sportifs de haut-niveau et amateurs, ont envahi dimanche matin les rues de Beyrouth afin de courir le 16e marathon annuel organisé dans la capitale libanaise. La course a été remportée par le Marocain Mohammad Reda el-Arabi, qui a franchi la ligne d'arrivée des 42 km en 2 heures, 10 minutes et 41 secondes, un record. En seconde position est arrivé le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut