X

Sport

Marathon de Beyrouth : pluie de records pour la 15e édition

événement
13/11/2017 | 00h22

Toute la ville de Beyrouth a, de nouveau, vibré hier, l'espace de quelques heures, au rythme de « son » marathon. Par un temps radieux, pas moins de 48 000 participants se sont alignés au départ des différentes courses de la Banque du Liban-Beirut Marathon, faisant de cette manifestation un des plus grands événements sportifs jamais organisés sur le territoire libanais. Avec la participation de 110 pays (dont des coureurs chinois !), le marathon s'offrait en guise d'amuse-gueule son premier record du jour.
Pour la quinzième édition de cette traditionnelle fête sportive, la politique s'est invitée hier en force à cette manifestation. Lancé à partir du Beirut Waterfront, dans le centre-ville de la capitale, en présence d'un parterre de personnalités politiques, diplomatiques et militaires, notamment de la représentante du président de la République, Michel Aoun, la Première dame Nadia Chami Aoun.

Le marathon de Beyrouth s'est déroulé dans une atmosphère pour le moins particulière, marquée par les effets de la démission surprise, samedi dernier, du Premier ministre Saad Hariri, qui se trouve toujours à Riyad. Ainsi, des dizaines de milliers de Libanais ont couru pour afficher leur soutien au PM qui avait coutume de participer à cet événement annuel. Pas cette fois-ci, où il faisait hier office d'absent de marque.
Du coup, plusieurs participants à la course avaient revêtu des tee-shirts et brandi des banderoles à l'effigie du chef du gouvernement. Sur la ligne de départ, dans le centre-ville, un grand panneau rouge accueillait les coureurs avec une photo du Premier ministre et le message : « Nous vous attendons tous. »

Des jeunes distribuaient des bouteilles d'eau avec le même slogan ainsi que des casquettes et des t-shirts flanqués du message : « Nous courons pour vous. » « Il y a beaucoup de gens qui courent pour le retour du Premier ministre Hariri », a souligné May el-Khalil, fondatrice du marathon de Beyrouth. « Le Liban traverse des circonstances exceptionnelles, difficiles, et il y a beaucoup de gens qui aiment le Premier ministre », a-t-elle ajouté. Sur les réseaux sociaux, les participants ont partagé des photos de l'événement, accompagnées du hashtag en arabe « courez pour Saad » ou encore « Saad va revenir ».
Saad Hariri « est en détention », a affirmé de son côté Simon Abi Ramia, président de la commission parlementaire de la Jeunesse et des Sports, appelant à sa libération et à son retour au Liban. « Saad Hariri est dans nos cœurs et dans nos têtes », a déclaré de son côté le président de la municipalité de Beyrouth, Jamal Itani. « C'est une journée de solidarité avec Saad Hariri », a renchéri le général à la retraite Chamel Roukoz. Samedi, le chef de l'État, Michel Aoun, avait appelé les Libanais participant à la course « à courir sous le slogan du retour du Premier ministre au Liban pour affirmer la solidarité (du peuple libanais) avec lui et élucider les circonstances de sa présence en dehors du pays ». « Que le marathon de Beyrouth soit une manifestation sportive et nationale en signe de solidarité avec M. Hariri », a déclaré M. Aoun.

Sur un plan plus sportif, ce sont 48 116 coureurs qui se sont inscrits. Un chiffre assez extraordinaire si on se réfère, à titre de rappel, à la première course en 2003 qui n'avait regroupé que 6 000 fondus du bitume.
Pour l'édition 2017, les organisateurs avaient retenu le slogan « 15 ans et nous continuons de courir ». Sur le plan logistique, quelque 50 ambulances, 400 membres de la Croix-Rouge et 600 membres de la sécurité étaient à la disposition des organisateurs afin d'assurer la sécurité maximale à tous les participants à cet événement.

(Pour mémoire : May el-Khalil à « L'OLJ » : Nous visons à atteindre la participation de tout un chacun)



Le coup d'envoi de l'édition 2017 du marathon de Beyrouth a été donné à 6h50 dans le centre-ville de la capitale, du côté de la mer, pour la course de 42,195 km. Près de 2 500 mères et enfants participaient à la course de 1 km qui a débuté à 7h40. À 8h30, la course de 5 km « special needs », pour les personnes à besoins spéciaux, était lancée. À 9h30, c'est la course de 8 km « fun run » à laquelle participaient 38 000 concurrents qui commençait. Comme chaque année, la course « 8 km fun run » a regroupé plus de 70 ONG qui brandissaient des panneaux pour leurs causes respectives, des comités d'entreprise affichant des slogans divers, des militants de Greenpeace, des activistes d'une association de lutte contre les mines dans le Sud, etc. Des déguisements plus ou moins saugrenus ont complété ce tableau coloré et festif.

Le Kenya et le Bahreïn à l'honneur

La ligne d'arrivée des 42,195 km a réservé une jolie surprise sur le plan des résultats techniques, dans la mesure où c'est un Kényan, Dominic Ruto, qui s'est imposé en 2h 10' 41'', pulvérisant le record de l'épreuve. Ruto devance Adane Amsalu (Éthiopie). L'infortuné Edwin Kiptoo, lauréat de l'édition 2016, ne termine « que » troisième. Côté libanais, Hussein Awada a signé le meilleur temps local (2h 34' 14''). Zaher Zeineddine (2h 39') et Nicola Marta (2h 39' 27'') ont été classés deuxième et troisième. À noter que l'armée libanaise a fourni les trois premiers du podium, copier-coller du classement 2016 ! Chez les dames, c'est la Bahreïnie Eunice Chumba, créditée d'un magnifique 2h 28' 38'', qui a décroché la première place, devançant de quelques poussières Girma Tigist (Éthiopie) en 2h 29'. Debebe Getachew complète le podium avec un chrono de 2h 30' 31''. Côté Libanaises, la coureuse de Champville Chirine Njeim s'est adjugé la première place des 42,195 km en pulvérisant son propre chrono avec un honorable chrono de 2h 45' (son ancien chrono était de 2h 54' 12'') devant... sa sœur Nisrine Njeim (Inter-Lebanon) et Nadine Kalot. À signaler que les sœurs Njeim sont originaires de Maasser el-Chouf, magnifique village libanais, célèbre pour sa réserve naturelle et sa forêt de cèdres bien sûr.

En handisport, le champion paralympique polonais Rafal Vilik devance le Néerlandais Gert Speer et le Libanais Edward Maalouf. Chez les dames, la Russe Svetlana Soskovitch décroche la première place devant la Slovène Anna Orozowa et la Libanaise Mona Francis.

Finalement, la palme d'or de ce marathon revient incontestablement à la société organisatrice BMA (Beirut Marathon Association), qui a accueilli quelque 50 000 participants dans une atmosphère de fête, de convivialité et de respect, à un moment des plus tendus et des plus troubles de l'histoire du pays. Un nombre record de participants, de nouveaux records, une organisation parfaite, aucun incident à signaler. Un véritable triomphe donc pour les organisateurs, au premier rang desquels se trouve May el-Khalil. À noter que le marathon de Beyrouth fait partie depuis février 2014 du circuit international des IAAF Road Race Label Events, dans la catégorie des « labels d'argent ».

Encore une fois, May el-Khalil et son équipe ont réussi leur formidable pari, issu d'un rêve qui a commencé il y a quatorze ans. Chapeau bas donc aux organisateurs, aux membres de la Croix-Rouge, aux Forces de sécurité intérieure et à l'armée libanaise, ainsi qu'aux bénévoles de tout poil qui ont su, le temps d'une journée, réunir les Libanais, toutes tendances politiques confondues.

Le palmarès 2017
Hommes (étrangers)
1. Dominic Ruto (Kenya) en 2h 10' 42''
2. Adane Amsalu (Éthiopie) en 2h 10' 50''
3. Edwin Kiptoo (Kenya) en 2h 12' 02''

Hommes (Liban)
1. Hussein Awada en 2h 34' 15''
2. Zaher Zeineddine en 2h 39' 00''
3. Nicola Maria en 2h 39' 27''

Dames (étrangères)
1. Eunice Chumba (Bahreïn) en 2h 28' 38''
2. Girma Tigist (Éthiopie) en 2h 29' 00''
3. Debebe Getachew (Éthiopie) en 2h 30' 31''

Dames (Liban)
1. Chirine Njeim en 2h 45' 02''
2. Nisrine Njeim en 3h 07' 32''
3. Nadine Kalot en 3h 17' 37''.

Les précédentes éditions
2003 : Run Beirut, Run (6 000 participants)
2004 : Be Part of It (12 000)
2005 : Run Beirut, Run (17 000)
2006 : For the Love of Lebanon (22 000)
2007 : It's My Marathon (30 000)
2008 : With Their Strength we Run (30 000)
2009 : It's Time to Run (32 000)
2010 : I Thought I Couldn't... I Can (28 072)
2011 : Take It to the Street (32 000)
2012 : Run It All (33 370)
2013 : Run for Lebanon (36 006)
2014 : Peace, Love, Run (37 153)
2015 : I Run for... (43 288)
2016 : Run for the Long Run (45 000).

 

 

À la une

Retour à la page "Sport"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Georges MELKI

Un grand bravo à nos champions, surtout Hussein Awada, qui, il aurait fallu le préciser, a presque 43 ans! A cet âge, il faut le faire, le marathon!

NAUFAL SORAYA

Fantastique, bravo!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué